Rumeurathon 2017

Les 76ers sur la piste d’Andre Iguodala?

Second au 6th man of the year derrière Eric Gordon, Andre Iguodala est un des agents libres les plus convoités. Son profil de super role player se monnaiera bien au-delà de ses productions chiffrées : 7,6 points, 4 rebonds et 3,4 passes en 2016-2017. Ainsi, selon Chris Haynes d’ESPN, pas moins de sept équipes seraient sur les rangs pour accueillir le MVP des Finals 2015, parmi lesquelles les Philadelphia 76ers.

Utilisé et attendu par le public comme une principale option offensive, ce qu’il n’est pas,  lors des huit années qu’il a passées en Pennsylvanie, Andre Iguodala a su démontrer loin du Wells Fargo Center à quel point il était efficace quand il était mobilisé dans un rôle qui sied davantage à sa panoplie d’athlète.

Le joueur formé à Arizona n’est clairement pas le shooteur d’élite à longue distance que le bureau exécutif pennsylvanien souhaiterait adjoindre à Ben Simmons, Markelle Fultz et Joel Embiid. Jamais au cours de sa longue carrière, Andre Iguodala n’a atteint la barre symbolique des 40% de réussite à trois points. Il ne s’en est approché qu’à une seule reprise, lors de son dernier exercice sur les rives du Delaware (2011-2012) avec un appréciable 39,4% de réussite sur 3,1 tentatives. Sans être catastrophiques ses pourcentages en carrière (33.6%) et même chez les Warriors (35.4%) ne l’érigent pas dans les fonctions de l’artilleur longue distance qui par sa simple présence sur le parquet desserre les défenses adverses.

Pour autant, Andre Iguodala a largement su contribuer au spacing des Warriors lors des quatre dernières saisons au cours desquelles il affiche un plus probant 38,4% de réussite sur ses 568 tentatives à trois points sur catch and shoot. Est-ce que les 76ers (2017-2018) sauront créer autant de situations sur catch and shoot pour Andre Iguodola que ne purent le faire les champions NBA 2015 et 2017 lors des quatre derniers exercices ?

Sa mécanique lente combinée au fait qu’il ne tente pas sa chance dès qu’une opportunité de tir ouvert derrière l’arc se présente réduit son impact en tant que « floor spacer ».

A ce stade du processus de reconstruction, les Philadelphia 76ers ont besoin de :

  • Spacing (et plus particulièrement de shoot à trois points) afin de faciliter le jeu en attaque pour Markelle Fultz / Ben Simmons / Joel Embiid
  • Polyvalence défensive afin de mettre sur pied une défense où chaque joueur peut aisément switcher sur pick and roll et de faciliter l’apprentissage des jeunes ouailles de Brett Brown.
  • Leadership / expérience

Andre Iguodala coche les 3 cases quand bien même il ne fait que griser celle du spacing quand les deux autres sont noircies comme l’ébène.

La polyvalence défensive d’un cinq : Fultz – Iguodala – Covington – Simmons – Embiid est sidérante et ferait, sans aucun doute, des Philadelphia 76ers une des 10 meilleures de la Ligue en dépit de l’intégration de deux néophytes.

La présence d’un mentor aussi expérimenté et qualifié pour la tâche que le 9ème choix de la draft 2004 contribuerait à instiller une culture défensive chère à Brett Brown. Relai du coach sur le parquet, Andre Iguodala saura rappeler à l’ordre les jeunes prospects quand ils n’opéreront pas les bons ajustements ou relâcheront leur attention. Deux fois champion NBA, MVP des Finals 2015, Andre Iguodala présente le standing et le pedigree à la hauteur de cette tâche.

Particulièrement sollicité précisément parce qu’il peut se fondre dans n’importe quel collectif, il faudra aligner les dollars sur la longue durée pour convaincre Andre Iguodala de quitter la baie d’Oakland d’autant plus les résidents de l’Oracle Arena manqueront de ressources pour remplacer leur numéro 9 s’il venait à exporter ses talents loin de San Francisco. Ainsi Shams Charania de the Vertical ! suggérait la somme de 20 millions de dollars annuels.

Compte tenu de son âge, de ses récents antécédents médicaux (dos en 2016, genou en 2017) et de son style de jeu, Andre Iguodala ne semble pas présenter le profil idoine du joueur à qui il convient de soumettre un tel contrat, quand bien même rapatrier un vétéran de sa trempe sur les rives du Delaware affermirait un peu plus les ambitions sportives immédiates de l’escouade dirigée par Brett Brown.

A l’instar d’un Kyle Lowry, Andre Iguodala et ses agents peuvent allègrement utiliser les 76ers afin d’accroître ses émoluments à Golden State ou chez un autre contender. Quand on peut rendre service aux enfants du pays !

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top