Jeu de la trade deadline 2017

Le jeu de la trade deadline : Marcus Smart débarque à Philadelphie

Pour commencer, plaçons les choses dans leur contexte. A ce stade les 76ers n’ont presque plus le choix : ils doivent transférer un pivot. Même si la santé de Joel Embiid demeure incertaine, il reste dommage de voir Nerlens Noel, Jahlil Okafor et Richaun Holmes se partager les précieuses minutes données actuellement au poste 5. Pas besoin de faire de longs discours pour vous expliquer que cette problématique déjà forte s’empirera quand The Process retrouvera la forme.

Lorsque l’équipe est au complet, Okafor enchaîne les DNP et pendant ce temps là, sa valeur marchande fond comme neige au soleil. La situation devenant critique, il reste jusqu’à jeudi pour faire un choix. Faire de la place pour Jahlil Okafor ou bien l’envoyer ailleurs ? Exit Bryan Colangelo, c’est moi qui prends les manettes !

 

Qui sacrifier ?

Parmi mes quatre pivots, je décide bien évidemment de conserver Joel Embiid. Il est le visage de la franchise et m’en séparer à l’occasion de mon premier deal serait la meilleure façon de me mettre tous les fans à dos dès le départ. Sans évoquer les conséquences supplémentaires qu’un tel choix engendrerait sur l’avenir sportif des 76ers, cette idée n’est pas une option.

Je conserve également Nerlens Noel. Son profil défensif apporte selon moi un vrai plus, tout comme sa faculté à courir en contre-attaque. Pour moi, il correspond totalement à la NBA moderne et je décide de lui donner une chance en tant que back-up sur les deux postes intérieurs. Malgré quelques incertitudes sur ses capacités à briller en tant qu’ailier-fort (notamment offensivement), j’aimerais pouvoir l’utiliser comme un Bismack Biyombo période Raptors avec une course plus efficace et de meilleures mains (attention, tout est relatif : je suis bien conscient que Nerlens Noel est bien loin d’avoir les mains d’un Marc Gasol). L’ancien de Kentucky a donc validé son ticket !

Pour ce qui est de Richaun Holmes, je ne pense pas pouvoir obtenir mieux qu’un second tour de draft en contrepartie. Cela ne m’intéresse pas. Richaun reste donc lui aussi dans l’effectif !

Qui vais-je transférer ? Je vous le donne en mille : Jahlil Okafor. De toutes façons, je ne vois plus comment le conserver. Colangelo lui a dit qu’il partait puis l’a sorti du roster pour finalement le rappeler… Si pour l’instant le joueur semble gérer la situation avec beaucoup de professionnalisme, il mérite davantage de considération. Tout à fait ! Même s’il s’est fait choper à 175 km/h sur le Benjamin Franklin Bridge lors de sa saison rookie et même s’il avait pété un plomb devant quelques fans des Celtics peu de temps avant. Bien que la NBA tourne essentiellement autour du business, ce n’est pas une façon de traiter ses joueurs. Offrons donc à Jah la stabilité qu’il mérite ! A lui cependant de régler ses différends (qui ne me regardent pas) vis-à-vis des fans du Massachusetts. C’est bien vers Boston que je vais l’envoyer.

 

L’élaboration du trade

Pourquoi Boston ? Parce que j’espère tirer le maximum du départ d’Okafor et que ce ne sera pas simple ! Tout d’abord, quand l’on voit ce que les Kings ont obtenu en échange de DeMarcus Cousins, on se rend bien compte qu’il n’est actuellement pas aisé d’obtenir beaucoup en échange d’un pivot (quel que soit son caractère). Ensuite (et c’est ce qui m’embête le plus), mon éventail de possibilités s’est bien refermé. Nuggets et Blazers auraient pu se montrer intéressés, mais ils ont trouvé leur bonheur l’un chez l’autre. Les Pelicans étaient favoris mais viennent de s’attirer les faveurs de Cousins. Les prétendants se font rares et il sera maintenant difficile de faire jouer la concurrence entre les general managers adverses.

Ainsi, autant choisir parmi les équipes qui semblent les plus intéressées qui, selon mes investigations de GM novice, paraissent être Chicago et Boston. Vu que les Celtics disposent de meilleurs assets, c’est à leur porte que je montre mon nez. Que les négociations avec le fameux Danny Ainge, aussi expérimenté que dur en affaires, commencent !

Évidemment, c’est sur le tour de draft des Nets que je lorgne… Malheureusement, je sais pertinemment que je n’ai aucune chance de l’obtenir. Encore moins en échange de Jahlil Okafor. Je décide donc de l’oublier. Si Danny Ainge ne prend pas ma première proposition au sérieux, il coupera court aux discussions. Du coup, même si je sais qu’il y aura des critiques, c’est sur Marcus Smart que je jette mon dévolu.

Pourquoi des critiques ? Parce que ce n’est clairement pas le meilleur timing. Auteur d’un excellent mois de février depuis sa titularisation due à la blessure d’Avery Bradley, le combo guard est au summum de sa valeur. Danny Ainge demandera donc beaucoup en échange de son joueur et ça, il faudra faire avec…

Pourquoi d’autres critiques ? Parce que Smart n’a aucun shoot extérieur. Alors que j’attends impatiemment les débuts de Ben Simmons en NBA, est-ce vraiment malin de vouloir l’associer à un joueur qui présente le même défaut principal ?

Je décide tout de même de prendre le risque. Quand Embiid est sur le terrain, je sais que mes 76ers font partie des toutes meilleures défenses de la ligue. Cela peut devenir ma signature. Dans ce secteur au sein duquel Marcus Smart est spécialiste depuis ses années universitaires, l’ancien d’Oklahoma State est le fit parfait. Dur sur l’homme, vif, malin et capable de contenir des joueurs bien plus grands que lui, il est exactement le joueur que je veux dans l’optique de créer une équipe face à qui il sera difficile de développer son jeu offensif. Je vais donc tenter ma chance !

Sauf que… Problème. Quand je parle à Danny Ainge de faire un simple swap entre Okafor et Smart, celui-ci se met à sourire. Je n’aime pas ça… Il me répond ce à quoi je m’attendais : « Marcus sur le mois de février tourne à 12.8 points, 4.2 passes décisives, 4.1 rebonds et 3.0 interceptions (note à moi-même : ben ouais, il en a déjà fait 8 contre nous la semaine dernière). En plus, son adresse va bien mieux ! Il shoote à plus de 46% sur les trois dernières semaines. Il a montré sa valeur. Okafor, qui chez vous cire le banc, ne suffit pas ! ». Et effectivement, je ne peux pas aussi bien vendre l’ancien Blue Devil. Mon prédécesseur (pourtant surnommé Man of Action) aurait dû bouger plus tôt ! Mais je ne lâche pas l’affaire. Il y a quand même peut-être quelque chose à faire ! Il faut juste que j’offre davantage…

Tout d’abord, hors de question de toucher aux picks du premier tour qui sont en ma possession. Si je n’aime pas vraiment échanger mes propres choix car je tiens à garder une certaine sécurité en cas de saison ratée, je ne veux pas non plus distribuer ceux des Kings sans réfléchir ! Avec le départ de Cousins, ils pourraient vite valoir très cher (surtout que celui de 2019 n’est pas protégé). Je n’évoque pas non plus le futur, hypothétique et protégé pick que me donnera OKC entre 2020 et 2022. Si à Marseille, on dit que demain c’est loin, je refuse de parler de 2020 (et encore plus de 2022) !

Par contre, je pense à T.J. McConnell ! Ouaip, je suis prêt à me faire huer par les fans. Prêt à leur enlever leur coqueluche. Prêt à me débarrasser de mon providentiel clutch player. Ouais, ouais, j’assume ! Être un bon GM c’est aussi être un bon trader, et à la bourse, on revend ses actions quand elles sont au plus haut ! Si McConnell est un joueur auquel on peut vite s’attacher en raison de sa hargne et de son culot, il est difficile de l’imaginer titulaire dans une équipe qui joue le titre. Je pense d’ailleurs qu’il n’est déjà pas loin de son plein potentiel. Si le contexte actuel dans la ville de l’amour fraternel lui permet de briller, je compte donc bien profiter du fait que sa cote soit, à mon avis, à son summum. Et ouais Danny ! Moi aussi je peux te vendre du rêve ! 8.6 points à 48.9%, 8.0 passes décisives et 4.0 rebonds de moyenne sur l’année 2017, avoue que tu l’aimes McConnell !

Bien sûr qu’il l’aime McConnell ! Mais dans cette configuration, le transfert ne passe pas. Boston est trop proche du salary cap pour que cette offre soit validée par la ligue. Pas de problème ! Je compte bien me servir de cette situation pour finir d’amadouer Danny Ainge.

Effectivement, avec les fins de contrat d’Amir Johnson et de Jonas Jerebko, Boston pourrait une nouvelle fois se muer en acteur important de la prochaine free agency. En leur retirant un salaire supplémentaire, je peux augmenter leur flexibilité. Voilà comment mettre encore plus de chances avec moi ! C’est donc sur Tyler Zeller que je jette mon dévolu. De moins en moins utilisé par Brad Stevens, le pivot déçoit. Re-signé l’été dernier pour 2 ans et 16 millions de dollars, il réalise pour le moment, la pire saison de sa carrière (3.9 points et 2.9 rebonds de moyenne). Je suis donc persuadé que ça plairait bien à Danny Ainge que le décharge des émoluments de Tyler Zeller pour cette fin d’exercice bien que son contrat ne soit pas garanti pour la saison prochaine ! De mon côté, au vu de ma marge salariale gargantuesque, je peux me permettre d’absorber le contrat de Zeller sans grande conséquence.

D’un autre point de vue, strictement sportif, le temps de jeu de l’ancien Tar Heel en Pennsylvanie dépendra probablement de la gourmandise de Nerlens Noel l’été prochain. Honnêtement, je pense qu’il y a de fortes chances que Tyler Zeller cire le banc à Philly et ce, jusqu’à la fin de son contrat en 2018. J’aurais même tendance à placer Richaun Holmes devant lui dans la rotation. Mais sait-on jamais ? Peut-être sera-t-il à 27 ans capable de retrouver la stature d’un vrai back-up !

Assez de bavardages, j’en ai suffisamment fait ! Il est grand temps de transmettre ma proposition à Danny Ainge. Et vu que je sais que le dirigeant de l’année 2008 en veut toujours plus, je décide de rajouter en signe de respect, l’un de mes seconds tour de draft 2018 (celui qui arrivera probablement en provenance des Knicks).

 

Proposition finale :

Jahlil Okafor + T.J. McConnell + 2nd tour 2018 contre Marcus Smart + Tyler Zeller

 

Pourquoi les Celtics accepteraient-ils cette offre ?

Côté bureaux : Cette proposition semble correspondre à celles que Danny Ainge affectionne. Celles d’où les Celtics ressortent gagnants ! Ils se séparent d’un joueur avec une forte cote pour en obtenir un dont la cote est au plus bas. Avec le retour imminent d’Avery Bradley, Marcus Smart perdra forcément du temps de jeu et Ainge verra sa valeur diminuer. Pendant ce temps, Jahlil Okafor, de plus en plus souvent oublié au bout du banc des Sixers est clairement sur le départ. Côté Boston, c’est le timing idéal pour négocier une bonne offre entre les deux joueurs.

Pour terminer, le départ de Tyler Zeller permet d’alléger un peu plus la masse salariale des C’s, tandis que le second tour généreusement offert par nos services semble plutôt anecdotique.

Côté terrain : Même si à mon avis, les Celtics ont désespérément besoin d’un rim protector (que n’est pas Okafor), l’arrivée du pivot natif de Chicago est, d’un point de vue totalement sportif, un bon move pour Boston. Réelle menace dos au cercle, il permettra à Al Horford, peu en vue pour le moment, d’être plus souvent décalé au poste 4 comme ce fut le cas il y a bien longtemps à Florida aux côtés de Joakim Noah. Évidemment, une paire Okafor / Horford présente quelques faiblesses, mais l’arrivée de ce pivot, doté d’un fort potentiel et productif tout de suite, apportera, même à court terme, une plus-value intéressante à la maison verte. Impossible de cracher dessus à sept semaines du début des playoffs !

Parallèlement, Danny Ainge ne sera sûrement pas dupe vis-à-vis du potentiel attendu de T.J. McConnell. Il sait très bien ce que vaut le joueur. Pourtant, même si celui-ci n’est pas le spécialiste de la défense qu’est Marcus Smart, ses douze poumons, sa détermination et sa gouaille sauront à coup sûr être utilisés de manière cohérente par Brad Stevens au cours des joutes attendues en avril. Meneur organisateur par essence, il peut se muer en bon back-up dans un profil différent de celui d’Isaiah Thomas.

La seule perte significative pour les Celtics se nomme bien sûr Marcus Smart mais certains annoncent un retour pour Avery Bradley dès vendredi. Encore un bon timing ! Les voyants semblent tellement être au vert que même à Boston ça pourrait paraître suspect !

 

Pourquoi les 76ers accepteraient-ils cette offre ?

Côté bureaux : La cote de Jahlil Okafor baisse de jour en jour. Sans un transfert imminent, cela continuera. Comment espérer faire grimper la valeur d’un joueur si on est incapable de lui promettre du temps de jeu ? Bryan Colangelo semble avoir un peu loupé le coche. Il est donc grand temps d’agir ! C’est d’ailleurs pour éviter une telle situation (à moindre échelle, certes) qu’il est sûrement temps de transférer T.J. McConnell.

L’absorption du contrat de Tyler Zeller ne devrait pas poser de souci au vu de la toute petite masse salariale que présentent les 76ers à ce jour et ce, même s’il devait se montrer complètement inutile sur le parquet.

Enfin, avec un tel trade, les Sixers ne devraient plus se retrouver qu’à 2 millions et des brouettes du salary floor. L’atteindre ne devrait donc plus être un problème.

 

Côté terrain : La présence de Jahlil Okafor à Philly est aujourd’hui superflue. Il faut donc obtenir quelque chose d’utile en échange, quoi que ce soit. A Philly, les postes 1 et 2 sont sans aucun doute les plus faibles, notamment depuis la blessure de Jerryd Bayless, out pour la saison. Récupérer un combo guard de qualité est donc forcément une bonne chose.

Le manque de shoot de Smart est problématique, c’est certain, mais ses qualités défensives pourraient faire des 76ers une équipe capable d’étouffer régulièrement ses adversaires.

Tyler Zeller pourrait lui, retrouver une chance d’obtenir à nouveau temps de jeu (on n’est jamais à l’abri d’une bonne surprise) si Nerlens Noel devait partir dans quelques mois.

Sur le terrain, la plus-value est donc bien réelle malgré le flagrant souci de tir extérieur. Voici d’ailleurs pourquoi Malik Monk pourrait être l’une de mes priorités lors de la prochaine draft, mais ça… C’est une autre histoire.

 

Epilogue

Dans les faits, j’ai peur que même si sur le papier, ce deal semble cohérent, Danny Ainge, en fin marchand de tapis, devrait être capable de négocier suffisamment pour offrir moins en retour de Jahlil Okafor. Il pourrait même annoncer aux Sixers que pour Marcus Smart, il faudra lâcher Nerlens Noel qui selon moi, correspondrait bien mieux au jeu des Celtics. J’espère sincèrement que Colangelo refusera ce type d’offre.

Attendons de voir désormais si le Man of Action sera capable de tenir la dragée haute face aux general managers rivaux malgré la faible cote d’Okafor. Malheureusement pour le double dirigeant de l’année (2005 et 2007), c’est bien le minimum de ce que les fans de Philadelphie attendent de leur GM, après le controversé départ de Sam Hinkie. Un premier trade raté pourrait vite s’avérer impardonnable !

 

Contribution proposée par Guillaume Graciano (@gyomasi)

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top