Rumeurathon 2017

Les Mavs sur la piste de Jahlil Okafor?

Réintégré dans le groupe lors du déplacement à Boston, Jahlil Okafor n’a pas défait ses valises. Parti dès le lendemain à la Nouvelle-Orléans où il représentait les Philadelphia 76ers, le pivot sophomore s’est envolé pour Duke sitôt le Rising Stars Challenge terminé. De retour, là où il a remporté le titre universitaire, Jahlil Okafor attend de connaître sa nouvelle destination.

« Il y a un tas de rumeurs. La Nouvelle-Orléans, Chicago. Peut-être dix équipes. Comme je l’ai déjà dit, je me concentre sur ce que je peux contrôler. Les rumeurs vont continuer d’affluer. A ce que je sache, je suis encore un 76er et je vais continuer à travailler dur chaque jour »

Jahlil Okafor

Sean Deveney, au détour d’un article sur la situation du pivot, présent à NOLA, alors que les Pelicans étaient encore présentés comme les principaux candidats à l’accueil de l’ancien Dukie, exposait que les Dallas Mavericks avaient manifesté leur intérêt pour le pivot par le passé et qu’ils pourraient bien être amenés à explorer de nouveau cette piste avant jeudi.

Un potentiel intérêt de Mark Cuban pour le troisième choix de la draft 2015 fait sens à bien des égards. L’acquisition d’Andrew Bogut cet été n’a pas porté les fruits espérés. L’australien n’ayant disputé que 26 matchs sous les ordres de Rick Carlisle, les Mavericks sont contraints d’aligner un Dirk Nowitzki de 38 ans dans la peinture. S’il est une équipe dans la Ligue où les lacunes de Jahlil Okafor en défense seraient les moins criantes sur les résultats collectifs, c’est probablement dans le Texas qu’on la trouve.

De manière plus structurelle, l’acquisition de Jahlil Okafor réinscrirait à l’agenda des Texans l’impérieuse nécessité d’un processus de reconstruction au crépuscule de la carrière de Nowitzki, que la lutte pour la huitième place à l’Ouest que se livrent les Mavericks, les Kings, les Blazers, les Pelicans et les Nuggets ne saurait dissiper.

S’ils sont en course pour une qualification en post-season où un sweep face aux Warriors attend le vainqueur de cette âpre lutte, les Mavericks le doivent à un contexte historiquement favorable. Pour la première fois en ce XXIè siècle, l’accession en post-season se jouera en deçà des 50% de victoires. Détenteurs de la 8è place, les Nuggets affichent un bilan de 25 victoires pour 31 revers (soit 44,6% de victoires) à quelques encablures devant des Mavericks qui émargent à moins de 40% de victoires.

Sans cette faiblesse conjoncturelle de la seconde moitié de la conférence Ouest, clamer l’inéluctabilité d’un processus de reconstruction de la franchise texane relèverait du pur truisme. Mark Cuban ne saurait se permettre de laisser Harrison Barnes comme seul héritier de Dirk Nowitzki. Dans ce contexte une acquisition de Jahlil Okafor à vil prix fait sens. Mais qu’ont les Mavericks à offrir aux 76ers?

A la tête d’un effectif vieillissant et dépourvu d’héritier digne de Dirk Nowitzki, les Mavericks ne disposent pas d’une pléthore d’arguments à faire valoir sur le marché des transferts.

Les jeunes talents

Le réservoir de jeunes talents des champions 2011 n’est pas des plus séduisants. Nicolas Brussino, A.J Hammons, Dorian Finney-Smith et Dwight Powell ne semblent pas être supérieurs aux Timothé Luwawu-Cabarrot, Richaun Holmes et Nik Stauskas. Yogi Ferrell a vu Chasson Randle lui être préféré lors du workout organisé par les 76ers au lendemain du licenciement d’Hollis Thompson.

Justin Anderson, le 21ème choix de la draft 2015 présente un profil intriguant. Ce formidable athlète n’a pas encore eu l’opportunité de confirmer en NBA. Cette saison, il affiche des moyennes de 6,5 points avec un pourcentage de 30,3% de réussite à trois points, 2,9 rebonds, 0,6 passe, 0,5 interception en 13,9 minutes. Est-ce que les 76ers disposeront de davantage de minutes à lui octroyer ? Seront-ils en mesure de lui proposer un environnement plus propice à son développement ? Pas certain.

Seth Curry est probablement la cible la plus indiquée. Après une saison à 45% de réussite à longue distance sur 111 tentatives avec les Sacramento Kings, le frère de Steph a paraphé un contrat de deux ans avec les Mavericks pour moins de 6 millions de dollars. Cette saison, avec un temps et un volume de jeu supérieurs, il évolue toujours au-dessus des 40% de réussite (41,6% sur 226 tentatives, 4,3 par rencontre). Shooteur unidimensionnel et sous-dimensionné pour le poste 2, le shooteur de 26 ans serait une prise de choix pour évoluer aux côtés de Joel Embiid et Ben Simmons mais il le serait tout autant au côté de…Jahlil Okafor.

 

Les vétérans

Dirk Nowitzki, Andrew Bogut, Deron Williams, Salah Mejri et Devin Harris arrivent tous en fin de contrat à l’issue du présent exercice. Ils ne peuvent dès lors être l’objet d’un salary dump trade de nature à attirer des assets en Pennsylvanie.

Harrison Barnes a paraphé un contrat de 94 millions de dollars que nous appelions les 76ers à ne pas lui soumettre, J.J Barea est probablement tout aussi utile aux Mavs qu’il ne pourrait l’être aux 76ers. Reste, la piste menant à Wesley Matthews.
A lire :

 

Archétype du 3&D, shootant à 39% à trois points en carrière et capable de tenir les meilleurs arrières adverses, l’ancien Blazer présenterait le profil pour s’insérer dans une équipe guidée par Ben Simmons et Joel Embiid. A 29 ans, Wesley Matthews pourra accompagner le développement des jeunes 76ers jusqu’à l’échéance de son juteux contrat (17,88 millions de dollars en 2017-2018 et 18,62 millions de dollars l’année suivante) quand la franchise devra opérer des choix financiers. Ceci étant dit, l’historique de blessure de l’arrière non drafté à sa sortie de Marquette appelle à la prudence.

 

Les tours de draft

A l’instar des Pelicans, les Dallas Mavericks présentent l’avantage de disposer de l’intégralité de leurs choix de draft. Seuls leurs choix du second tour 2018 (Bucks) et 2019 (Warriors) sont susceptibles de quitter l’escarcelle de Mark Cuban s’ils venaient à s’établir sur les positions 56 à 60 de l’ordre de sélection. Ils disposent même d’une sélection supplémentaire avec le choix du second tour 2019 ou 2020 des Golden State Warriors.

Ce serait là, leur principale monnaie d’échange pour attirer Jahlil Okafor dans le Texas. Il s’agira aussi des principales ressources à leurs dispositions quand leur classement leur imposera de manière irrémédiable une reconstruction.

Après l’extinction de la piste menant aux Pelicans, l’avenir de Jahlil Okafor est toujours plus incertain. Face à cette situation, il convient de mettre en exergue l’exceptionnel sang froid et le professionnalisme sans faille de Jahlil Okafor.

« Ce n’était pas quelque chose qui m’a surpris. Tout le monde dans la franchise s’est montré honnête avec moi, je savais ce qui se tramait et j’ai pu prévenir ma famille. J’ai composé avec des rumeurs de transfert depuis que je suis en NBA, ce n’est pas nouveau. Je vais bien, je comprends que c’est une part du travail d’un athlète professionnel. Je suis impatient de savoir ce qui va se passer dans les prochains jours ».

Jahlil Okafor

Verdict, jeudi à 21 heures.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top