Rumeurathon 2017

DeMarcus Cousins envoyé à NOLA, une nouvelle victoire pour Sam Hinkie

Détenteur d’une colossale marge de manoeuvre sous le salary cap tout au long de son mandat sur les rives du Delaware, Sam Hinkie a opéré avec constance sur le marché des transferts en offrant la possibilité aux bureaux exécutifs soucieux d’assainir leurs finances de se délester de contrats devenus encombrant pour peu qu’ils envoient en Pennsylvanie des choix de draft.

A l’ouverture de la free agency 2015, Sam Hinkie et son vice-président, l’inventeur de l’ESPN trade machine, Sachin Gupta, profitaient de la maîtrise limitée des arcanes du CBA du nouvel homme fort des Sacramento Kings, Vlade Divac pour soutirer à la franchise californienne une cohorte d’assets.

A lire :

Nouvellement intronisé dans ses fonctions de GM, Vlade Divac escomptait dégager de la flexibilité financière afin d’apporter plus de soutien à DeMarcus Cousins. Pour ce faire, le stratège serbe envoyait à Philadelphie les contrats de Jason Thompson, Carl Landry et Nik Stauskas assortis de droits de swap lors des draft 2016 et 2017, du choix du premier tour 2019 (non protégé) des Kings. Au passage, Sam Hinkie cédait deux des joueurs acquis au second tour de la draft 2016, Arturas Gudaitis et Luka Mitrovic.

Au-delà de la création de valeur à partir de rien, les motivations de l’ancien décisionnaire des 76ers étaient limpides : parier sur l’instabilité de la franchise californienne, de son propriétaire et de sa star dont le contrat arrive à échéance en 2018, et attendre de récolter les fruits d’un cap space savamment mobilisé.

En 2016, la contribution des Kings fut marginale, quelques balles de loterie supplémentaires.

 Choix n°1Choix n°2Choix n°3Choix n°4
Avec droit de swap26,9%22,62%18,16%32,32%
Sans droit de swap25%21,5%17,8%35,7%
Evolution+ 1,9%+1,12%+0,36%- 3,38%

Les 76ers n’en eurent pas besoin pour quitter le plateau avec le premier choix et la latitude de sélectionner Ben Simmons. La récolte pourrait désormais s’avérer plus probante lors de deux des trois prochains exercices.

La chasse à l’agent libre de renom à l’été 2015 ne fut pas concluante pour l’ancien pivot des Kings et des Lakers. Contraint de se focaliser sur des cibles secondaires, il parvint à séduire Rajon Rondo, Kosta Koufos et Marco Bellinelli. L’intérieur grec est le seul à être toujours sous contrat avec les Kings, Rajon Rondo est parti libre après une saison passée en Californie, Marco Bellinelli a lui été échangé contre le 22è choix de la draft 2016, où Vlade Divac jeta son dévolu sur Malachi Richardson.

Après avoir dilapidé ses assets pour offrir, sans succès, un supporting cast digne de ce nom à DeMarcus Cousins, Vlade Divac vient de conclure une transaction qui scelle un peu plus la légende de Sam Hinkie.

Alors que les Kings n’ont jamais semblé être aussi proches d’une qualification en post-season, DeMarcus Cousins est envoyé chez les Pelicans en compagnie d’Omri Casspi contre le choix du premier tour 2017 des Pelicans (protégé top 3), le choix du second tour des 76ers (cédé dans le cadre du trade d’Ish Smith), Buddy Hield, Langston Galloway et le contrat expirant de Tyreke Evans.

Une contrepartie pour le pivot All-Star qui semble être du même acabit que le package cédé par Vlade Divac 20 mois plus tôt pour se débarrasser de Carl Landry.

Les Sacramento Kings viennent donc d’entériner leur décision d’initier un processus de reconstruction exactement au moment où une telle entreprise maximisera les assets glanés par Sam Hinkie lors du trade du 1er juillet 2015.

S’ils évoluaient à la lisière du 8è seed à l’Ouest, les Kings détiennent actuellement le 11è plus mauvais bilan de la Ligue, à seulement 2,5 matchs des…Philadelphia 76ers. Sans DeMarcus Cousins, les hommes de Dave Joerger affichent un net rating de -7.1 qui laisse augurer de nouvelles possibilités pour le pick swap.

Sans compter que le choix de draft 2019 cédé par Vlade Divac sera désormais déterminé par les résultats sportifs d’une équipe dont le meilleur joueur est…Rudy Gay.

On notera qu’après le pick des Lakers dont il n’aurait jamais dû bénéficier, Bryan Colangelo hérite de nouveau d’une situation bien plus favorable que celle qu’il espérait créer. En ne parvenant pas à conclure d’échange avec Dell Demps autour de Jahlil Okafor, le monsieur Jourdain du management NBA a laissé ouverte l’opportunité pour les Pelicans de considérablement affaiblir les Sacramento Kings. Au plus grand bénéficie des Philadelphia 76ers.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top