Draft 2016

[Draft 2016] – Quand Bryan marche sur les traces de Sam

BenSimmonsBryanColangeloLuwawu

Dans le cadre d’un bilan de la draft réalisée par les franchises disposant de plusieurs sélections dans le premier tour, nous avons brièvement dépeint la soirée de Bryan Colangelo. Nous vous recommandons vivement la lecture de l’article complet, publié sur Débats Sports et rédigé par Anthony Dubourg.

Draft 2016 – Quand Bryan marche sur les traces de Sam

Au terme d’une saison conclue avec une victoire de plus que le pire bilan établi par leurs devanciers de 1972-1973, les Philadelphia 76ers se présentaient au Barclays Center dans une situation aussi appréciable que singulière.

Pour la première fois depuis 20 ans, Philadelphie s’apprêtait à accueillir le premier choix de la cuvée. Les lottery balls avaient offert à Bryan Colangelo ce qu’elles ont toujours refusé d’accorder à Sam Hinkie, le privilège de souffler au commissionner le patronyme du prospect à convoquer au pupitre en ouverture de la cérémonie.

Au cœur de la saison, les propriétaires avaient procédé à un ajustement qui portait les germes de la révolution de palais à venir. Cinq mois après s’être offert les services de Jerry Colangelo, Josh Harris et David Blitzer embauchaient son rejeton pour succéder à un Sam Hinkie, marginalisé, et contraint à la démission.

Bryan Colangelo - Man of Action

La draft du 23 juin offrait une arène idoine pour un homme d’action de l’acabit de Bryan Colangelo. Récipiendaire du premier choix et de deux sélections additionnelles dans le dernier tiers de l’ordre de sélection, le nouveau décisionnaire disposait de toute latitude pour mettre à profit sa première soirée afin de marquer une inflexion quant aux préceptes et méthodes de son prédécesseur.

Lors du processus pré-draft, Bryan Colangelo avait esquissé, interviews après interview, ses intentions avec suffisamment de régularité qu’un agenda s’était peu à peu imposé à l’esprit des observateurs et probablement de ses homologues : la cérémonie du 23 juin devait être pour le GM l’occasion de liquider l’héritage de Sam Hinkie ; le premier choix permettrait de rapatrier en Pennsylvanie la superstar tant convoitée, les choix 24 et 26 seraient mobilisés afin de recruter un joueur d’impact et non pour accueillir des jeunes pousses encore trop vertes pour inverser la courbe des succès et l’excédent de talents à l’intérieur serait placé sur le marché afin d’adjoindre à un effectif – qu’il convenait de rééquilibrer – un meneur de jeu efficient.

Expurgée du suspens afférant au patronyme du prospect qui résonnerait en ouverture de la cérémonie ; l’approche des 76ers à l’orée de la draft laissait planer plusieurs scénarios possibles dont un plus inquiétant que toutes ses alternatives ; celui de l’empressement du nouveau bureau exécutif pennsylvanien à présenter une équipe respectable quitte à brouiller l’horizon de l’édification d’un authentique contender sur les rives du fleuve Delaware.

Le temps d’une soirée au cœur de Brooklyn, Bryan Colangelo pouvait altérer la temporalité du processus de reconstruction des 76ers, régler les problèmes légués par son prédécesseur, et étayer la réputation que Keith Pompey s’acharne à dépeindre à longueur d’articles.

Il n’en fit rien.

Avec le premier choix, Bryan Colangelo a jeté son dévolu sur Ben Simmons, présenté comme un des deux meilleurs prospects de cette cuvée et rare candidat au statut de superstar dans la Grande Ligue. De la pertinence de cette décision découlera l’évaluation définitive de la soirée du stratège.

Premier à annoncer son choix, il n’était pas le dernier à ouvrir les discussions avec ses homologues pour échafauder un échange qui l’autoriserait à convoquer un second prospect au pupitre lors des 40 premières minutes de la cérémonie tout en réglant le problème de surabondance de talents à l’intérieur.

En l’espèce, Bryan Colangelo n’est pas parvenu à ses fins en dépit d’offres ineptes et de cibles contestables. Toute la première partie de soirée a été animée par la quête de Kris Dunn, meneur aux qualités manifestes mais à la complémentarité contestable avec Ben Simmons.

Le bilan de Bryan Colangelo a été sauvé de lui-même par le refus de Danny Ainge et Tom Thibodeau de se délester d’un joueur apprécié des stratèges de Windy City alors que tous deux tentaient d’exfiltrer Jimmy Butler du chantier de Chicago.

Proposer Nerlens Noel, Robert Covington, les choix 24 et 26 pour obtenir un choix permettant de sélectionner un meneur de jeu, au prétexte que l’effectif ne dispose pas de personnel qualifié à la position constituait une rupture avec le hinkisme. La prise de décision était mauvaise quel qu’en soit le résultat escompté. Bryan Colangelo était prêt à surpayer l’accès à un pick qui lui aurait permis de combler un besoin spécifique.

Evaluer un GM, ce n’est pas tant évaluer ses résultats que les décisions qui les sous-tendent. Tout au long de sa carrière, débutée à l’âge de 26 ans chez les Phoenix Suns détenus par Jerry, Bryan Colangelo s’est fait une spécialité de récolter les meilleurs résultats possibles de ses mauvaises décisions initiales. Son plan B s’est régulièrement avéré être bien mieux calibré que ses velléités initiales.

Un tel scénario s’est reproduit lors de sa première draft en tant que président des opérations basketball des 76ers. La gestion de la soirée par le dirigeant n’est pas dénuée de tout mérite. Face aux exigences de Danny Ainge (inclusion du choix 2017 des Lakers dans la transaction ?) et aux décisions de ses homologues détenteurs des choix dans le second tiers de l’ordre de sélection, il a su amender son approche initiale.

Avec le point forward australien Bryan Colangelo a mis la main sur un jeune talent au profil et au potentiel uniques. Avec ses choix 24 et 26, il est parvenu à concilier l’inextricable dilemme de la draft, en sélectionnant les meilleurs talents disponibles tout en infusant à son effectif les compléments idoines aux pièces déjà en place.

Une équipe qui sort d’une saison à 10 victoires est confrontée à une impérieuse nécessité : ajouter du talent. Timothé Luwawu comme Furkan Korkmaz répondent à cette exigence. Le français comme le turc ont été perçus comme des potentiels lottery picks avant que leur cote ne s’érode sous l’effet de leurs velléités de rejoindre les Etats-Unis aussi rapidement que possible.

Une équipe qui vient de sélectionner Ben Simmons avait cruellement besoin de défense et de shooting, bien davantage que d’un meneur de jeu. Timothé Luwawu, de par ses prédispositions physico-athlétiques et son arsenal technique, présente le profil rare dans cette cuvée du prospect susceptible de produire un impact des deux côtés du parquet. A 18 ans, Furkan Korkmaz est probablement le pur shooteur le plus efficient de sa génération.

Tous deux engagés contractuellement avec leur club (Mega Leks et Anadolu Efes), ils disposent d’une clause de buyout qui peut leur ouvrir les portes du nouveau centre d’entraînement des 76ers dès cet été. Pour autant leur contribution immédiate aux résultats comptables de l’équipe demeurera marginale la saison prochaine.

Bryan Colangelo a échoué à remplir les objectifs qu’il s’était lui-même fixés. Incapable d’exécuter son plan ou de créer du mouvement, l’homme d’action a réalisé une draft qui inscrit encore davantage les 76ers dans l’échéancier fixé par Sam Hinkie.

En dépit de la quête de respectabilité de leur nouvelle direction, les 76ers devront de nouveau se projeter sur les candidats à la prochaine draft. Détenteurs de leur propre sélection agrémentée du droit de swap avec les Sacramento Kings – qui se sont orientés vers des talents à développer plutôt que vers des contributeurs immédiats – et toujours bénéficiaires du choix des Los Angeles Lakers, protégé top 3, les 76ers jouiront de nouvelles opportunités d’attirer un talent du standing de Joel Embiid ou de Ben Simmons.

Après une draft (involontairement) réussie, Bryan Colangelo aborde une free agency, où ses habiletés relationnelles pourront s’exprimer, auprès des agents libres qu’il convoite et de leurs représentants qu’il choie, mais aussi auprès de Nerlens Noel et Jahlil Okafor, probablement émerveillés par l’audace de leur nouveau GM.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :