Chroniques

Pourquoi Grandy Glaze a-t-il été testé par Philadelphie ?

Grandy Glaze

A l’orée d’une draft lors de laquelle les Philadelphia 76ers disposeront de trois choix du premier tour dont le premier, les prospects se succèdent au PCOM. Parmi les joueurs testés ce jour, on retrouve des joueurs méconnus du grand public et un jeune homme qui ne suscitera pas l’enthousiasme des observateurs plus avisés.

Grandy Glaze, senior, issu de la Grand Canyon University, évolue à l’aile tout en présentant la taille et l’envergure d’un second arrière. Au sein de la modeste Western Athletic Conference, Grandy Glaze a conduit les Antelopes à un appréciable bilan de 11 victoires pour 3 revers. Affichant des moyennes de 14 points et 8,8 rebonds par match, il était la seconde menace offensive d’un programme qu’il a rejoint cet été après avoir passé trois années sous les couleurs de St Louis.

 

Dans le Missouri, au sein de la A-10, Glaze était moins productif et ne pouvait se targuer que d’une ligne statistique de 3,8 points et 4,5 rebonds lors de sa saison junior, jusqu’alors la plus aboutie de sa carrière universitaire. Sous-dimensionné pour occuper le poste 3 en NBA, Grandy Graze n’a par ailleurs pas rentré le moindre panier primé durant ses quatre années en NCAA, et n’a jamais conclu une saison avec plus de passes décisives distillées que de pertes de balles commises.

Joueur médiocre, évoluant face à une adversité de faible qualité, Grandy Glaze n’a jamais bénéficié d’une réputation et d’une couverture médiatique qui pourraient l’inscrire dans les traces d’un Cliff Alexander dont le passif en tant que lycéen lui offrait une cote de popularité que son absence manifeste de talent ne dissipa pas totalement lors de son passage à Kansas.

Au terme de son workout avec les 76ers, Grandy Glaze s’est appliqué à serrer la main de chacun des journalistes présents, les remerciant de lui avoir accordé du temps, arguant qu’il n’avait jamais eu la chance de réaliser des interviews face à un tel panel de médias.

Absent de Wikipedia, sa fiche sur Draftexpress est incomplète et aucun scouting report ne lui a été accordé.

A sa sortie du lycée, il émergeait à la 186ème position du RSCI, index issu d’une combinaison des classements des meilleurs prospects lycéens établis par six sites de référence (scout.com, rivals.com, hoopmasters, SLAM, MaxPreps, Scouts Inc-ESPN). Dans sa classe d’âge (2011), 188 joueurs avaient obtenu a minima une mention de la part d’un de ces six classements. Seul Hoopmasters l’avait intégré à sa sélection, à la 149ème place de son top 150.

Grand Canyon University n’est par ailleurs pas réputé comme étant un programme qui produit de nombreux prospects calibrés NBA. Et pour cause ! Bayard Forrest est le dernier joueur issu de GCU à avoir évolué en NBA. Ce fut durant deux saisons, sous les couleurs des Phoenix Suns entre 1977 et 1979. Pivot remplaçant, jamais titularisé, il quitta la Grande Ligue avec des moyennes de 4,1 points et autant de rebonds par match.

Joueur médiocre à l’Université comme il le fut au Lycée, évoluant dans un programme de faible renommée, sous-dimensionné pour la NBA et dépourvu de jump shot, Grandy Glaze a été convié à un workout par une franchise qui a jusqu’à présent réalisé de tels tests avec seulement trois joueurs attendus dans le premier tour lors de la cérémonie du 23 juin. Sa présence au sein du PCOM intrigue. Que venait donc faire un tel joueur au sein des installations des Philadelphia 76ers ?

Jerry Colangelo - GCU Colangelo College of Business

Si la présence de Grandy Graze au PCOM pour son premier workout avec une franchise NBA ne résulte pas de ses qualités de basketteurs, elle n’est probablement pas étrangère à sa décision de quitter Saint-Louis pour rejoindre l’Université de Grand Canyon où un certain Jerry Colangelo opère en tant que conseiller spécial du programme de basketball.

A côté d’un plus large temps de jeu sur le parquet, GCU offrait à Grandy Glaze le loisir de poursuivre ses études au sein de l’école de commerce de l’Université de Grand Canyon qui, depuis septembre 2014, répond à l’intitulé de « Colangelo College of Business ». S’il a accepté de prêter, gracieusement, son patronyme à l’école de commerce au sein de laquelle il aspire à promouvoir un « capitalisme conscient, l’éthique et l’esprit d’entreprise », Jerry Colangelo est rétribué pour les conseils qu’il prodigue au programme de Basketball. Signe annonciateur de ce qu’il allait entreprendre en Pennsylvanie, Jerry Coangelo marqua son emprise sur le programme en oeuvrant en coulisses afin de remplacer Russ Pennell, coach respecté et expérimenté en NCAA, par l’ancien Sun et désormais ami de Jerry sur le banc des Antilopes, Dan Majerle.

Après avoir tiré profit de son influence auprès des instances de la Ligue pour évincer Sam Hinkie et contribuer au recrutement de son fils à un des postes les plus appréciables de la NBA, Jerry Colangelo userait-il de son influence sur le Front Office des Philadelphia 76ers pour valoriser le programme de basketball universitaire qu’il conseille ?

A moins qu’il n’ait perçu en Grandy Graze, le « basketball guy » qui faisait tant défaut aux Sixers avant le 7 décembre 2015 ?

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :