Rumeurathon 2016

Bryan Colangelo prêt à échanger Noel, Stauskas et Covington contre Jeff Teague ?

Avec le succès des Philadelphia 76ers lors de la loterie, l’intersaison était amenée à s’articuler autour de deux débats : celui relatif à l’identité du prospect à sélectionner en ouverture de la cérémonie du 23 juin – Ben Simmons ou Brandon Ingram ? – et celui déjà largement discuté tout au long de l’exercice écoulé – doit-on échanger Nerlens Noel ou Jahlil Okafor ?

Jusqu’à présent, au rumeurathon, Ben Simmons et Jahlil Okafor semblaient tenir la corde. De Bill Simmons à Chad Ford, les insiders plus ou moins avertis attestaient des volontés des Sixers de céder Jahlil Okafor tout en présentant les Boston Celtics de Danny Ainge comme de sérieux candidats à l’acquisition du troisième choix de la draft 2015.

C’était sans compter sur les indiscrétions de Shams Charania qui nous apprend que les 76ers et les Hawks auraient entrepris des discussions quant à un échange qui impliquerait Jeff Teague et Nerlens Noel.

En échangeant Nerlens Noel contre Jeff Teague, Bryan Colangelo rééquilibrerait, a minima sur le papier, son effectif, en cédant un de ses trois pivots pour faire l’acquisition d’un meneur de jeu solide et expérimenté.

Rappelons que lors de la trade deadline, Keith Pompey indiquait que les 76ers et les Hawks avaient discuté d’un échange impliquant l’autre meneur des Hawks, Dennis Schröder, en contrepartie duquel, les Sixers étaient disposés à céder le choix du premier tour 2015 du Heat, Ish Smith et Nik Stauskas.

C’est un tout autre package que Bryan Colangelo serait enclin à envoyer en Géorgie pour rapatrier Jeff Teague sur les rives du Delaware.

L’impact de la situation salariale de Nerlens Noel sur les velléités du décisionnaire d’envisager sa mise sur le marché n’est pas à minorer. Eligible à une prolongation de contrat, le pivot de 22 ans, produit assurément plus de valeur sous l’égide d’émoluments indexés sur l’échelle salariale des rookie qu’à la tête de son nouveau contrat.

En l’espèce, la cible, Jeff Teague, laisse perplexe.

Le meneur de jeu de 27 ans (il fêtera ses 28 ans, le 10 juin) sera agent libre non restreint à l’issue du prochain exercice. En l’acquérant cet été, les Philadelphia 76ers s’offriraient la possibilité de lui soumettre un contrat maximum de cinq ans mais aucune garantie de le conserver au-delà de la saison 2016-2017.

Offrir ce qui s’apparentera à un contrat maximum à un meneur de jeu de 29 ans ne semble répondre qu’à une seule logique, celle de compenser un besoin à une position où les Sixers ont titularisé Michael Carter-Williams, Tony Wroten, Isaiah Canaan, T.J McConnell et autre Ish Smith lors des trois dernières années.

Si les Sixers s’orientent comme le laissent entendre les bruits de couloir, sur Ben Simmons, le besoin d’un meneur de jeu est largement atténué par la capacité de création de l’australien. Pis encore, la présence de ce dernier contraindrait Jeff Teague à composer avec des responsabilités limitées à la création tout en rendant indispensable son travail défensif sur les meneurs adverses.

Au sortir d’un contrat de 4 ans à 8 millions annuels et à l’orée d’une free agency où il pourrait percevoir des émoluments substantiels, est-ce que le meneur All-Star serait enclin à accepter de se consacrer aux basses besognes et à assumer un rôle secondaire à la création derrière un rookie au sein d’une équipe qui ne pourra légitimement disputer le titre ?

La situation contractuelle de Jeff Teague interpelle d’autant plus qu’afin de conserver l’espoir de le conserver au-delà du prochain exercice, il conviendra de lui offrir des garanties autres que financières.

Avec le premier choix de la draft 2016, les Philadelphia 76ers disposent de leur meilleure chance de sécuriser le franchise player qu’ils recherchent depuis le départ d’Allen Iverson. Aussi solide soit-il par rapport au personnel en place, Jeff Teague ne saurait produire quelconque influence sur l’identité du joueur à sélectionner le 23 juin prochain et encore moins sur l’impérieuse nécessité de placer ce prospect dans un environnement optimal pour son développement.

Si Brandon Ingram s’acclimaterait plus aisément à présence d’un Jeff Teague, il est un prospect dont l’impact immédiat dans la Grande Ligue sera assurément limité par son physique trop frêle pour porter les 76ers vers le niveau de compétitivité auquel aspire un Jeff Teague.

Ben Simmons serait, quant à lui, placé dans des conditions idéales avec un meneur de jeu solide défenseur, à l’aise sur catch and shoot et dont le jeu n’est pas conditionnée par la présence de la gonfle entre ses mains, de shooteurs longue distance et d’un pivot capable de switcher sur le pick and roll et surtout de protéger le cercle tout en se montrant efficient sur catch and finish.

En l’occurrence, Bryan Colangelo s’apprêterait à céder un protecteur de cercle, incroyablement mobile, et deux de ses principaux shooteurs à trois points pour mettre la main sur un…meneur de jeu.

En effet, Nerlens Noel, ne serait pas la seule pièce invitée à s’installer en Pennsylvanie. Dans son article, Shams Charania évoque un « package » qui pourrait, selon Keith Pompey comprendre Nik Stauskas et Robert Covington.

A l’issue de cette transaction dont la conclusion n’est, selon The Vertical, pas imminente, les 76ers se retrouveraient dépourvus de leur ancre défensive et de deux de leurs meilleurs shooteurs pour subtiliser aux Hawks, un meneur qui pourrait devenir dispensable en raison de la présence de Dennis Schroeder.

Si ce n’est pour flatter le département communication de la franchise, l’acquisition de Jeff Teague, contre le package suggéré par Keith Pompey et Shams Charania, ne produit peu de sens, à ce stade du processus de reconstruction.

Jeff Teague n’est pas un mauvais basketteur et bien qu’il évolue à la position probablement la plus dense de la Ligue, en d’autres circonstances, il aurait été une adjonction salvatrice au roster pennsylvanien.

En l’occurrence, après trois années de reconstruction au terme desquelles, les Sixers ont accumulé les jeunes talents, les choix de draft et une exceptionnelle flexibilité salariale, l’arrivée de Jeff Teague se réaliserait à contretemps. Dans son prime, le meneur de jeu côtoierait de jeunes joueurs qui n’accompliront leur plein potentiel que lorsque lui-même déclinera. Afin de le conserver sur le long terme, les Sixers seront contraints de le surpayer et d’accélérer plus que de raison leur retour à la compétitivité.

A l’orée d’une classe de draft où les meneurs de jeu seront légion (Lonzo Ball, De’Aron Fox, Dennis Smith, Frank Ntilikina, Markelle Fultz…) et pour laquelle les 76ers disposeront de leur propre sélection magnifiée du droit de swap avec les Kings et du choix des Los Angeles Lakers, le timing ne semble pas plaider pour l’acquisition d’un meneur de jeu de 28 ans.

Si la transaction venait à se conclure, Bryan Colangelo débuterait son mandat par un mouvement par essence anti-hinkien. Là où Sam Hinkie avait débuté le sien par la cession, au meilleur moment, d’un jeune meneur de jeu All-Star contre Nerlens Noel et un choix de draft qui deviendra Dario Saric, le choix du premier tour 2017 des Philadelphia 76ers et les choix du second tour 2020 et 2021 des New York Knicks, Bryan Colangelo acquerrait contre un des pivots défensifs les plus efficients de la Ligue et deux jeunes talents, un meneur de jeu All-Star, au plus mauvais moment possible.

Un tel mouvement serait une excellente contribution à la candidature de Bryan Colangelo au titre de meilleur dirigeant de l’année pour son premier exercice en Pennsylvanie.

Un tel mouvement serait potentiellement létal pour l’avenir des Philadelphia 76ers. Exactement comme ce que fit à Toronto, le fils de Jerry Colangelo.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top