Mark Tatum - Loterie 2014 - Enveloppe
Loterie

Tout ce que vous devez savoir sur la loterie 2016

Après une année d’attente, légèrement perturbée par la programmation de 82 matchs de basketball, une bagarre de rue et un coup d’état en coulisses, les Philadelphia 76ers s’apprêtent de nouveau à affronter les aléas de la loterie. Assurés de bénéficier d’un choix dans le top 4 en raison de leur statut de cancres de la Ligue, les 76ers bénéficient de trois tickets d’entrée : leur propre choix, celui des Los Angeles Lakers et le droit de swap avec le choix des Sacramento Kings.

[pullquote align= »right » cite= »Charles Barkley » link= » » color= » » class= » » size= »14″]La pression? C’est pas un truc qu’on met dans les pneus?[/pullquote]

Le tirage au sort pouvant réserver onze scénarios différents aux Philadelphia 76ers, nous vous proposons, comme l’an passé, un guide de survie avec toutes les informations utiles pour résister à la pression.

Choix obtenusProbabilités d'occurence
421,7%
1 et 413,4%
113%
211,5%
4 et 510,7%
2 et 410,6%
39,6%
3 et 47,9%
3 et 50,6%
2 et 50,5%
1 et 50,5%

L’évènement sera diffusé, à compter de 2 heures du matin sur ESPN, en prélude du premier acte de la finale de conférence entre les Cavaliers et les Raptors.

Pour autant, le public n’assistera qu’à l’annonce des résultats. Le tirage au sort, lui, se déroule en coulisses, offrant ainsi un terreau propice aux théories du complot de tout acabit – de « l’enveloppe froide » de Patrick Ewing, aux heureuses coïncidences des tirages de 2003, 2008 où LeBron James, Derrick Rose ont pu rejoindre la franchise de l’ère urbaine dont ils sont originaires et celui de 2012, où les Hornets, propriété de la Ligue ont eu l’honneur de récupérer Anthony Davis, en passant par les trois premiers choix obtenus en quatre ans par des Cavaliers qui venaient de subir The Decision – toutes fondées sur l’instrumentalisation du hasard du tirage au sort par les pontes de la Ligue pour en agencer l’ordre économique.

Les fans anxieux pourront alors se rassurer, Adam Silver ayant oeuvré en coulisses pour éconduire l’hétérodoxe Sam Hinkie au profit des Colangelo, le hasard instrumentalisé devrait offrir à Bryan Colangelo, un cadeau de bienvenue analogue à celui qui fut le sien lors de son arrivée à Toronto.

Les autres se contenteront de consulter la vidéo de 12 minutes du tirage au sort de l’an passé et de la confronter à l’idée qu’ils se font du divertissement. 

Dans la lottery room, le tirage au sort sera réalisé de la manière suivante.

Quatorze balles de ping pong, numérotées de 1 à 14 sont placées dans un boulier à soufflerie. Un haut dirigeant de la NBA est alors chargé d’appuyer sur un bouton qui soumettra les quatorze balles de ping pong à un souffle de 20 secondes (un autre haut dirigeant de la NBA, chronomètre en main, indiquera au premier qu’il peut alors procéder au tirage) qui les fera virevolter à travers le saladier avant qu’une n’en soit extraite par le haut. Alors, un tiers dirigeant annoncera aux 14 représentants de franchise enfermés dans la Lottery room,…le premier numéro de la combinaison à quatre chiffres destinées à identifier le récipiendaire du premier choix.

Chaque des quatorze franchises présentes à la loterie se voit assigner un nombre de combinaisons de quatre chiffres en fonction de leur classement en fin de saison. Pire bilan de la Ligue, les 76ers disposent à cet égard de 250 combinaisons, auxquelles il convient d’ajouter les 19 fournies par le droit de swap négocié avec les Sacramento Kings quand les Chicago Bulls, neuvièmes de la conférence Est bénéficieront seulement de cinq combinations.

1000 combinaisons sont ainsi assignées aux franchises, à l’exclusion de la combinaison 11 – 12 – 13 -14 qui n’est attribuée à personne. Ambiance assurée, si elle venait à être tirée.

Les récipiendaires des trois premiers choix sont alors déterminés par le tirage au sort de ces combinaisons, processus, on ne peut plus fastidieux puisqu’il convient de procéder au tirage de quatre boules avant de déterminer une combinaison, attribuée de manière aléatoire à une des 14 franchises, afin d’identifier le bénéficiaire du choix. Dès lors, ce sont, a minima, 12 boules qu’il convient de tirer au sort afin d’attribuer les trois premiers choix. Mais le tirage peut prendre une tournure encore plus pénible, si une franchise déjà tirée au sort venait à être de nouveau désignée. L’opération devant être renouvelée jusqu’à désigner une nouvelle franchise.

Enfermés dans la lottery room jusqu’à ce que les résultats du tirage ne soient révélés sur le plateau, les 14 représentants paieront cher la primeur de l’information.

Déroulé de l’annonce des résultats

Le tirage au sort qui scellera l’avenir de bon nombre de franchises se tenant à huit clos dans une arrière salle à l’abri des regards indiscrets, le public n’assistera fort heureusement qu’à l’annonce des résultats. Les récipiendaires des 14 premiers choix du premier tour seront égrenés dans l’ordre inverse à celui qui sera le leur à l’appel d’Adam Silver le 23 juin. L’annonce de ces résultats se déroule en deux temps : d’abord les détenteurs des choix 14 à 4 sont révélés, puis l’ordre de sélection des trois franchises ayant eu le plaisir d’être tirées au sort, est dévoilé après une insoutenable coupure publicitaire.

L’annonce des choix 14 à 9 : les Kings ont-ils chuté?

Cette année, chaque annonce revêtira de l’importance pour les Philadelphia 76ers. Premier à l’orée du tirage au sort, les 76ers seraient les principaux bénéficiaires d’un statu quo, tout mouvement faisant peser sur eux le risque d’une dépréciation de leur positon.

Par ailleurs, si les 6 premiers logos à s’afficher à gauche de l’écran ne sont pas ceux des Bulls, Suns, Jazz, Magic, Bucks et Raptors, alors cela signifiera qu’une de ces 6 équipes a progressé dans l’ordre de sélection, s’établissant dans le top 3 avec deux effets : l’accroissement du risque de voir les 76ers en sortir et la hausse de la probabilité de voir les Colangelo bénéficier du choix des Los Angeles Lakers.

L’annonce du 8ème choix : l’heure de tirer les rois

L’annonce du récipiendaire du choix 8, position occupée par les Kings à l’orée de la loterie marquera le premier temps fort de la loterie. En vertu des droits de swap négociés par Sam Hinkie, le 1er juillet dernier, les 76ers bénéficient des balles de loterie des Kings en sus des combinaisons afférentes au détenteur du plus mauvais bilan de la Ligue.

 Choix n°1Choix n°2Choix n°3Choix n°4
Avec droit de swap26,9%22,62%18,16%32,32%
Sans droit de swap25%21,5%17,8%35,7%
Evolution+ 1,9%+1,12%+0,36%- 3,38%

Si les Kings n’apparaissent pas dans les 7 premières franchises à connaître leur position dans l’ordre de sélection, alors ils intégreront le top 3. Si la progression des Kings est sans incidence sur les probabilités des 76ers de décrocher un top 2, elle peut favoriser la livraison immédiate du choix des Lakers (ce qui ne serait pas nécessairement le meilleur scénario) tout en offrant à la franchise qui doit un droit de swap en 2017 et un choix du 1er tour, non protégé en 2019, la garantie d’un top 4 en juin prochain (ce qui ne serait pas nécessairement le meilleur scénario).

Quoi qu’il en soit, le logo des 76ers n’apparaîtra pas avant le cinquième choix.

L’annonce du choix 5 : Une deuxième sélection pour les 76ers dans le top 5

  • Choix 5 : 12,32%

Assurés de disposer d’un choix dans le top 4 en raison de leur statut de plus mauvais bilan de la Ligue, les Philadelphia 76ers auront 12,32% de récupérer le choix 5 via la sélection des Los Angeles Lakers. Pour qu’un tel scénario se produise, trois équipes placées derrière les Lakers à l’ouverture de la loterie leur passent devant.

L’annonce du choix 4 : Attention au carton !

A compter de l’annonce de la position du choix des Sacramento Kings, les fans des Philadelphia 76ers n’auront aucun répit avant la coupure publicitaire mais le climax de la soirée pourrait se tenir lors de l’annonce du récipiendaire du choix 4. En effet, les 76ers ont près de deux chances sur trois (64,17% – 32,32% via leur propre sélection et 31,85% via la sélection des Los Angeles Lakers) de bénéficier de cette sélection à l’issue de la loterie. En fonction de l’origine de ce pick, il peut s’agir d’une aubaine ou d’une catastrophe.

Il s’agira d’éviter de reproduire les errements de Julius Erving, représentant des Philadelphia 76ers lors de la loterie 2014. A l’époque, les 76ers disposaient, en sus de leur propre sélection, de celle des Pelicans. Or, lorsque Mark Tatum annonça l’identité du propriétaire du 10ème choix en dévoilant un logo des 76ers, le champion 1983 perdit son flegme et décontenança bon nombre d’observateurs étourdis par la pression.

Erving-Reaction

Pourtant, il était impossible que le choix des 76ers tombent à la 10ème place, leur statut de second plus mauvais bilan de la Ligue leur garantissant un choix dans le top 5, et plus rassurant dans l’optique de la loterie de cette nuit, lorsqu’une franchise hérite d’un choix de draft en vertu d’une transaction antérieure, alors l’origine du pick est mentionné sur le carton présenté par Mark Tatum.

Mark Tatum - Loterie 2014 - Enveloppe

Mark Tatum présentant le choix que Sam Hinkie transformera en Dario Saric, le choix du premier tour 2017 des…Sixers et les choix du second tour des Knicks 2020 et 2021.

Ainsi, si les Sixers héritent du quatrième choix via la sélection des Lakers, un « From Los Angeles Lakers viendra orné le carton en dessous du logo de la franchise ».

A ce stade, la soirée des 76ers peut être terminée. Brett Brown rejoindrait alors, Julius Erving au rang de seuls représentants des Sixers à avoir assisté à une dépréciation de la position de la franchise lors de la loterie.

AnnéeReprésentantStatutPosition pré-loterieChoix Evolution (combinaisons)Joueur sélectionné
2015Nerlens NoelJoueur3ème3ème=Jahlil Okafor
2014Julius ErvingAncien joueur2nd3ème- 43Joel Embiid
2013Joshua Harris Traitre / Félon11ème11ème=Michael Carter-Williams
2010Jrue HolidayJoueur6ème2nd+ 144Evan Turner
2007Billy KingGM12ème12ème=Thaddeus Young
2006Billy KingGM13ème13ème=Thabo Sefolosha (échangé le soir de la draft)
2004Billy KingGM9ème9ème=Andre Iguodala
1998Pat CrocePrésident8ème8ème=Larry Hugues
1997Pat CrocePrésident 5ème 2nd+ 111Keith Van Horn
1996Pat CrocePrésident2nd1er~ (*)Allen Iverson
1995George LucasGM / Coach4ème3ème+ 39Jerry Stackhouse
1994Gene ShueDirector of Player Personnel6ème
+ droits de swap avec les Hornets
6ème=Sharone Wright
1993Jim LynamGeneral Manager5ème2ème+ 3 (/66)
~ 45 (/1000)
Shawn Bradley
1992Gene ShueGeneral Manager9ème9ème=Clarence Weatherspoon

Si l’obtention du seul choix 4 demeure l’issue la plus probable parmi les onze scénarios possibles, les Philadelphia 76ers ont 67,68% de chances d’être présents au retour de la coupure publicitaire.

Au retour de la coupure publicitaire

A ce stade, l’enjeu consistera à éviter la dernière marche du podium et à s’assure d’être en situation de choisir ou Ben Simmons ou Brandon Ingram le 23 juin prochain.

Brett Brown se présentera à New York avec 49,52% de chances de récupérer un top 2 et 26,9% de chances d’être le dernier à voir son logo de sa franchise sortir d’une enveloppe présentée par Mark Tatum.

Les 13 adversaires de Brett Brown

EquipeReprésentantStatut
Philadelphia 76ersBrett BrownHead Coach
Los Angeles LakersMitch KupchakGeneral Manager
Boston CelticsIsaiah ThomasJoueur
Phoenix SunsDevin BookerJoueur
Minnesota TimberwolvesKarl-Anthony TownsMonstre
NOLA PelicansAlvin GentryHead Coach
Denver NuggetsMatt YobResponsable des relations médias
Sacramento KingsWillie Cauley-SteinJoueur
Toronto RaptorsMasai UjiriPrésident et GM
Milwaukee BucksJason KiddHead Coach
Orlando MagicRob HenniganGeneral Manager
UTAH JazzSteve StarksPrésident
Washington WizardsZach LeonsisVice-président
Chicago BullsJimmy ButlerJoueur

Les probabilités pour les 14 franchises

Seed Equipe BilanChoix échangéCombinaisons1234567891011121314
1Sixers10-7225026,9022,6218,1632,32
2Lakers17-65
4-5
19919,9018,8117,1231,85
Sixers
12,32
Sixers
3Nets21-6115615,6015,7415,5822,5626,484,04
4Suns23-5911911,9012,6013,299,8535,0516,051,26
5Wolves29-53888,809,6510,6826,1535,968,390.37
6Pelicans30-52636,37,18,1143,9530,434,010,11
7New York32-50430,170,435,3979,2114,290,51~0
8Kings33-49191,122,293,4172,4419,651,08~0
9Nuggets33-49196,207,008,0459,9317,781,04~0
10Bucks33-49181,802,122,5584,628,740,18~0
11Magic35-4780,800,951,1590,746,280,08~0
12Jazz40-4270,700,831,0193,543,900,02
13Wizards41-41
13-14
60,60
Wizards
0,71
Wizards
0,87
Wizards
96,021,8
14Bulls42-4050,500,590,7298,18

Remarques

  • Les Sixers bénéficieront du choix des Los Angeles Lakers s’il s’établit en dehors du top 3 (44,17%).
  • Les Sixers disposent de la possibilité d’échanger leur propre choix contre celui des Kings.
  • Les Celtics bénéficieront du choix des Nets.
  • Les Nuggets disposeront du choix le plus favorable entre leur propre choix et celui des Knicks, le moins favorable des deux reviendra aux Toronto Raptors.
  • Les Chicago Bulls bénéficieront du choix des Sacramento Kings s’il ne s’établit pas dans le top 10 (~0%).
  • Les Phoenix Suns disposeront du choix des Washington Wizards s’il ne s’établit pas dans le top 9 (1,58%).

Une loterie pour liquider de vieilles dettes

Cette loterie sera d’autant plus palpitante à suivre qu’elle devrait contribuer à solder quelques dettes contractées de longue date.

A lire :

Les Brooklyn Nets – (Comment Danny Ainge et Billy King ont tué les Nets en juin 2013)

Les franchises new-yorkaises ont réussi le tour de force de manquer les playoffs tout en ne disposant pas du choix de draft susceptible de compenser ce manque de résultats sportifs.

En juin 2016, Sean Marks devra essuyer les plâtres du blockbuster deal entre Danny Ainge et son prédécesseur à la tête de la franchise de Brooklyn, Billy King aux termes duquel Kevin Garnett, Paul Pierce, Jason Terry et D.J White arrivaient à Brooklyn en échange de Gerald Wallace, Kris Humphries, MarShon Brooks, Kris Joseph, Keith Bogans, les choix du premier tour des Nets lors des millésimes 2014, 2016 et 2018 ainsi que les droits de swap entre les sélections respectives en 2017.

 

Le choix des Knicks : à Denver ou à Toronto ? L’œuvre de Masaï Ujiri.  

Troisième plus mauvaise équipe à l’Est, les New York Knicks ne disposeront pas du loisir de bénéficier de la sélection afférente à ce statut. En effet, la franchise new-yorkaise enverra son choix de draft dans le Colorado (Trade pour Carmelo Anthony, février 2011) ou à Toronto (Trade pour Andrea Bargnani), les Nuggets bénéficiant du choix le plus favorable entre le leur et celui de New-York tandis que la franchise des Raptors hériteront du moins favorable.

Le blockbuster trade de Melo, le 21/02/2011

Nuggets

  • Reçoivent en provenance des Knicks : Wilson Chandler, Danilo Gallinari, Raymond Felton, Timofey Mozgov en provenance des Knicks, choix du second tour 2012 (Quincy Miller), choix du second tour 2013 (Romero Osby), choix du 1er tour 2014 (qui deviendra…Dario Saric), et les droits de swap de leur propre sélection 2016 avec celle de New-York.
  • Reçoivent en provenance des Timberwolves : Kosta Koufos

Knicks

  • Reçoivent en provenance des Nuggets : Carmelo Anthony, Chauncey Billups, Anthony Carter, Renaldo Balkman, Shelden Williams
  • Reçoivent en provenance des Timberwolves : Corey Brewer

Timberwolves :

  • Reçoivent en provenance de New-York : Eddy Curry et Anthony Randolph
  • Reçoivent en provenance des Timberwolves : choix du second tour 2015 (qui deviendra…Richaun Holmes)

Le trade d’Andrea Bargnani aux Knicks : Masai, acte 2

Disposant toujours de l’usufruit du choix le moins favorable entre le leur et celui des Nuggets, les Knicks l’ont cédé de nouveau à Masai Ujiri, devenu GM des Toronto Raptors, le 10 juillet 2013. Le décisionnaire nigérian cherchait à se délester du contrat d’Andrea Bargnani, offert à l’Italien par…Bryan Colangelo, et parvint à le céder aux Knicks dans un échange où James Dolan envoyaient au Canada, les contrats de Marcus Camby, Steve Novak et Quentin Richardson, ainsi que les choix du second tour 2014 et 2017 et le choix le moins favorable entre celui des Knicks et celui des Nuggets.

 

Le choix des Kings : A Sacramento, à Philadelphie ou à Chicago ?

Le 1er juillet dernier, dans le cadre du salary dump trade de Carl Landry et Jason Thompson, Sam Hinkie avait soutiré à son homologue, Vlade Divac, le huitième choix de la draft 2014, Nik Stauskas, le choix du premier tour 2018 des Sacramento Kings, protégé top 10 puis non protégé en 2019, ainsi que la possibilité d’échanger le choix des 76ers contre celui des Kings, en 2016 et en 2017.

A lire :

Néanmoins, ces droits de swap ne sont négociés qu’en ce qui concerne les positions 1 à 10 en raison des engagements précédents de la franchise californienne à l’égard des Chicago Bulls. Détenteurs du 8ème spot à l’orée de la loterie, les Kings sont peu exposés à la perte de leur choix au profit de la franchise de Windy City. En effet, il faudrait que trois des six franchises situées derrière les Kings se hissent dans le top 3 pour les expulser du top 10 dans l’ordre de sélection du 23 juin prochain, ce qui n’est pas impossible mais hautement improbable (moins de 0,01%)

La créance des Kings pourrait donc être de nouveau reportée, produisant des incidences sur le choix que ces derniers devront transmettre aux Sixers. En effet, si les Kings ne liquident pas une dette née le 30 juin 2011, en vertu de la Stepien Rule, ils ne seront pas en situation de céder leur choix 2018 aux Sixers, ces derniers hériteront alors du choix 2019, totalement non protégé.

Le 30 juin 2011, les Sacramento Kings se portent acquéreurs de J.J Hickson en échange d’un Omri Casspi qui est depuis revenu en Californie et d’un choix du premier tour à la protection dégressive : top 14 en 2012, top 13 en 2013, top 12 en 2014, top 10 en 2015, 2016 et 2017. Si les Kings n’ont pas été en mesure de liquider leur créance à cette date, alors ils cèderont leurs choix du second tour 2017 et 2018.

A cette époque, ils concluent l’échange avec les Cleveland Cavaliers. Ces derniers utiliseront ce choix de draft dans un échange avec les Bulls, le 7 janvier 2014 aux termes duquel ils récupèrent Luol Deng. Outre le choix des Kings et le contrat d’Andrew Bynum, les Bulls obtiennent la possibilité d’échanger leur propre sélection 2015 avec celle des Cavaliers (protégée top 14) et les choix du second tour 2015 et 2016 des Portland Trailblazers.

Sur ce choix, les Kings ont cédé les droits de swap aux Philadelphia 76ers, le 1er juillet 2016.

Phoenix Suns / Washington Wizards

A quelques heures de la trade deadline, le 19 février 2016, les Phoenix Suns parviennent à se délester de l’ingérable Markieff Morris qui est envoyé à Washington où les Wizards escomptaient profiter de ce renfort pour faire leur retard dans la lutte pour la huitième place à l’Est. Afin de sécuriser le recrutement du frère de Marcus, Ernie Grunfeld envoie les contrats de Kris Humphries et DeJuan Blair ainsi que le choix du premier tour 2016, protégé top 9 jusqu’en 2021 avant de devenir totalement non protégé en 2022.

Treizième à l’orée de la loterie, les Wizards n’ont que 2,18% de chances de conserver l’usufruit de ce pick.

Souviens-toi, la loterie 2015

Ultime préparation pour la loterie, le visionnage de la dernière édition vous familiarisera avec toutes les règles évoquées ci-dessus.

Pour les amateurs de théorie du complot ou les aficionados de Bryan Colangelo, voici le résumé de la loterie 2006 celle remportée par les Toronto Raptors de Bryan Colangelo.

 

Parmi les scénarios suivants, lequel aurait votre préférence?

View Results

Loading ... Loading ...

Parmi les scénarios suivants, lequel aurait votre préférence ?

View Results

Loading ... Loading ...

Selon vous, quel serait le scénario idéal?

View Results

Loading ... Loading ...

Tout ce que vous devez savoir sur la loterie 2016
Comments
Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :