Draft 2016

Echanger un lottery pick, une inflexion ?

Bryan Colangelo - Draft Combine

Présent au draft combine de Chicago, Bryan Colangelo partage son temps entre les entretiens qu’il conduit avec les prospects susceptibles de rejoindre la Pennsylvanie en juin et ceux qu’il accorde aux journalistes. Auprès de Scott Howard-Cooper de NBA.com, le nouveau président des opérations basketball de la franchise a exposé sa méthode et s’est montré ouvert à toute éventualité concernant les potentiels quatre choix du premier dont disposeront les 76ers.

Si le décisionnaire disposera des choix 24 (Miami Heat) et 26 (Oklahoma City), il doit attendre la loterie de mardi afin de connaître, en sus de la position du choix des 76ers, celle de la sélection des Lakers.

Choix obtenusProbabilités d'occurence
421,7%
1 et 413,4%
113%
211,5%
4 et 510,7%
2 et 410,6%
39,6%
3 et 47,9%
3 et 50,6%
2 et 50,5%
1 et 50,5%

En revanche, pour Bryan Colangelo, en poste depuis cinq semaines, le temps est venu d’évaluer les opportunités susceptibles de se présenter et de sonder les velléités de ses homologues.

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= »16″]« Il est difficile de quantifier un degré d’agressivité mais nous serons certainement ouverts aux négociations». « Je pense qu’à chaque fois que vous disposez d’un certain nombre d’assets, vous devez déterminer quelle est la meilleure stratégie pour les utiliser, or, en la matière de nombreux paramètres restent à déterminer. A quel point serons-nous agressifs ? Il est trop tôt pour le dire ».  [/pullquote]

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= »16″]« Je pense que vous devez toujours être proactif ne serait-ce que pour déterminer quel est le meilleur plan d’action. Vous ne souhaitez pas éluder la moindre option. Si vous n’aviez pas réalisé qu’une opportunité existait parce que vous n’avez pas passé un coup de téléphone, alors c’est de votre faute. Nous allons étudier toutes les éventualités et à cet égard, il est appréciable de disposer de tant d’atouts ».[/pullquote]

[pullquote align= »full » cite= »Bryan Colangelo » link= » » color= » » class= » » size= »16″]« Nous reprendrons cette discussion après les résultats de la loterie. Une fois son verdict rendu, nous saurons exactement ce que nous possédons. C’est le premier domino avant que quoi que ce soit ne se produise. Mardi est un grand jour pour nous ».[/pullquote]

A quelques encablures de la loterie, la volonté de Bryan Colangelo d’explorer le large spectre des opportunités qui s’offriront à lui en raison de la flexibilité léguée par son prédécesseur n’apparaît pas comme l’indicateur d’une inflexion majeure du processus de reconstruction des 76ers tel que conceptualisé et mis en œuvre par Sam Hinkie. De longue date, l’intersaison 2016 était pensée comme l’entrée de la franchise dans une phase où elle n’aurait plus à reconstruire les contours d’une flexibilité inexistante au sortir du mandat de Doug Collins, coupable d’avoir dilapidé les atouts de la franchise dans une tentative d’extraction par le haut de la médiocrité dans laquelle végétaient les 76ers depuis près d’une décennie.

Si une inflexion se donne à lire dans les déclarations de Bryan Colangelo, elle ne réside pas dans l’évaluation de l‘opportunité de céder un des deux choix du top 5 dont disposerait la franchise si le scénario de la draft proposait une telle issue. Sous Hinkie comme sous Colangelo, les 76ers ne se destinaient pas à aborder le nouvel exercice avec 6 rookies (Joel Embiid, Dario Saric et quatre prospects issus du premier tour 2016). Par ailleurs, dans une classe de draft où la valeur attendue des choix 4 et 5 semble historiquement faible, envisager de céder cet atout avant qu’il ne se matérialise en un joueur, choisi par défaut, semble relever des tâches minimales qui incombent à un GM.

En ce sens, les déclarations de Bryan Colangelo, loin de marquer une rupture, s’enracinent dans le champ lexical de « l’optionality » chère à Sam Hinkie. L’accumulation de choix de draft et la gestion rigoureuse de la masse salariale n’ont toujours eu qu’un seul fondement : accroître les chances des 76ers de passer de 0 star à une star que le médium soit la draft, un ou une succession d’échanges ou le recrutement d’un agent libre.

En revanche, rupture il y a quand on procède à une mise en tension de ses déclarations relatives à l’utilisation des assets dont il dispose (et/ou peut potentiellement disposer) avec celles afférentes aux objectifs qu’il s’est assignés lors de son intronisation dans ses nouvelles fonctions.

Héritier et comptable des constats formulés par son paternel, Bryan Colangelo n’a eu de cesse de se montrer disponible pour les médias auprès desquels il a répété à l’envi son intention de recruter des joueurs établis dans la Ligue et des joueurs de devoir expérimentés.

En exposant publiquement ses besoins, dont la non satisfaction a légitimé l’éviction de son prédécesseur et son embauche au terme d’un simulacre de processus de recrutement, Bryan Colangelo ouvre la voie à une « Sacramentoïsation » des Sixers, déjà esquissée en coulisses.

En indiquant à qui voulait l’entendre qu’il allait procéder à la signature de bon nombre d’agents libres de renom afin d’entourer DeMarcus Cousins, alors qu’il ne jouissait pas de la marge de manoeuvre suffisante, Vlade Divac avait ouvert la voie à sa propre spoliation. Sam Hinkie n’avait plus qu’à jouer sur la méconnaissance du CBA et/ou l’empressement de son homologue à tenir ses engagements pour étendre sa collection d’assets.

A lire :

En réitérant son intention de recruter des joueurs expérimentés et des talents établis dans la Ligue, Bryan Colangelo s’astreint à des obligations de résultats que nul n’escomptait de lui. Chaque déclaration en ce sens, tend à justifier sa présence en lieu et place de Sam Hinkie, mais, dans un mouvement de balancier dont l’amplitude s’accroît à mesure que l’échéance de la draft se rapproche, renforce parallèlement l’urgence à agir et à satisfaire aux objectifs qu’il a lui même énoncés.

S’il se compose d’une part de courage et de deux parts de patience, le Hinkisme, forme un tout, une pensée holistique d’une méthode de reconstruction. Il ne se découpe pas en tranches et on ne se saisit pas des éléments qui nous intéressent en éludant ceux qui nous déplaisent.

SamHinkie-couragepatience

Le mutisme médiatique n’était pas une option mais une condition de la maximisation d’un avantage comparatif induit par une meilleure maîtrise des informations disponibles.

En la matière, il existe une antinomie forte entre la valorisation de la flexibilité et de l’évaluation de toutes les opportunités qui seraient susceptibles de se présenter et l’assignation d’objectifs concrets en matière de recrutement.

La manœuvre est d’autant plus risquée que Bryan Colangelo a initié cette conversation avant de connaître avec précision la nature des assets en sa possession. Lors de la loterie, le scénario de l’obtention du seul choix 4 demeure l’issue la plus probable. Pis encore, cette intersaison semble, en raison de la hausse du salary cap, peu propice à ce genre de mouvements.

La marge de manœuvre immédiate dont bénéficieront bon nombre de franchises cet été contribuera à raréfier les candidats à une reconstruction par la draft. Réputé d’une valeur d’usage limitée pour sa position, le choix des Los Angeles Lakers verra sa valeur marchande être déterminée par le nombre de décisionnaires intéressés par son acquisition. Probablement rares à se presser à la table des négociations, ces derniers sauront par ailleurs que leur homologue se doit d’agir au risque de se dédire.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :