Coaching staff

L’imbroglio Brett Brown

Jan 4, 2016; Philadelphia, PA, USA; Philadelphia 76ers head coach Brett Brown (right) and associate head coach Mike D'Antoni (left) during the second half against the Minnesota Timberwolves at Wells Fargo Center. The 76ers won 109-99. Mandatory Credit: Bill Streicher-USA TODAY Sports

L’ère de Sam Hinkie aux commandes des Philadelphia 76ers est révolue. La culture du secret érigée en méthode de travail par le décisionnaire au grand dam des insiders locaux est désormais un lointain souvenir. Depuis l’intronisation de Jerry Colangelo, les rumeurs concernant la franchise abreuvent les colonnes des médias spécialisés, les correspondances épistolaires entre les salariés et leurs employeurs sont rendues publiques.

L’avenir de Brett Brown, coach recruté par Sam Hinkie en mai 2013, est naturellement en suspens et alimentent plus que jamais les spéculations qui semblent atteindre leur climax sur fond de déclarations discordantes.

Ainsi, d’après Ken Berger de CBS, Brett Brown (à l’instar de Dave Joerger) pourrait se retrouver sur le marché.

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= » »]« Il y a toujours des surprises dans le jeu des chaises musicales sur les bancs de la Ligue et cette année, les situations de Philadelphie et de Memphis seront à regarder de près. Dans la cité de l’amour fraternel, il y a un nouveau shérif en ville, Bryan Colangelo, qui n’a pas embauché Brett Brown. Or si Mike D’Antoni, actuel associate head coach, qui fait l’objet des convoitises de différentes franchises et qui pourrait correspondre au profil recherché par les Suns et les Wizards, il n’est pas exclu que Colangelo soit tenté de laisser partir Brett Brown pour promouvoir Mike D’Antoni afin de le conserver. En revanche, selon nos sources, les propriétaires maintiendraient leur soutien à Brett Brown »[/pullquote]

En contradiction avec les déclarations publiques de Bryan Colangelo qui a affirmé sans ambages que Brett Brown méritait de rester sur le banc des Philadelphia 76ers, les indiscrétions de Ken Berger entrent en résonance avec celles d’un Tom Moore, particulièrement prolixe depuis l’intronisation de Jerry Colangelo au sein du front office.

Pour le Bucks County Courier-Times, Tom Moore expose les observations de sa source.

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= » »] « Je ne pense pas que beaucoup survivent au changement de direction de la franchise, peut-être quelqu’uns des « analytics people ». Je ne suis pas convaincu que les scouts demeurent ». [/pullquote]

La source de Tom Moore a ainsi expliqué qu’il y avait une chance sur deux pour que Brett Brown soit le head coach le soir du season opener de l’exercice 2016-2017 mais que ses chances de demeurer dans ses fonctions au terme de la prochaine saison n’étaient pas supérieures à 20%.

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= » »]La source s’attend à ce que Mike D’Antoni, qui a été embauché par l’ancien Chairmain des opérations basketball des 76ers, Jerry Colangelo en décembre dernier, succède à Brown. Une autre source estime que les chances que Brett Brown débute la prochaine saison sont bonnes mais que si les évènements ne tournent pas à son avantage, il est probable que Bryan Colangelo opère un changement en cours de saison.

La première source a affirmé que Jerry Colangelo qui a démissionné de son poste de chairman des opérations basket de la franchise le jour où Bryan a été embauché mais demeure un conseiller spécial de Josh Harris, n’a pas apprécié que la prolongation de Brett Brown pour deux ans était entérinée avant qu’il ne soit engagé, le 7 décembre. La prolongation avait été annoncée lors d’une conférence de presse avec l’ancien GM, Sam Hinkie et Brett Brown, quatre jours plus tard.  [/pullquote]

Qu’elles émanent de médias nationaux ou locaux, les indiscrétions des journalistes divergent quant à la méthode mais convergent quant au fond : l’absence de confiance accordée à Brett Brown.

L’exact opposé des déclarations de Bryan Colangelo sur le plateau de Breakfast on broad.

[pullquote align= »full » cite= » » link= » » color= » » class= » » size= » »]« J’ai affirmé, sans ambages, aux propriétaires que Brett Brown est l’entraîneur de cette équipe. Brett Brown mérite cette opportunité. Il a exécuté les consignes de la franchise, a réalisé tout ce que l’institution attendait de lui, il s’est impliqué dans la communauté, auprès des malades, des enfants. C’est un « basketball guy ». [/pullquote]

Autrement dit :

  • Les Sixers devraient licencier Brett Brown si D’Antoni obtient une offre d’emploi d’une autre franchise.
  • Les Sixers ont une chance sur deux d’éconduire Brett Brown, mais ce dernier n’a pas plus de 20% de chances de rester l’entraîneur de l’équipe au terme du prochain exercice.
  • Bryan Colangelo a indiqué qu’il était hors de question que Brett Brown ne soit pas le coach des 76ers la saison prochaine.

Eu égard au sort réservé à Sam Hinkie et à l’identité de son successeur, il ne serait guère surprenant que Brett Brown qui n’a aucun lien de parenté avec Jerry, pas plus que d’expérience commune, soit renvoyé. Les pérégrinations des Colangelo pour y parvenir semblent toutefois plus qu’alambiquées. Si la présence de Mike D’Antoni est si importante aux yeux des Colangelo, pourquoi ne pas l’introduite aussitôt head coach, indépendamment des décisions des autres franchises?

La première décision d’envergure à laquelle le nouveau président de la franchise est confronté donne lieu à une gestion ubuesque où les différentes hypothèses sont lancé l’arène de la presse, des réseaux sociaux et de l’opinion publique.

Quelques jours après l’éviction de Sam Hinkie, le Front Office n’a jamais semblé aussi peu consistant et aussi divisé, questionnant le leadership du nouvel homme fort de la franchise.

En dépit d’un bilan peu flatteur, Brett Brown a toujours été exemplaire que soit sur le banc. Il a su maintenir la cohésion du groupe durant ces trois dernières années et ce en dépit des piteux résultats et d’un incessant turnover.

Toujours prompt à défendre le processus de reconstruction entrepris depuis mai 2013 face aux médias, Brett Brown avait dû faire face aux questions des journalistes au lendemain de l’annonce de la démission de Sam Hinkie. Depuis l’Arizona, Jerry Colangelo n’avait alors pas jugé bon d’intervenir, trop occupé qu’il était à recruté son fils qu’il contribue déjà à mettre en porte à faux.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :