Front Office

Marginalisé, Sam Hinkie démissionne

sam-hinkie-Amaru

Mardi, face à des Pelicans décimés par les blessures, les Sixers ont remporté une partie de basketball. En enregistrant leur dixième succès de la saison, ils se sont épargnés l’infamie d’une nouvelle entrée dans l’histoire la Ligue en égalant le record établi par les Sixers 1972-1973.

La veille, Sam Hinkie, avait accordé un entretien de plus d’une heure à Zach Lowe dans le podcast éponyme. Aux lendemains du recrutement de Jerry Colangelo, il avait déjà choisi le journaliste d’ESPN pour livrer ses confessions quant à la nouvelle structure décisionnelle de la franchise. Fallait-il y voir un signe annonciateur de nouveaux changements, d’une nouvelle révolution de palais?

Mercredi, Sam Hinkie a été poussé à la démission.

Les actionnaires, escomptant adjoindre à leur Front Office un autre décisionnaire et reléguer le stratège dans un rôle d’expert, il a considéré qu’il n’était plus en situation d’appliquer son projet. Citant Warren Buffett, parmi un incommensurable nombre de références puisées dans un large spectre de domaines, c’est par un texte purement « hinkien » de 13 pages qu’il a notifié sa démission aux 12 propriétaires.

A lire : La lettre de démission de Sam Hinkie (en anglais)

[pullquote align= »right » cite= »Warren Buffett » link= » » color= » » class= » » size= » »]« Je ne suis pas en harmonie avec cet environnement, et je ne veux pas gâcher un bilan décent en essayant de jouer un jeu que je ne comprends pas afin de partir en héros »[/pullquote]

Feignant de déplorer la décision de Sam Hinkie, Josh Harris officialisait la démission de celui qu’il avait embauché en mai 2013 sur le fondement d’une philosophie qu’il ne lui aura pas laissé le temps d’appliquer. 20 minutes plus tard, Bob Cooney annonçait que le destin de Sam Hinkie au sein de la franchise n’était pas encore entériné, la farce réunissait ses plus brillants protagonistes.

Aussitôt Sam Hinkie évincé, les Philadephia 76ers ont, par l’entremise de Jerry Colangelo et de son foisonnant réseau, sécurisé le recrutement de son…fils, Bryan Colangelo. Qui de plus compétent pour dilapider les tours de draft accumulés par Sam Hinkie que celui qui utilisa le premier choix de la cuvée 2006 pour sélectionner Andrea Bargnani?

En treize phrases comme en treize pages, le bilan est le même. Les actionnaires ont évincé Sam Hinkie pour introniser la famille Colangelo ; balayé l’éloge de la patience qu’ils avaient érigé en devise et trahi leurs engagements sur l’autel de la promesse de dividendes immédiats.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :