Delaware 87ers

Jordan McRae son record, son avenir NBA

Ndlr : Cet article était en cours de rédaction lorsque Shams Charania a révélé les intentions des Phoenix Suns d’offrir à Jordan McRae un contrat de 10 jours suite à l’expiration de celui de Lorenzo Brown.

En préambule d’une soirée qui accouchera de la septième victoire de la saison des Philadelphia 76ers, la seconde face aux Phoenix Suns, Jordan McRae a établi le nouveau record au scoring de la Ligue de développement en inscrivant 61 points face au Canton Charge.

Dans une rencontre remportée 130-123 par les 87ers, Jordan McRae a noirci la feuille de statistiques sans toutefois forcer : 61 points (à 21/34 dont 3/8 derrière l’arc, 16/18 aux LF), 11 rebonds, 7 passes, 2 interceptions et 4 pertes de balle.

Premier joueur à passer la barre des 60 unités, il efface des tablettes un partenaire estival, Pierre Jackson, auteur de 58 points, le 14 février 2014 avec le Idaho Stampede et Tar Rucker, bénéficiaire d’un soir des systèmes des Reno Bighorns (28 mars 2015).

PointsJoueurEquipeDateNbre matchs NBA
65Russ SmithDelaware 87ers23/03/201627, tous antérieurs à cette performance
61Jordan McRaeDelaware 87ers25/01/201616, tous postérieurs à cette performance
58Pierre Jackson Idaho Stampede14/02/20140
58Dar TuckerReno Bighorns28/03/20150
56Manny HarrisLos Angeles Defenders8/02/201589, tous antérieurs à cette performance.
53Morris AlmondUTAH Flash30/01/200838 dont 32 postérieurs à cette performance
53Will ConroyAlbuquerque Thunderbirds8/04/200916 dont 9 postérieurs à cette performance
52Osiris EldridgeBakersfield Jam11/12/20010
52Kenny HayesMaine Red Claws4/03/20120

Drafté en 58ème position lors de la draft 2014, stashé en Australie puis affecté aux 87ers, l’arrière de 24 ans n’avait su convaincre Sam Hinkie lors des Summer Leagues. A l’instar de J.P Tokoto, il avait forcé la main du décisionnaire en apposant sa signature sur la required tender offer soumise par la franchise afin de conserver le bénéfice de ses droits NBA.

En paraphant ce contrat, Jordan McRae s’invitait au training et plaçait les Sixers face à l’alternative de l’intégrer au roster du season opener ou de le couper et ainsi perdre l’usufruit de ses droits quant à une carrière dans la Grande Ligue.

De retour aux 87ers qui détiennent ses droits dans la Ligue de développement, Jordan McRae n’a cessé de conforter le constat dressé à l’issue de sa première expérience de joueur professionnel : trop limité pour la Grande Ligue, faute d’une qualité d’élite qui lui permettrait de satisfaire un rôle bien précis, il est « trop » talentueux pour végéter en NBADL.

Depuis le début de saison, il a dû composer avec Sean Kilpatrick puis Russ Smith dans le backcourt, tout en maintenant le même niveau d’efficacité. Cinquième meilleur scoreur de la Ligue, avant cette rencontre, (23,1 points à 45,2% mais seulement 31% à trois points, 5,2 passes, 3,6 rebonds, 1,7 interception), McRae se montre plus à l’aise dans le rôle de second créateur qu’il ne le fut lors de ses décevantes Summer Leagues sans que ses progrès en la matière n’esquissent un avenir de meneur de jeu ou ne le tiennent éloigner d’une appétence trop prononcée pour les pertes de balle.

Jordan McRae est un des principaux artisans de la progression des 87ers. Ses 61 points en une rencontre sont le point d’orgue de sa saison et l’accomplissement le plus identifiable de sa jeune carrière. Mais cette performance ne renseigne en rien sur les progrès du jeune homme. Face à une adversité limitée qu’il s’agisse de la NCAA, de la Ligue Australienne ou de la NBADL, Jordan McRae est un scoreur prolifique. Sa prestation du soir en atteste. Face aux défenses de D-League, en perpétuels ajustements, Jordan McRae est capable de pénétrer et de provoquer la faute où son taux de réussite lui permet de magnifier ses productions statistiques. En revanche, dès que l’adversité prend en consistance, sa qualité de dribble médiocre l’expose à de récurrentes pertes de balles et son manque de puissance l’empêche de conclure après le contact.

Cette victoire arrachée face à l’équipe affiliée des Cleveland Cavaliers permet aux hommes de Kevin Young de revenir à quelques encablure des Winchester Knicks au sommet de leur division et les rapproche encore davantage d’une première accession en post-season. Importante pour son équipe, la prestation à 61 points de Jordan McRae, pas plus que son appréciable saison, ne semble suffisante pour lui ouvrir les portes de la NBA, a minima chez les Philadelphia 76ers qui ont pu consolider leur connaissance du prospect.

L’ouverture de la saison des contrats de 10 jours a d’ors et déjà donné lieu à une conséquence vague de mouvements dont Jordan McRae a été éconduit. A ce stade de l’exercice dans la Grande Ligue, les franchises jètent leur dévolu sur des joueurs de rôle, susceptibles de densifier leur rotation ou de palier la défection d’un joueur blessé.

Rares sont celles qui escomptent encore trouver la perle rare, le talent caché passé sous les radars des 29 autres franchises. Rares sont les franchises à se comporter sur le marché des contrats de 10 jours, comme les Philadelphia 76ers de 2013-2014.

Les Robert Covington et les Hassan Whiteside ne pullulent pas aux quatre coins de la NBDL et à défaut de prototype de « 3 and D », les bureaux exécutifs privilégient des joueurs efficaces dans l’un ou l’autre des secteurs.

A cet égard, les arrières appelés pour des contrats de 10 jours sont tous bien plus efficients à longue distance que ne l’est Jordan McRae (en dépit d’une longueur de bras qui lui offre un haut point de relâchement, la mécanique de McRae pâtit de prises d’appuis imparfaites qui l’empêchent de trouver le confort de la routine), qui ne se distingue pas, en dépit des attributs physiques adéquats (grande envergue pour un second arrière, vitesse latérale satisfaisante), par sa défense tant individuelle que collective.

Le meilleur scoreur de la ligue de développement, un autre ancien Sixer, Elliot Williams ne parvient pas à s’établir en NBA en dépit de l’obtention régulière de contrats de 10 jours. Après l’expiration du contrat offert par les Grizzlies, l’arrière a inscrit 36 puis 48 points avec les Santa Cruz Warriors.

De la même manière, Sean Kilpatrick a écumé les contrats de 10 jours l’an passé avant de revenir aux 87ers et de s’établir comme un des joueurs les plus efficients de la Ligue de développement. Récipiendaire d’un second contrat de 10 jours chez les Nuggets, Kilpatrick qui, à 26 ans, n’est plus tout à fait un jeune joueur, peut compter sur l’efficacité (passagère?) de son shoot à trois points pour espérer jouer les utilités dans le Colorado jusqu’au terme de la saison.

Erik Green, signé par le Jazz n’est autre que le shooteur à longue distance le plus fiable. Il est aussi le joueur que les Nuggets avaient choisi avec le choix 46 qu’ils avaient reçu dans le cadre du trade down du choix 27 avec lequel, le Jazz sélectionna un certain Rudy Gobert.

Jusqu’à présent, les franchises NBA n’ont guère étaient dupées par ces performances d’un soir au scoring (cf : tableau). Prolifique tant en Australie qu’en D-League, Jordan McRae mérite paradoxalement plus de considération que ce simple record. Les franchises NBA qui offriront un contrat de 10 jours à Jordan McRae à compter du 27 janvier verront peser sur leur organisation le soupçon de la vacuité de leur département scouting affecté à la Ligue de développement.

Ndlr : Cet article était en cours de rédaction lorsque Shams Charania a révélé les intentions des Phoenix Suns d’offrir à Jordan McRae un contrat de 10 jours suite à l’expiration de celui de Lorenzo Brown.

Contrairement à Pierre Jackson et Dar Tucker qu’il prive du record de points inscrits en une partie de NBADL, Jordan McRae a profité de cette soudaine attention médiatique pour s’offrir une première expérience dans la Grande Ligue.

La destination n’est pas anodine. Les Phoenix Suns 2015-2016 se sont engagés dans une gestion des contrats de 10 jours analogue à celle implémentée en Pennsylvanie lors du premier exercice hinkien. Bryce Cotton, Lorenzo Brown et Corey Jefferson ont d’ors et déjà bénéficié de ces contrats sans qu’aucun ne parviennent à obtenir un contrat jusqu’au terme de l’exercice.

L’opportunité pour les Suns de tester Jordan McRae au sein de leur effectif doit certainement davantage au timing de cette sempiternelle rotation de personnel qu’à la réalisation de ce record. Le contrat de Lorenzo Brown venant d’expirer, une place se libérait pour un nouvel intérimaire.

De ce grand recyclage de joueurs, les Philadelphia 76ers n’ont déniché aucune pépite. En mobilisant, dix huit mois après les Sixers, la même gestion du personnel et des places disponibles dans le roster, parfois avec les mêmes joueurs (Lorenzo Brown, Jordan McRae…), les Suns s’offrent l’opportunité de mettre à mal les compétences de Sam Hinkie en matière de détection de talents et de priver les 87ers d’une de leur meilleure arme, au risque de perdre leur temps.

En inscrivant 61 points dans une seule rencontre, en s’établissant comme le détenteur du record au scoring de la seconde ligue américaine, Jordan McRae s’est assurément fait un nom qu’il conviendra de monnayer loin de la NBA, en Europe, ou en Chine et ce d’autant plus aisément que les Suns lui ont offert le statut de joueur passé par la NBA. Comme Casper Ware.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top