La statistique du jour

Kendall Marshall au secours de Jahlil Okafor et de l’attaque des Sixers ?

Près d’un an après sa rupture des ligaments croisés et trois matchs après Tony Wroten, Kendall Marshall, titulaire d’un contrat hinkien depuis cet été, a enfin pu étrenner sa tunique des Sixers flanquée du numéro 5.

Soumis à des restrictions de temps de jeu, le meneur de 24 ans a passé 16 puis 20 minutes sur le parquet face aux Pistons puis face aux Raptors. S’il n’a pu empêcher les Sixers d’enregistrer leur 23ème et 24ème défaites de la saison, Kendall Marshall a laissé entrevoir tout ce qu’il pouvait apporter à une franchise dont le collectif peine à émerger en raison d’une litanie de blessures.

Après deux rencontres, sa contribution ne se donne pas à lire dans sa production chiffrée : 7 points en 7 tirs, 11 passes en 36 minutes de temps de jeu. Pour autant, l’apport de Kendall Marshall semble inéluctable notamment en ce qui concerne la coexistence de Nerlens Noel et Jahlil Okafor dans la raquette. Un constat que ne renie pas l’intéressé.

Il s’agit d’un travail de longue haleine qui est facilité par ce qu’on a fait depuis le début de l’année. Les automatismes viendront en jouant avec eux, après que j’ai eu l’opportunité de les regarder jouer. Je vais commencer à apprendre comment leur transmettre la balle dans les meilleures conditions. Il ne s’agira pas de savoir où leur donner mais comment. Si nous leur passons correctement la balle, je sais qu’ils termineront l’action.

Privé d’une once de stabilité dans ses rotations, dépourvu de meneur de jeu de standing, Brett Brown est, depuis le tip-off du troisième exercice de l’ère hinkienne, contraint au bricolage et à de perpétuels ajustements. Si le bilan comptable est indigent, le fond de jeu des Sixers manque cruellement de consistance. Ainsi, ils sont à la tête du plus mauvais offensive rating de la Ligue (93,2) et présentent des pourcentages de réussite aux tirs effrayants (41,2% dont 31,9% à trois points et 70,1% sur la ligne des lancers-francs).

Aussi peu significatifs soient les chiffres issus d’un si faible échantillon, l’efficacité offensive des Sixers s’est largement accrue quand la conduite de la gonfle était confiée à Kendall Marshall. Ainsi, lorsque Marshall était sur le parquet les Sixers ont shooté à 48,3% et à 42,1% à trois points, leur offensive rating s’élevant quant à lui à 94,6, certes en deçà des standards de la Ligue mais bien au-dessus de ce que proposent les ouailles de Brett Brown.

Si les séquences de pick and roll entre Kendall Marshall et Jahlil Okafor offrent de nouvelles perspectives au jeune pivot, les habiletés du meneur sur drive and kick laissent augurer d’appréciables opportunités pour les shooteurs de l’effectif.

Ainsi, Robert Covington et Jahlil Okafor, furent respectivement les récipiendaires de 4 offrandes parmi les 11 passes décisives délivrées par le maître à jouer.

L’échantillon est réduit mais corrobore allègrement les prédictions de l’ancien de North Carolina. Sur ses 36 minutes passées sur le parquet, 27 le furent conjointement avec Jahlil Okafor. Contraint de quitter le parquet après 18 minutes de jeu en raison d’une abrasion de la cornée consécutive à un coup de coude de Kyle Lowry, Nerlens Noel n’a pu profiter à plein de l’influence du 13ème choix de la draft 2012. En revanche, son comparse dans la raquette a copieusement bénéficié de sa science du jeu.

Alors qu’il tourne à 44,5% de réussite sans Marshall, Jahlil Okafor a rentré 11 de ses 19 tentatives (57,9%) lorsque le numéro 5 des Sixers était sur le parquet. Cet accroissement de son efficacité a pour corollaire une distribution différente de sa sélection de shoots, plus proche du cercle. 11 de ses 19 tirs ont été pris au cercle, soit près de 60% du volume concerné contre 47,9% cette saison. Au cercle, il a converti 72,7% de ses tentatives, là où il affiche un taux de réussite de 57,6% depuis le début de saison.

Encore une fois, l’échantillon est bien trop réduit pour qu’il soit possible d’éluder l’hypothèse d’une anomalie statistique mais il vient corroborer tout ce qu’on pouvait espérer de la présence de Kendall Marshall auprès de Jahlil Okafor.

Restera aux deux hommes à trouver leur rythme commun, si possible endiablé. Un défi auquel Kendall Marshall, réputé pour sa lenteur, est désormais habitué à répondre.

Je pense que c’est une partie essentielle de mon jeu, du joueur que je suis, du joueur que j’ai toujours été. Quand je suis arrivé à l’Université, pour ma première le jeu m’a semblé si rapide. Quand j’ai pu l’appréhender, tout semblait s’être ralenti. La même chose s’est produite quand j’ai débarqué en NBA. Tout était si rapide, puis cela s’est calmé. Je pense que cela se résout avec l’expérience, mais une part substantielle du problème, réside dans le joueur que je suis. J’ai toujours eu mon propre rythme de jeu.

Protégé par le staff médical, Kendall Marshall ne sera pas en tenue au United Center ce soir. Pas encore autorisé à prendre part aux secondes soirées de back-to-back, le meneur de jeu aura une nouvelle opportunité de scruter le jeu de Jahlil Okafor et de discuter avec Nerlens Noel qui prendra place à ses côtés sur le banc.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top