Rumeurs

Welcome Home Dario!

http://phillyinfluencer.com/

On se souvient que lors de la dernière intersaison, des rumeurs envoyaient le prodige croate vers les Sixers.

Malgré une cours assidue du front office Pennsylvannien (qui avait envisagé le rachat de son contrat auprès de son club l’Anadolu Efes), les dirigeants devant la complexité de l’affaire et une volonté plus ou moins exprimée de Saric d’honorer sa seconde année en Turquie, avaient finalement décidé de faire marche arrière et de laisser le croate poursuivre son épanouissement sur le continent européen.

De plus fort d’un contrat (signé peu de temps avant la draft 2014) selon Eurobasket à 2 millions d’euros sur 3 ans, soit quelques 2,6 millions de dollars, les perspectives étaient minces pour qu’il rejoigne la côte Est dès l’été 2015, l’Efes n’ayant aucun intérêt à envisager un buyout nécessaire à son rapatriement.

Au grand dam des doux rêveurs, Chad Ford officialisa la sentence le 22 Juin:

Auteur d’un début de saison plus qu’intéressant en Euroleague (12 points, 5 rebonds et 2 passes en moyenne par match), toujours autant scouté par Sam Hinkie et Brett Brown, Dario Saric s’est laissé aller à quelques confessions sur son proche avenir dans le journal croate Vecernji et, à s’y intéresser de plus près et sans manquer de respect aux supporters de l’Anadolu, son avenir est tout établi: il sera un Sixers dès l’été 2016!

Alors que l’on envisageait une arrivée du prodige pour la saison 2017/2018, voire même au-delà pour être en position de force dans les négociations salariales avec son futur employeur dans une perspective d’explosion du salary cap, on apprend au travers de cette interview datée du 31 Octobre, que ce dernier envisagerait d’anticiper son arrivée en NBA à la fin de sa seconde saison en Turquie:

Je suis en contact régulier avec les Sixers. Ils me voulaient le plus vite possible mais je suis sous contrat avec l’Efes. Le rachat de contrat ce n’est pas comme aller faire son marché et acheter un kilogramme de concombres. Mais l’été prochain j’irai parce que j’ai une clause NBA dans le contrat.

Nul doute que les négociations entre la franchise de Philadelphie et le club turc ne font que commencer sachant que le buyout de son contrat est fixé à 800 000$, avec 150 000$ à charge du joueur .

Peut-on déceler une pression du joueur croate? Une forme d’impatience de celui-ci quitte à « négliger » une négociation salariale plus importante la saison d’après?

C’est plausible… En effet au travers de cette déclaration, Saric met clairement la pression sur ses propres dirigeants et rappelle que son objectif principal est de rejoindre la NBA par l’intermédiaire d’une entité qui le désire ardemment.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top