Contrats

La situation contractuelle des 20 Sixers avant qu’ils ne soient plus que 15

En programmant leur dernier match de pré-saison le vendredi 23 octobre, les Philadelphia 76ers se sont octroyés une ultime occasion d’évaluer les joueurs présents dans leur effectif avant le 24 octobre, date limite à compter de laquelle, les contrats des joueurs signés pour le training camp seront comptabilisés dans le salary cap de la franchise. L’équipe pourra néanmoins procéder à de nouveaux ajustements jusqu’au 26 octobre où le roster pour le season opener devra être officialisé.

Des 20 joueurs actuellement sous contrat, seuls 15 passeront le cut. L’occasion de poser la focale sur la situation contractuelle de chacun d’entre eux, des contrats hinkiens aux contrats ayant servis de fondement à des salary dump trades en passant par les contrats rookies.

 

Les contrats hinkiens non garantis

Joueurs issus du second tour voire non draftés, ils ont profité et ou profiteront des opportunités offertes par la vaste politique d’évaluation des jeunes talents au potentiel non accompli de Sam Hinkie pour s’offrir une chance dans la Grande Ligue.

  • Hollis Thompson : 947 276 dollars non garantis en 2015-2016.

Signé le 27 septembre 2013, Hollis Thompson vient de clore son troisième training camp avec une tunique des 76ers sur les épaules. Non drafté à sa sortie de Georgetown, Hollis Thompson s’est établi comme le shooteur à trois points que laissait envisager son curriculum vitae universitaire tout en étoffant son répertoire. Rotation fiable, le jeune homme est aussi précieux sur le parquet que dans le vestiaire où son amour du jeu et son intelligence sont largement louées par les vétérans comme les nouveaux arrivants.

Hollis Thompson entre dans la troisième année de son contrat hinkien. Ses émoluments en deçà du million de dollars ne sont pas garantis avant le 10 janvier.

Son contrat se termine en 2016-2017 avec une année en Team Option pour 1 015 696 dollars.

  • Robert Covington : 1 000 000 dollars non garantis en 2015-2016

A l’instar d’Hollis Thompson, Robert Covington n’a pas eu l’honneur d’entendre son patronyme annoncé au pupitre. Non drafté, passé par les Rockets puis coupé, premier choix de la draft de NBDL en 2014, il a signé à l’orée de la saison passée un contrat hinkien des plus précaires. Pour sa seconde saison chez les Sixers, celui qui était le troisième meilleur scoreur de l’équipe et qui en sera, selon toute vraisemblance le titulaire au poste 3 bénéficie d’un contrat non garanti qui n’excède pas le million de dollars.

Le contrat de l’ancien Viper s’étend jusqu’en 2018, avec une nouvelle année non garantie pour 1 015 696 dollars en 2016-2017 puis une Team Option de 1 087 745 en 2017-2018.

Son contrat 2015-2016 deviendra garanti à compter du 10 janvier.

  • JaKarr Sampson : 845 059 dollars non garantis en 2015-2016

Valeur étalon de l’efficience du programme de développement des jeunes joueurs mis en place œuvre par la franchise sous l’égide de Brett Brown, JaKarr Sampson entre dans la seconde année du contrat de 4 années, non garanties signé l’an passé à sa sortie de St John’s. Pour sa saison sophomore, ses émoluments sont fixés à 845 059 dollars.

Au-delà du présent exercice, le contrat de JaKarr Sampson s’étend sur deux autres saisons, une année non garantie (980 431 dollars en 2017-2018) suivie d’une Team Option de 1 051 245 dollars.

Son contrat 2015-2016 deviendra garanti à compter du 10 janvier.

  • Scottie Wilbekin : 523 093 dollars dont 200 000 dollars sont garantis en 2015-2016

A l’instar de ses partenaires mais néanmoins concurrents pour les derniers strapontins disponibles dans le roster, Scottie Wilbekin a apposé sa signature sur un contrat de 4 années au minimum salarial dont seule une portion de la première présente des émoluments garantis. Ainsi, l’ancien Gator percevra 200 000 dollars de la part des Sixers quoiqu’il advienne d’ici au 26 octobre.

En 2016-2017, ses émoluments se porteront à 874 636 dollars, puis 1 014 746 dollars avant qu’une Team Option de 1 088 038 dollars ne vienne clore son contrat.

Son contrat 2015-2016 deviendra garanti à compter du 10 janvier.

S’il venait à intégrer le roster pour le season opener, Scottie Wilbekin ne pourrait être transféré avant le 18 décembre.

  • T.J McConnell : 525 093 dollars dont plusieurs centaines de dollars sont garanties en 2015-2016

Non drafté, T.J McConnell n’a pas eu le temps de s’inquiéter pour son avenir puisque sitôt la cérémonie close, les Sixers lui transmettaient une offre de contrat partiellement garanti. Si la signature effective s’est faite attendre jusqu’au licenciement de Gerald Wallace et que le montant précis des émoluments garantis n’ont pas été officialisés, le meneur de jeu dispose d’un contrat analogue à celui paraphé par Scottie Wilbekin.

En 2016-2017, ses émoluments se porteront à 874 636 dollars, puis 1 014 746 dollars avant qu’une Team Option de 1 088 038 dollars ne vienne clore son contrat.

Son contrat 2015-2016 deviendra garanti à compter du 10 janvier.

S’il venait à intégrer le roster pour le season opener, Scottie Wilbekin ne pourrait être transféré avant le 22 décembre.

  • Christian Wood : 525 093 dollars dont 50 000 garantis en 2015-2016

Signé peu avant le training camp après qu’il a disputé la Summer League de Las Vegas sous les couleurs des Houston Rockets, Christian Wood présente le profil idoine pour le statut de designated player en NBA D-League. Titulaire d’un contrat hinkien avec seulement 50 000 dollars garantis sur la première année, l’ancien d’UNLV n’est, en dépit de ses incontestables qualités intrinsèques, pas parvenu à convaincre les décisionnaires de le sélectionner lors d’une draft où il fut, un temps, projeté en fin de loterie.

Signé pour un contrat de 4 années au minimum salarial analogue à ceux de Scottie Wilbekin et de T.J McConnell, Christian Wood verra ses émoluments être pleinement garantis s’il est toujours présent dans l’effectif le 10 janvier 2016.

Les contrats hinkiens partiellement garantis

  • Jerami Grant : 845 059 dollars garantis en 2015-2016

Quand K.J McDaniels pariait sur lui-même et refusait de se lier aux 76ers pour les quatre prochaines années, Jerami Grant paraphait un contrat de quatre années structuré sur la base d’un contrat d’un joueur issu du premier tour : les deux premières années garanties, la suivante non garantie et la quatrième en Team Option.

Pour sa saison sophomore, il bénéficiera d’un contrat garanti à moins d’un million de dollars. Les deux années suivantes lui vaudront 980 431 dollars puis 1 051 245 dollars.

  • Richaun Holmes : 1 074 169 dollars garantis en 2015-2016

A l’instar de Jerami Grant, Richaun Holmes a paraphé un contrat hinkien réservé aux joueurs issus du premier tiers du second tour. Drafté en 37ème position en juin dernier, Richaun percevra des émoluments de 1 074 169 dollars en 2015-2016 puis de 1 025 831 dollars en 2016-2017. Sa troisième année est non garantie (1 014 746 dollars), la quatrième est une Team Option (1 088 038 dollars).

Pierre Jackson : 750 000 dollars garantis en 2015-2016

Après une année passée loin des parquets à récupérer d’une rupture du tendon d’achille contractée lors de la Summer League d’Orlando en juillet 2014, Pierre Jackson est de nouveau en pleine possession de ses moyens. Signe de la confiance que la franchise lui a accordée, il bénéficie d’un contrat pleinement garanti de 750 000 dollars pour la prochaine saison. Les trois autres années de son contrat ne sont en revanche aucunement garanties.

S’il venait à intégrer le roster pour le season opener, Pierre Jackson ne pourrait être transféré avant le 15 décembre.

  • Kendall Marshall : 2 144 722 dollars garantis en 2015-2016

Recrue phare des Philadelphia 76ers sur le marché des agents libres, Kendall Marshall a paraphé un contrat de 4 années avec la franchise aux trois bannières. Sa première saison est pleinement garantie à 2 144 722 dollars. La suite de son contrat ne l’est pas et présente des émoluments dégressifs : 2 048 257 dollars en 2016-2017, 1 951 743 dollars en 2017-2018 puis 1 885 228 en 2018-2019.

S’il venait à intégrer le roster pour le season opener, Kendall Marshall ne pourrait être transféré avant le 15 décembre.

Ceux qui ont opté pour la required tender offer et son contrat non garanti au minimum salarial

Suivant la voie tracée par K.J McDaniels, J.P Tokoto et Jordan McRae ont décliné le contrat hinkien et l’hypothèse d’une suite de carrière outre-atlantique et ont saisi l’opportunité offerte par la required tender offer pour s’inviter au training camp. Titulaires d’un contrat non garanti au minimum salarial, ils ne plomberont pas le salary cap des Sixers s’ils venaient à être coupés avant le season opener. Ils deviendraient alors agents libres et les 76ers ne disposeraient de plus aucun droit de regard sur la suite de leur carrière.

  • J.P Tokoto : 525 093 dollars non garantis en 2015-2016
  • Jordan McRae : 525 093 dollars non garantis en 2015-2016

Les contrats rookies issus du premier tour

 

Au sein de l’effectif, cinq joueurs disposent d’un contrat rookie régi par l’échelle salariale des rookies.

  • Tony Wroten : 2,8 millions de dollars en 2015-2016

Tony Wroten entre dans la quatrième année de son contrat rookie lors de laquelle il percevra 2,8 millions de dollars. Les Sixers auront jusqu’au 2 novembre pour offrir un nouveau contrat au combo guard arrivé dès l’été 2013 en Pennsylvanie en provenance de Memphis.

A ce stade du processus, il semble peu probable que le jeune homme, très souvent blessé, se voit offrir une prolongation avant la date limite. Les Sixers disposeront toujours en fin de saison de la possibilité de faire de lui un agent libre restreint. Tony Wroten pourra alors opter pour la qualifying offer de 3,2 millions de dollars pour une cinquième saison.

  • Nerlens Noel : 3 457 800 dollars en 2015-2016

Pour sa troisième saison (sa seconde en tant que joueur valide), Nerlens Noel percevra 3 457 800 dollars. Au plus tard, le 2 novembre, Sam Hinkie devra activer son option pour une quatrième saison (4 384 490 dollars), la dernière de son contrat rookie.

  • Nik Stauskas : 2 869 410 dollars en 2015-2016

Sophomore, 8ème choix de la draft 2014, Nik Stauskas percevra 2 869 410 dollars en 2015-2016.

Les Sixers devront décider au plus tard le 2 novembre s’ils lèvent ou non l’option pour une troisième saison (2 993 040 dollars) de l’arrière issu de Michigan. Lors de la quatrième année de son contrat rookie, le canadien percevra 3 807 147 dollars.

  • Joel Embiid : 4 626 960 dollars en 2015-2016

S’il n’a toujours pas effectué ses débuts avec les Philadelphia 76ers et qu’il ne les réalisera pas avant la saison prochaine, Joel Embiid percevra cette année les émoluments dus à un sophomore issu de la troisième position de l’ordre de sélection de la draft 2014, à savoir 4 626 960 dollars.

Par ailleurs, la franchise devra décider au plus tard le 2 novembre si elle active l’option pour une troisième saison (4 826 160 dollars) de son pivot camerounais. Lors de la quatrième année de son contrat rookie, le camerounais percevra 6 100 266 dollars.

  • Jahlil Okafor : 4 582 680 dollars garantis en 2015-2016

Troisième choix de la dernière draft, Jahlil Okafor percevra des émoluments de 4 582 680 dollars pour sa saison rookie, puis de 4 788 840 dollars pour sa saison sophomore, 4 995 126 dollars lors de son troisième exercice et 6 313 882 dollars lors de la dernière année de son contrat rookie.

Les restes de salary dump trades

 

A ce stade du processus de reconstruction, la masse salariale disponible a copieusement été mobilisée dans des salary dump trades afin d’accroître la collection de choix de draft et de jeunes pousses au potentiel partiellement exploité, à défaut de l’être pour attirer des agents libres de renom.

Cette intersaison n’a pas dérogé à la règle établie par le décisionnaire depuis son intronisation aux commandes de la franchise. S’il a tenté sa chance avec Jimmy Butler et Kawhi Leonard, Sam Hinkie a dépensé davantage en salary dump trades qu’il n’a investi sur le marché des agents libres (Kendall Marshall, Scottie Wilbekin, T.J McConnell, Pierre Jackson et Christian Wood).

De cette stratégie résulte un constat, cette saison, les deux joueurs qui percevront les émoluments les plus élevés de la part des Philadelphia 76ers n’auront pas l’opportunité d’arborer les nouveaux jerseys de la franchise.

  • JaVale McGee, 12 millions de dollars en 2015-2016 :

Arrivée en Pennsylvanie lors de la trade deadline en échange du choix du premier tour 2015, protégé top 18 du Thunder, Javale McGee n’a disputé que 6 rencontres avec les Sixers avant d’être coupé.

Son contrat de 12 millions de dollars pour l’exercice 2015-2016 qui sera intégralement payé par les Sixers, fait de celui qui percevra défendra les couleurs de Dallas cette saison, le joueur le mieux rémunéré des Sixers.

  • Gerald Wallace : 10,1 millions de dollars en 2015-2016

En dépit de son profil de vétéran idoine au sein d’un effectif aussi inexpérimenté que celui des Sixers, Gerald Wallace et son contrat expirant de 10,1 millions de dollars n’ont pas été conviés au training camp. Récupéré, dans un échange mineur avec les Golden State Warriors en échange de Jason Thompson, lui même débarqué quelques jours auparavant de Sacramento, Gerald Wallace est désormais libre de signer où bon lui semble.

  • Carl Landry : 6,5 millions de dollars en 2015-2016

Acquis dans le cadre du salary dump trade conclu avec les Sacramento Kings le 1er juillet dernier, Carl Landry percevra le troisième plus gros salaire versé par les Sixers cette saison, le plus conséquent des joueurs présents au training camp.

A l’inverse des deux autres, le contrat de celui qui a été drafté par les Rockets où officiait un certain Sam Hinkie s’étend au-delà du présent exercice. En effet, Carl Landry dispose d’une ultime année de contrat pour 6,5 millions de dollars en 2016-2017.

Les autres :

  • Furkan Aldemir : 3 millions de dollars garantis en 2015-2016

Signé pour un contrat de 4 années à 3 millions de dollars l’exercice en cours de saison alors que Galatasaray rencontrait des difficultés financières, l’intérieur turc bénéficie d’un des plus imposants salaires de la franchise.

Ses trois millions de dollars sont totalement garantis pour le présent exercice. En revanche, les deux années qui suivent ne le sont pas.

Rappelons que les intérêts de l’intérieur turc sont gérés par le même agent que ceux de…Dario Saric.

  • Isaiah Canaan : 947 276 dollars garantis en 2015-2016

Depuis le 15 juillet dernier, la troisième année du contrat du meneur de jeu issu de Murray State est pleinement garantie. Il percevra 947 276 dollars en 2015-2016 avant de disposer d’une qualifying offer de 1 215 696 dollars en 2016-2017.

Parmi les 5 joueurs coupés d’ici au 26 octobre, quatre et non plus trois pourront être affectés en NBDL au sein des Delaware 87ers sous le statut de designated player. Ainsi, les joueurs n’auraient pas à passer par la draft de la ligue de développement et demeureraient dans le giron des 76ers qui pourront continuer à superviser leur développement. Néanmoins, ces joueurs bénéficiant d’un contrat de NBDL et non de NBA, sont susceptibles de rejoindre une équipe de la Grande Ligue à tout moment puisque les 76ers ne disposeraient alors, d’aucun type de droit de regard sur leur carrière NBA. C’est ainsi que Kendall Marshall en vint à arborer la tunique des Los Angeles Lakers après avoir éclaboussé la NBDL de son talent.

Les 29 autres franchises de la Ligue étant également soumises à la même contrainte, il n’est pas exclu que des joueurs coupés d’ici au 26 octobre soient préférés à des joueurs actuellement dans l’effectif. Il en fut ainsi avec Robert Covington l’an passé.

Qui doit intégrer le roster pour le season opener?

View Results

Loading ... Loading ...

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top