Interviews / Conférences de presse

Tour de chauffe médiatique pour Brett Brown

Avant même l’ouverture du training camp, Brett Brown était déjà sur le point. Montrant l’exemple à ses jeunes ouailles, le coach qui entamera sa troisième saison sur le banc des Sixers a arpenté les plateaux des différents médias locaux pour transmettre la bonne parole et dresser un panorama général des enjeux de la pré-saison et de la saison régulière à venir.

Plus prompt à dévoiler ses intentions que son président, Brett Brown n’a pas fait de mystère au moment d’aborder les quelques dossiers épineux qu’il reste à régler avant la reprise de la saison. Seule la composition du backcourt a laissé place à une réponse évasive.

Transition

  • Sur la possible association entre Nerlens Noel et Jahlil Okafor

« Nous nous étions préparés au même challenge avant de sélectionner Jahlil Okafor, et comme vous le savez, aurons le même défi avec Joel Embiid lorsqu’il sera de retour sur les parquets.

Je pense qu’ils le peuvent, nous allons probablement tout au long de la saison faire des ajustements et des réglages, pour faire en sorte que cela fonctionne.»

Si l’association entre les deux intérieurs s’annonce aussi périlleuse que prometteuse, le coach des Sixers n’élude pas la candidature de celui qui semble le plus proche du profil de la superstar tant convoitée par le General Manager.

  •  Sur Joel Embiid et sa capacité à retrouver la plénitude de ses moyens physiques après deux opérations synonymes de deux saisons blanches.

«  Je suis confiant car j’ai eu une longue conversation avec Zydrunas Ilgauskas .Le pivot Lituanien a connu des mésaventures analogues à l’aube de sa carrière. Lors de ses sept premières saisons que ce soit en Europe ou en NBA, cinq ont été écourtées en raison de ses problèmes de santé. Par la suite, il a trouvé le moyen de jouer neuf saisons consécutives à un niveau All-Star.

J’ai toujours un immense espoir et je crois qu’une vraie discipline, une alimentation saine ainsi que les apports de l’analyse de ses données et de l’encadrement de son processus de rééducation par les nouveaux dirigeants de notre département de sciences du sport, nous permettrons de le conseiller de manière optimale et ainsi l’aider à revenir sur le terrain. »

De la quête de la meilleure combinaison possible à l’intérieur dépendra assurément le profil de celui qui sera amené à organiser le jeu de la franchise. Entre des prospects qui découvrent la Grande Ligue et des joueurs plus expérimentés mais indisponibles en raison de pépins physiques, la désignation du meneur de jeu est à classer au rang des dilemmes à résoudre.

Ainsi sur Sirius XM NBA Radio, Brett Brown a évoqué l’étendue de la difficulté qui sera la sienne au moment de désigner son meneur de jeu titulaire.

« Pour les matchs de pré-saison, désigner un meneur de jeu titulaire sera sans doute le plus gros problème que j’aurai à résoudre en tant que coach. Nous avons des meneurs de petite taille, des meneurs de grande taille, des meneurs physiques, nous avons des meneurs shooteurs. Le spectre des compétences est excessivement large.»

Pour autant, pour la première sortie des Sixers avec leurs nouvelles tenues, son choix se limitera à quatre jeunes hommes, puisque Tony Wroten et Kendall Marshall n’auront pas retrouvé la plénitude de leurs moyens physiques pour le training camp.

Néanmoins, selon le coach, la compétition reprendra de plus belle sitôt la saison régulière débutée puisque les deux Sixers devraient retrouver les parquets d’ici un mois, soit l’ouverture de la campagne 2015-2016.

Enfin, sur ce sujet, l’ancien assistant des Spurs a suggéré qu’en dépit de la situation médicale des deux meneurs les plus expérimentés, l’effectif ne devrait compter que trois meneurs à l’issue de la pré-saison.

  • Sur les fruits du travail estival de Nerlens Noel

Concernant les progrès de Nerlens Noel, Brett Brown a confié que celui-ci se percevait comme un poste 4 entre Kevin Garnett, son modèle et Amar’e Stoudemire. Si le travail accompli afin de repenser de sa mécanique de shoot a été abondamment relayé, le sophomore ne s’est pas contenté d’enchaîner les tirs et a consacré son été à asseoir sa migration au poste d’ailier d’ailier.

« Il a passe énormément de temps à développer son jeu et à élargir son répertoire qu’il s’agisse du pick’n pop ou de sa panoplie de tirs notamment à cinq mètres. Tout au long de la saison, nous lui donnerons la liberté de tenter ces shoots.

J’escompte également qu’on le mobilise plus souvent que l’an passé sur pick and roll. »

A l’instar de la saison passée, Brett Brown se risque à fixer des objectifs chiffrés à son protégé. Ainsi, après les 60% atteints sur le fil lors de sa saison rookie, c’est désormais le seuil des 65% de réussite sur la ligne des lancers que Nerlens Noel devra dépasser en 2015-2016 avant d’évoluer au-delà des 70% à moyen terme.

Avec tous les changements opérés lors des deux premières saisons de la reconstruction, au cours desquelles 23 et 25 joueurs ont arboré l’uniforme des Sixers, et avec seulement 5 joueurs (Tony Wroten, Nerlens Noel, JaKarr Sampson, Jerami Grant et Hollis Thompson) qui étaient déjà présents lors du training camp de la saison dernière, le coach a été contraint à repenser perpétuellement ses systèmes.

Si l’effectif a été largement modifié au cours de l’intersaison, il faut s’attendre à une plus grande stabilité au sein de l’effectif.

« Je pense que vous verrez moins de turnover au sein de notre roster. Lorsque je vois des joueurs tels que Nik Stauskas et Jahlil Okafor qui s’ajoutent à Hollis Thompson, et Robert Covington, nous commençons lentement mais sérieusement à avoir quelque chose. Nous voyons certaines pièces du puzzle s’imbriquer comme le fait que nous avoir des shooteurs légitimes autour de Jahlil et de Joel. »

Au sujet des victoires, le coach des Sixers ré-affirme l’importance d’ancrer la progression de ses troupes dans la temporalité du processus de reconstruction. Le processus n’est pas encore entré dans la phase des exigences en termes de bilan sportif, mais la qualité de l’effectif et la stabilité aidant, le nombre de victoires pourrait augmenter.

« Nous ne négligeons pas l’importance des victoires. C’est pour cela que nous travaillons. Mais je ne crois pas que ce soit notre objectif à ce stade du processus. Je ne crois pas que le jugement doive être arrêté dès à présent. Cela dit, nous avons besoin d’accumuler plus de victoires. Nous voulons progresser à notre rythme. Comment pourrait-il en aller autrement ?

En revanche, il n’est pas encore temps de se pencher sur la prolongation de son contrat.

Nous allons nous retrancher et faire notre travail au PCOM cette année, mais la saison prochaine, à la même époque, nous serons de l’autre côté de la rive du fleuve Delaware dans notre propre centre d’entrainement.

Quand vous vous projetez sur l’année prochaine alors que nous disposons de 4 potentiels choix du premier tour et qu’on commence à pouvoir envisager de compter sur Embiid et Saric, ajoutez-y six choix de draft en plus du nouveau centre d’entrainement, et là, nous sommes sensiblement plus excités par le programme et la direction qu’il prend.

Cette saison sera donc, pour la troisième année consécutive, dédiée au développement des jeunes prospects de la franchise. Néanmoins, la qualité de ces derniers est à présent bien supérieure à celle que l’équipe possédait il y a tout juste un an.

Comme annoncé depuis la prise de fonction de Sam Hinkie en Pennsylvanie, la livraison du centre d’entrainement coïncidera avec un nouveau flot de talents potentiels d’envergure (Dario Saric, Joel Embiid, 4 choix issus du premier tour de la draft 2016). Il sera alors temps, d’entrer dans une nouvelle phase du processus.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top