Chroniques

Nerlens Noel, reconstruit son shoot (acte II)

Auteur d’une saison rookie des plus probantes au poste de pivot, Nerlens Noel savait ses chances de demeurer dans cette position confortable de tourelle défensive sous les panneaux condamnées par le retour à la compétition de Joel Embiid.

La seconde opération du pivot camerounais et la nouvelle saison blanche de celui qui lui a mené la vie dure lors des rares oppositions auxquelles l’ancien Jayhawk a participé ne lui offre pas plus d’opportunités de s’établir comme le poste 5 de la franchise aux trois bannières lors de son exercice sophomore. La sélection de Jahlil Okafor au troisième choix de la dernière draft condamne Nerlens Noel à se réinventer s’il escompte demeurer dans le 5 de départ de Brett Brown.

Redoutable défenseur, Nerlens Noel a peu à peu pris le rythme de la Grande Ligue et étalonné son arsenal offensif. Grâce à ses qualités athlétiques et sa vitesse de déplacement, l’ancien wildcat s’est construit un appréciable répertoire de scoreur opportuniste (sortie de pick and roll, coupes, alley-oop, claquettes, etc..).

Les highlights de son record en carrière au scoring


Record au scoring en carrière de Nerlens Noel… par sixersfrance

Pour autant, en dehors de sa qualité de passe appréciable pour un jeune homme présentant plus de 2,10 mètres sous la toise, son apport à plus d’un mètre du cercle est quantité négligeable.

Son avenir au poste 4 en Pennsylvanie le conduit aujourd’hui à reconstruire son jump shot pour lequel les fruits de son labeur de l’année écoulée tardent à mûrir au contraire de ceux réalisés depuis la ligne de réparation.

Arrivé dans la Grande Ligue avec le peu reluisant bilan de 52,9% de réussite aux lancers-francs lors de ses 24 matchs disputés avec les Wildcats, Nerlens Noel a débuté la saison sur les mêmes bases que celles établies lors de son exercice universitaire. Lors de ses 44 premiers matchs NBA, il a converti seulement 52,6% de ses tentatives à 4,60 mètres. A force de travail et en prenant le rythme d’une rencontre NBA, ses pourcentages se sont sensiblement accrus à compter du mois de février au cours duquel il a affiché un taux de réussite de 74,5%. Des progrès qui lui valurent alors les louanges de Brett Brown.

« Ses progrès sont colossaux et sont le fruit d’une année de travail. Si vous regardez son shoot et le comparez avec ce qu’il était à Kentucky, les différences sont radicales.

Même lorsqu’il manque sa cible, vous pouvez constater qu’il est bien plus confiant quand il se présente sur la ligne et reçoit la balle de l’arbitre. Il a développé sa routine et sa confiance s’est sensiblement améliorée.

Ses progrès aux lancers-francs nous donnent à voir ce que nous envisageons concernant son tir à mi-distance. Tout le travail qu’il accomplit à cet égard, le rendra plus fort.

Parvenu in extremis à atteindre l’objectif d’un taux de réussite de 60% sur la ligne des lancers-francs fixé par Brett Brown (60,9%), Nerlens Noel n’a en revanche mobilisé qu’avec très peu de succès son jump shot tout au long de la saison régulière.

Une situation qui l’a conduit à Newport, et non pour faire de cette bourgade prisée de la Nouvelle Angleterre son lieu de villégiature mais pour établir son camp d’entraînement estival comme nous l’apprend Keith Pompey du Philadelphia Inquirer.

Aux côtés de Chris Driscoll, son manager et de l’ancien coach des Celtics, John Carroll, l’intérieur travaille sa condition physique et son shoot au sein des infrastructures de la Salve Regina University et du Boys & Girls Club de Newport Country. Cinq jours par semaine, il s’astreint à deux heures d’exercices destinés à restructurer la forme de son shoot, suivis de travail sur sa condition physique et ses mouvements au poste.

Un travail de développement qu’il a décidé de réaliser loin du PCOM après y avoir passé son mois de juin avant que les Sixers ne rejoignent Salt Lake City pour la Summer League d’UTAH.

« Oui, j’aurai pu (rester au PCOM). Mais j’ai préféré individualiser mon travail, concentrer toute l’attention sur moi-même et travailler sur les secteurs importants de mon jeu ici. Je pense qu’être ici me permet d’être encore plus impliqué. Les distractions sont rares ».

Si les effets de son travail sur son shoot ne se feront pas voir avant le 6 octobre, date du premier match de pré-saison des Philadelphia 76ers, l’intérieur a de nouveau pris de la masse musculaire, passant de 98 à 101 kilos.

John Carroll explique les fondements de cette focalisation sur le jump shot de l’intérieur.

« Nombreux sont ceux qui expliquent qu’il convient de travailler sur ses faiblesses jusqu’à ce qu’elles deviennent des forces. En NBA, si vous avez des faiblesses, vos adversaires vont les exploiter ».

Au-delà de la nécessite induite par sa future association avec Jahlil Okafor, le développement d’un tir à mi-distance permettrait à Nerlens Noel d’accroître ses opportunités d’attaquer le cercle en exposant ses vis-à-vis à sa remarquable mobilité.

« Je pense que cela va réellement m’aider en tant que joueur de basketball, spécifiquement en tant qu’ailier fort. Ma capacité à rentrer régulièrement des jump shots va contribuer à créer du spacing, et assurément changer mon jeu de manière générale et me rendre plus efficace »

Devenir plus efficace au poste 4 semble être la condition sine qua non du maintien de Nerlens Noel dans le 5 de départ des Philadelphia 76ers à court et moyen terme. Testé sur cette position lors de la saison écoulée, tantôt aux côtés d’Henry Sims tantôt avec Furkan Aldemir, Noel s’est montré bien moins efficace des deux côtés du parquet. Prouver qu’il sera en mesure d’évoluer au même niveau dans une position bien moins confortable eu égard à ses qualités ne sera pas une mince affaire.

« C’est une année décisive pour moi de montrer ce dont je suis capable et de démontrer le travail que j’accomplis pour cela. Je pense que je suis dans une bonne situation pour me mettre en exergue. Mon potentiel sera certainement plus grand au poste 4 »

L’ampleur du travail est colossale. S’il a mis à profit ses qualités athlétiques pour convertir 66,2% de ses tentatives entre 0 et 3 feet lors de sa saison rookie, Nerlens Noel ne tournait qu’à 28,8% de 3 à 10 feet, 30,9% de 10 à 16 feet et 27,3% de 16 feet à la ligne à trois points.

Shot chart de Nerlens Noel lors de sa saison rookie

Shot chart de Nerlens Noel lors de sa saison rookie.

Par ailleurs, il n’a rentré que 77 de ses 273 tentatives sur jump shot, soit un famélique taux de réussite de 28,9% de réussite.

Avec John Carroll et Chris Driscoll, il en tente deux fois plus par jour avec comme point focal la position de ses mains et de ses pieds. S’il s’entraîne avec son propre staff à Newport, Brett Brown et Billy Lange sont régulièrement consultés sur la nature des exercices à mettre en place. Le coach des Sixers s’est ainsi déplacé en personne pour assister à une séance.

Présent sur place, Keith Pompey tend à considérer que les principaux changements dans la mécanique du jeune joueur résident dans le léger déplacement de sa main droite avec laquelle il tire mais surtout dans l’utilisation de sa main gauche.

Position de la main gauche de Nerlens Noel.

Position de la main gauche de Nerlens Noel.

« Je me suis focalisé sur la façon d’enlever ma main gauche du ballon. Au cours de la saison, vous ne pouvez pas réellement travailler autant que vous le voudriez afin de corriger ces petites choses. C’est la saison et vous ne pouvez pas le prendre à la légère ».

Si le joueur se montre modeste, ses entraîneurs estivaux se montrent plus ambitieux quant aux changements apportés. Selon eux, l’exécution de Nerlens est désormais bien plus rapide.

John Carroll se montre laudatif sur les progrès réalisés par son protégé et sa faculté à apprendre.

« Il a réalisé d’incroyables progrès en une heure sur des choses pour lesquelles il faut le plus souvent des semaines voire des mois pour discerner des signes d’amélioration».

A l’orée d’une saison qui s’annonce déjà décisive pour sa carrière en Pennsylvanie, Nerlens Noel se sent prêt à relever les défis imposés par son repositionnement au poste 4.

« Nous avons travaillé dur cet été. Je pense que je suis dans de bonnes dispositions pour aider l’équipe à aller dans la bonne direction »

Le joueur s’est même fixé un objectif des plus ambitieux, représenter la conférence Est lors du prochain All-Star Game qui se tiendra à Toronto.

« Individuellement, je pense que j’ai travaillé sur les choses dont j’avais besoin. Je dois juste continuer de montrer mon potentiel et commencer à évoluer à un très haut niveau ».

Source : Keith Pompey, Nerlens Noel rebuilding his jump shot in Rhode Island.

Comments
Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top