Summer Leagues

Scottie Wilbekin : De Las Vegas au training camp ?

Pierre Jackson, signé pour un contrat hinkien, partiellement garanti sur 4 années, Jahlil Okafor, déjà titulaire de son premier contrat dans la Grande Ligue, Richaun Holmes, blessé et indisponible jusqu’au training camp, les places disponibles au sein du roster étaient aussi rares que les candidats crédibles.

Après une première expérience décevante au sein d’un roster estival des Philadelphia 76ers, Scottie Wilbekin est néanmoins parvenu à étayer sa candidature à un spot pour le training camp avec de solides arguments.

En 4 apparitions avec les Sixers, l’ancien meneur de jeu vedette des Florida Gators, s’est distingué par sa capacité à organiser le jeu et par une adresse à longue distance qui avait jalonné son cursus universitaire (39% de réussite derrière l’arc pour sa saison senior).

Lors de ses trois premières sorties, le joueur de 22 ans en était quitte pour un appréciable 13/22 derrière l’arc. Un bilan comptable terni par son 1/7 proposé lors de la confrontation face aux Brooklyn Nets.

A l’issue de son match face aux Boston Celtics (19 points, dont 4 paniers primés), le prospect concédait s’être focalisé sur son shoot après une expérience désastreuse en la matière lors des précédentes Summer Leagues et un taux de réussite peu probant lors de son expérience australienne (28,4%).

« J’ai beaucoup et je travaille toujours énormément sur mon shoot. Cela a porté ses fruits ce soir ».

Le lendemain, la récolte de l’ancien gator fut encore plus conséquente. Face aux New York Knicks de Kristpas Porzingis, Scottie Wilbekin livrait sa prestation la plus aboutie dans le Nevada. Profitant des espaces générés par la présence de Jahlil Okafor dans la raquette pour dégainer à trois points, il affichait une production chiffrée de 26 points à 7/12 dont 6/8 à trois points, 3 passes, 3 rebonds, 1 perte de balle.

Une production saluée par le plus illustre de ses coéquipiers.

« Scottie fut le meilleur joueur sur le parquet ce soir. Il était incroyable. C’est un excellent shooteur ». Jahlil Okafor, auteur de 18 points et 6 rebonds.

Les highlights de Scottie Wilbekin face aux New York Knicks

Dans une partie finalement perdue lors de la prolongation, Scottie Wilbekin s’était illustré en concrétisant ses 6 tentatives à trois points lors du temps réglementaire. Il manqua malheureusement ses deux tentatives lors de la prolongation dont une dans le corner au buzzer.

Des échecs qui ternissent sa prestation à l’instar de sa demande de temps mort à 41 secondes du terme de la rencontre. Un temps mort dont les Sixers ne disposaient pas et qui valut une faute technique et la perte de la possession. Une erreur dissonante avec les déclarations du jeune homme qui se présentait comme « un joueur solide qui ne commettra pas d’erreur ».

Quoiqu’il en soit, le prospect a su profiter des opportunités créées par Jahlil Okafor, s’offrant ainsi un argument de poids dans son CV.

« Si j’ai un peu d’espace et que je me sens à l’aise avec mon shoot, je peux prendre feu et réaliser de belles séries. J’ai laissé le jeu venir à moi et j’ai pris ces shoots qui sont rentrés ». 

Sur le fondement de sa réussite à longue distance, une utilisation en tant que second manieur de ballon peut-être esquissée. Llyod Pierce a, ainsi, testé l’association avec Pierre Jackson pour un backcourt aussi rapide que léger en centimètres.

« J’ai le corps d’un meneur, mais je peux évoluer sans la balle. J’essaie de produire sur le parquet ce que je sais faire parfaitement ».

Valeur étalon de son aptitude à évoluer dans la Grande Ligue, le shoot à trois points n’est pas la seule carte maîtresse de l’arsenal de Scottie Wilbekin.

En dépit de qualités athlétiques en dessous de la moyenne et d’un déficit de taille et de longueur qui le pénalise lourdement dès que l’opposition prend la consistance physique, Scottie Wilbekin dispose d’une appréciable vision du jeu couplée à une excellente qualité de passe et d’une qualité de dribble qui lui permet d’opérer avec brio sur drive and dive et drive and kick. Son intelligence se fait également ressentir en défense où il parvient à compenser par son sens de l’anticipation les lacunes intrinsèques à ses prédispositions physico-athlétiques.

Dans un roster dont les principales figures de proues sont des shooteurs à longue distance et des intérieurs dominant chacun d’un côté différent du parquet, les habiletés de floor general de Wilbekin agissent comme le principal argument en faveur d’une invitation au training camp.

Coach de l’équipe dans le Nevada, Lloyd Pierce ne manque pas de superlatif lorsqu’il s’agit d’égrener les qualités d’une des rares satisfactions d’un groupe qui n’a connu que la défaite à Las Vegas.

« Il attaque le cercle. Intelligent et rapide, il parvient à conclure avec des lay-ups au cercle. Il se montre agressif à chaque instant passé sur le parquet. C’est un joueur qui apporte de l’énergie ».

« Il a un bon contrôle de la balle et du rythme, il est capable de créer du jeu pour ses partenaires. Il a joué toute sa vie en tant que meneur de jeu mais vous pouvez l’utiliser sans le ballon avec autant de réussite »

En se mettant en exergue, bien davantage qu’il n’avait pu le faire l’année passée, Scottie Wilbekin a validé la pertinence de sa décision de coupler sa participation à la Summer League d’Orlando avec le Magic à un retour à Las Vegas sous les couleurs des 76ers.

« Cela a été une décision prise avec mes agents. Je n’étais pas programmé pour évoluer à Las Vegas mais seulement à Orlando avec le Magic. Cette opportunité s’est présentée, je l’ai donc saisie ».

Non drafté à l’issue d’un cursus universitaire de 4 années au sein du programme des Florida Gators, Scottie Wilbekin s’est assuré un destin de basketteur professionnel en saisissant les opportunités qui se présentaient.

Sans proposition émanant d’une franchise nord-américaine, le jeune homme était parti, la saison dernière, fourbir ses armes de néo-professionnel en Australie où il a évolué avec les Cairns Taipans. Dans la ligue australienne où il a conduit son équipe en finale, le meneur de jeu affichait des moyennes de 15,2 points à 39,1% de réussite (28,4% à trois points), 4,3 passes et 3,7 rebonds.

Il s’est par ailleurs engagé à poursuivre l’aventure avec les Taipans, au cas où il ne se verrait pas offrir un contrat dans la Grande Ligue.

« J’ai beaucoup appris de cette première expérience professionnelle en Australie, j’ai grandi en tant que joueur ».

Reste désormais à Sam Hinkie d’évaluer si les progrès affichés par le prospect doivent être corrélés à une première expérience dans la Grande Ligue. 

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top