Joue la comme Tony DiLéo

JoueLaCommeDiLéo 2015 : Le projet de Baptiste

Tony DiLeo

Pour la troisième saison consécutive, le #JoueLaCommeDiLéo va animer le processus pré-draft. La publication des différentes contributions rédigées dans le cadre de cette vaste consultation va désormais rythmer cette bien trop longue attente. Huitième contribution pour cette édition, le projet de Baptiste.

Tout d’abord, je tiens à vous préciser que je ne suis pas un fidèle supporter des Sixers mais plutôt des Celtics, pardonnez mes imprécisions. De plus, entre le début de la rédaction de ce projet et la fin s’est passé l’épisode Joel Embiid, sur lequel beaucoup d’incertitudes planent. Dans le plan exposé ci-dessous, Joel Embiid sera là l’an prochain.

Ayant attentivement lu les questions auxquelles ce #JoueLaCommeDiLéo doivent répondre, il me semble opportun de commencer par mon opinion sur la situation des Sixers et surtout, de voir où en est la franchise sur son calendrier de reconstruction, ce qui permettra ensuite de développer toute la modeste stratégie que j’envisagerai pour l’été de Sam Hinkie.

Malgré la triste saison (uniquement sur le plan comptable) qui vient de s’écouler pour la franchise, quelques garanties ont pu être obtenues, au fur et à mesure de l’avancement des 82 matchs de saison régulière et il semblerait que la saison prochaine (et l’été 2015, par la même occasion) soit un virage très important dans le processus enclenché il y a quelques années. En effet, avec un Nerlens Noel dans sa saison sophomore auquel on accolera Joel Embiid, mais également avec l’arrivée d’un nouveau troisième choix de draft dans l’effectif et un cap space presque record, il ne faudrait pas rater ce tournant, afin d’accueillir dans les meilleures conditions Dario Saric en 2016 pour aller chercher une bague.

Avec l’ajout de Joel Embiid à l’effectif déjà présent cette saison, et la progression de ses coéquipiers, il est évident que la saison 2015-2016 des Sixers ne ressemblera pas aux deux précédentes. Fini le «  » » »tanking » » » » », désormais il s’agit d’avancer avec les bases déjà présentes et dont la place dans le futur de la franchise est assurée (j’entends par là Noel, Embiid et ce troisième choix de draft à venir). Certes, la franchise ne disputera sûrement pas les playoffs (j’espère me tromper), mais j’ose penser que la stratégie sportive sera différente l’an prochain, c’est pourquoi mon #JoueLaCommeDiLéo abordera l’été dans cette optique : il y a des bases, construisons dessus et bouchons les trous sur les postes clés afin de redevenir compétitifs le plus vite possible.

Partant de ce postulat, abordons la draft. Avec un troisième choix obtenu à la loterie quelques semaines auparavant, il ne me semble pas utile de rechercher à trade-up. En effet, les deux principaux prospects de cette cuvée étant des intérieurs en les personnes de Karl Towns et Jahlil Okafor, eu égard à la stratégie évoquée dans le paragraphe précédent, il ne me semble pas légitime d’aller chercher plus haut un joueur qui viendrait freiner la progression de Noel et Embiid. Ainsi, sauf si le prospect que je vise a reçu une certitude d’être drafté par les Wolves ou les Lakers, je ne chercherai pas à monter dans cette draft.

Si la raquette des Sixers est déjà relativement bien fournie pour le futur, ce n’est pas le cas de la ligne arrière, qui repose actuellement sur des role players et c’est donc pour cette raison que je vais chercher à renforcer l’un des postes extérieurs avec ce troisième pick. Ainsi, quatre choix principaux s’offrent à moi ici : D’Angelo Russell, Justise Winslow, Emmanuel Mudiay et Mario Hezonja. N’étant pas spécialiste de la NCAA contrairement à certains de mes collègues bracketologues, mon choix se fait sur ce que j’ai lu, plutôt que ce que j’ai vu. Loin devant ses trois concurrents, je place D’Angelo Russell. Avec ses capacités de création, mais en étant également une menace extérieure permanente, il pourrait apporter dans un futur proche exactement ce dont les Sixers ont besoin pour franchir un cap. Avec Russell à l’extérieur, les Sixers disposeraient d’un axe 1-5 de rookies très solide, sur quoi l’équipe pourrait largement s’appuyer durant les prochaines années.

Cependant, l’hypothèse que Russell soit sélectionné par les Wolves ou les Lakers n’est pas improbable et il faut alors envisager une autre solution. Comme il a été évoqué dans un autre projet, il me semblerait plus intéressant alors de chercher à trade-down. N’ayant pas spécialement confiance en Mudiay, je chercherais alors à descendre aux alentours de la sixième place pour aller y chercher Mario Hezonja. Pour le faire, à l’instar du projet de Nenad Grozdic, j’irai faire affaire avec les Kings, pour leur proposer mon pick 3 + un ou deux seconds tours contre son pick #7 et un futur pick en 2017 ou 2018. Cependant, avec la récente blessure de Joel Embiid, si Russell venait à être choisi dans les deux premiers choix, cela signifierait bien que Okafor ou Towns seraient disponibles pour mon pick #3. Comment pourrais-je passer à côté ne sachant pas si Embiid pourra ou non finalement apporter un jour ce que j’attends de lui ? Dur de savoir.

Quant aux cinq picks du second tour, je n’ai pas une connaissance parfaite de ces prospects mais il me semblerait intéressant de prendre quelqu’un comme Jaiteh qui était à Philly en début de semaine pour un workout et de le laisser progresser quelques années en Europe. Pour le reste, je préfère ne pas me prononcer en attendant d’avoir écouté le fameux podcast à ce sujet.

Une fois ce 25 juin passé arrive le temps de la free agency. Dans mon propre effectif, je choisis de conserver Thomas Robinson, solide rotation à l’intérieur pour un contrat très faible. À ses côtés, je choisis de conserver Jason Richardson pour un contrat minimum d’un an, pour qu’il apporte toute son expérience à ce jeune groupe. Dans le même registre, je conserve Luc Mbah a Moute et j’y ajoute Ish Smith, qui pourra toujours donner quelques minutes en tant que troisième meneur. Concernant Henry Sims et Glenn Robinson III, il ne me parait pas légitime de les garder.

Sur les contrats non-garantis de l’effectif, ils sont peu coûteux et peuvent s’avérer intéressants sur le plan sportif. Gardons donc parmi nous Robert Covington, Hollis Thompson et la légende JaKarr Sampson (<3). Exit par contre Isaiah Canaan, auquel je préfèrerai Ish Smith dans un rôle de troisième meneur.

Après la draft, et ces premières resignatures, mon roster ressemble à cela :

1 : Ish Smith – Tony Wroten

2 : D’Angelo Russell (ou Mario Hezonja) – Hollis Thompson – Jason Richardson

3 : Luc Mbah a Moute – Robert Covington – Jerami Grant

4 : Nerlens Noel – Thomas Robinson

5 : Joel Embiid – Furkan Aldemir (+ Okafor ou Towns ?)

Suivant le placement de Russell sur le terrain, à la mène ou au poste arrière, il me manque un joueur sur l’un de ces postes pour avoir un roster complet. Certes, ces postes sont remplis de free agents cette année, mais encore faut-il que leur équipe les laisse partir. Ainsi, je n’envisage même pas d’attirer Jimmy Butler ou Khris Middleton, leurs équipes respectives allant sans doute s’aligner sur tout contrat, même juteux.

Par contre, des joueurs comme Danny Green ou Wesley Matthews me tenteraient beaucoup. Associer un shooteur aux qualités de créations de Russell me semble parfait, et ces deux joueurs ressortent dans ce rôle. Matthews, s’il revient bien de sa rupture du tendon d’achille, pourrait être un 2 parfait à un coût moindre, sachant que sa blessure a freiné bon nombre de GMs.

Obtenir Danny Green, comme l’ont fait d’autres projets auparavant, m’intéresserait également grandement. Du tir, de la défense aux côtés de Russell et des deux tours dans la raquette, qui dit mieux ?

Par contre, si je décidais d’aligner Russell plutôt au poste d’arrière, je partirais à la recherche d’un meneur. Là encore, d’autres projets l’ont fait avant moi mais Beverley semble être une option parfaite. S’il n’était pas enclin à venir aux Sixers, pourquoi ne pas proposer un faible contrat à Jeremy Lin ? Au lendemain d’une saison moyenne aux Lakers, nul doute qu’il devra demander un contrat plus faible et s’il est plutôt bien cadré, il pourrait dépanner à Philly. Evidemment, ça n’est pas ma première option mais pourquoi pas lui donner une chance.

Je ne donnerai pas cette saison de très gros contrat, mais plutôt des contrats moyens voire légèrement surpayés comme l’avait exposé Rapha dans son projet, mais sans pour autant perdre ma flexibilité pour l’été prochain. En m’attachant les services de Green, Matthews ou Beverley, j’ai dans tous les cas un upgrade sur le poste concerné à un coût faible avec l’augmentation à venir du salary cap.

Voilà pour mon projet concernant l’été à venir des Sixers. Redevenir compétitif dès l’an prochain me semble possible, en attendant l’été 2016 et l’arrivée du futur MVP de la ligue, Dario Saric sans pour autant aller trop vite et risquer de perdre de la marge pour la suite.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :