Interviews / Conférences de presse

Dario Saric se livre

Quelques jours après avoir reçu la visite de Brett Brown, Dario Saric s’est confié à Jorge Sierra pour le compte du site HoopsHype. Dans un long entretien, le croate devancé par Bogdan Bogdanovic pour le titre de meilleur espoir de l’Euroleague, livre ses sentiments sur sa première saison en Turquie, son avenir et les rapports qu’il entretient avec les dirigeants des 76ers.

Jorge Sierra : Vous êtes originaire de Sibenik, la ville natale de Drazen Petrovic. Ce dernier est incontestablement une icône en Croatie. Serait-il juste d’affirmer que la ville de Sibenik n’a jamais connu fait de gloire plus considérable?

Dario Saric : Petrovic est une idole pour moi et pour beaucoup de gens en Croatie, et pas uniquement pour le milieu de la balle orange. Un certain nombre de jeunes qui commencent à jouer au football, au water polo ou au handball le perçoivent comme tel et s’inspirent de sa manière de travailler, de son mode de vie. Tout le monde sait ici comment Drazen a procédé.

C’est un exemple pour n’importe qui aimant le sport et voulant s’y faire un nom.

Jorge Sierra : Votre père joua aux côtés de Drazen. Quelle genre d’anecdotes vous raconte-t-il à ce propos?

Dario Saric : Oui, il fut l’un de ses coéquipiers, et, à l’époque, Sibenka était un grand club en Yougoslavie. En ce temps-là, la ligue yougoslave était la meilleure du monde, NBA exceptée. Ils partagèrent des moments incroyables ensemble bien entendu, en gagnant le championnat par exemple. Il m’a raconté tellement d’histoires sur l’éthique de travail de Petro, son professionnalisme. Il dédiait chaque jour de sa vie au basketball. Il m’a narré qu’il le battait parfois en un-contre-un et il enrageait systématiquement parce que chaque défi était important aux yeux de Drazen, même lorsqu’il s’agissait de jouer aux cartes. Il voulait toujours s’imposer comme le meilleur dans n’importe quelle situation dans la vie en général et gagner. C’est la raison pour laquelle Petrovic est une idole pour tout le monde, y compris pour moi.

Jorge Sierra : L’énorme attention médiatique ne vous a pas quitté depuis ton plus jeune âge. Comment l’avez-vous gérée?

Dario Saric : J’ai toujours bien séparé attention médiatique et basketball. Je sais quels sont mes objectifs, en termes de développement de mon jeu et j’y consacre ma concentration. Pour bien vous illustrer la distinction que j’opère, je mets d’un côté tout ce que peuvent dire les journaux sur moi, et, de l’autre, mes objectifs sportifs.

Jorge Sierra : Vous avez décidé de vous installer en Turquie l’an passé et vous avez pour l’entraineur Duskan Ivkovic, dont l’extrême dureté est notoire. Comment s’est déroulée cette expérience?

Dario Saric : Il a entrainé mon père dans ma ville natale, Sibenik, pendant un sacré moment donc je savais exactement quel type de situation je rencontrerais en Turquie. Ce fut une grande expérience pour moi que de travailler avec Monsieur Ivkovic. C’est un homme affable, ouvert à la discussion et c’est profitable de bénéficier de son expérience imposante. Il est vieux désormais, mais il possède toujours l’énergie requise pour expliquer aux jeunes joueurs comment le basketball doit être joué, donc il reste toujours jeune à mes yeux.

Jorge Sierra : Votre signature à l’Efes vous procure-t-elle pleine satisfaction?

Dario Saric : Absolument. Je suis heureux ici. C’était naturellement la première fois que je quittais la Croatie. J’ai été confronté à quelques problèmes pour m’adapter à une nouvelle ville, une nouvelle équipe,  de nouveaux entraineurs et de nouvelles personnes dans ma vie. Néanmoins, tout va bien à présent. Je n’ai plus aucun problème, et, vraiment, tout est super. Le changement fut ardu dans un premier temps puisque je me trouvais loin de mes amis et de tout ce qui m’était familier. Tout était nouveau, mais j’ai progressé en tant que joueur désormais et c’est ce qui compte le plus.

Jorge Sierra : Des articles en Europe ont fait état de la forte implication de votre père dans vos choix de carrière. Est-ce toujours le cas?

Dario Saric : Non, il n’y a aucun problème avec lui. Je ne compte pas le nombre de personnes qui n’ont pas bien compris les questions afférentes à sa personne. Il s’agit de mon père et il veut ce qu’il y a de mieux pour moi, mais je prend les décisions et me charge de mes affaires. Il n’a aucun problème avec cela. Mon père est toujours présent pour m’apporter son soutien et me prodiguer son opinion. Cela dit, il est très honnête, donc, parfois, les gens s’en servent pour rédiger un article, mais je n’ai rien à lui reprocher à titre personnel.

Jorge Sierra : Plusieurs joueurs des Philadelphia 76ers (dont un ex-, ndlr) sont venus vous rendre visite en Espagne l’été passé alors que vous disputiez la Coupe du Monde avec la Croatie. Quelle fut votre réaction?

Dario Saric : Cet effort représentait vraiment beaucoup pour moi. Trois joueurs d’élite (Joël Embiid, Nerlens Noel et Michael Carter-Williams) ont fait le déplacement en Espagne pour me soutenir, ainsi que mon équipe. L’entraineur s’y est également rendu. Que des membres de l’équipe qui m’avait sélectionnée  viennent pour être derrière moi était grandiose. Leur présence m’a rendu le jeu plus facile : je n’ai ressenti aucune forme de pression supplémentaire sur les épaules.

Jorge Sierra : Vous avez aussi rencontré Brett Brown récemment, il me semble.

Dario Saric : En effet, cette rencontre est intervenue il y a quelques semaines. Nous avons beaucoup parlé de basketball et ce fut une bonne chose que sa venue. De plus, le GM Sam Hinkie est venu me rendre visite en Décembre, ce qui fut l’occasion de discuter de basketball, entre autres choses. La confiance qu’ils me portent et qui les pousse à venir me voir est difficilement estimable.

Jorge Sierra : Regardez-vous les matchs des Sixers?

Dario Saric : J’en visionne certains, mais le décalage horaire entre Turquie et Etats-Unis complexifie l’activité. Toutefois, lorsque je me lève le matin, je regarde les temps forts de leurs matchs et je demeure toujours en contact avec les gens à Philadelphie.

Jorge Sierra : Qu’avez-vous ressenti lorsque vous avez appris que vous preniez la direction de Philadelphie au cours de la Draft?

Dario Saric : Tout joueur de basketball entretient le fantasme de la NBA lorsqu’il commence à jouer en au basketball. Les meilleurs joueurs du monde y évoluent. J’avais ce rêve et j’espère qu’un jour je m’y retrouverais. L’on ne peut jamais savoir ce qui peut arriver, qu’il s’agisse d’une blessure ou qu’importe, mais la NBA féconde en moi un auguste désir.

Jorge Sierra : Y’a-t-il la moindre chance que vous y exportiez vos talents pour rejoindre les Philadelphia 76ers la saison prochaine?

Dario Saric : La saison prochaine? Je ne sais pas et ne suis pas habilité à en disserter car j’ignore encore la situation, la façon dont les choses vont se dérouler. Je peux dire que je suis heureux ici à l’Efes mais également que je me réjouis que les membres de la franchise se soient rendus ici et souhaitent ma présence là-bas. C’est bien là tout ce que je peux affirmer à l’heure actuelle. Je n’ai ni information, ni sentiment quant à la tournure que pourrait prendre les événements. Je me contente d’être concentré sur le reste de la saison en cours.

Que je reste ici ou que j’aille en NBA, je serai heureux quoiqu’il arrive. Je n’ai pas une fichtre idée du déroulement de cet été ou du prochain. Ce n’est pas le moment de parler de cela maintenant.

Jorge Sierra : Dans quelle mesure pensez-vous qu’une année additionnelle en Europe serait susceptible de contribuer à hausser votre niveau de jeu?

Dario Saric : J’acquerrais plus d’expérience du basketball de haut niveau en disputant l’Euroleague. Si je posais mes valises en NBA, je suis certain que j’effectuerais des progrès sur le plan individuel. L’Europe constitue un meilleur environnement pour apprendre le jeu collectif et devenir un coéquipier plus exemplaire.

Traduction de l’interview de Dario Saric par Jorge Sierra : Catching up with sixers draftee Dario Saric

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top