Chroniques

Que faire du cap space? Le cas Gerald Wallace.

gerald-wallace-on-the-floor-soon-to-the-Sixers

Depuis sa prise de fonction Sam Hinkie est passé maître dans l’art de transformer son cap space disponible en tours de draft. En offrant à ses homologues, une part de sa marge de manoeuvre sous le cap, le décisionnaire a été en mesure de se constituer une solide collection d’assets. Cette saison, il a pris en charge les contrats de Marquis Teague (1,1 million de $), de Travis Outlaw (3 millions de $), de Jorge Gutierrez (230 536 $), d’Andreï Kirilenko (3,32 millions de $), de Ronny Turiaf (1,5 million de $) et de JaVale McGee (11,25 millions de $ en 2014-2015, 12 millions $ en 2015-2016) pour mettre la main sur 4 choix du second tour et un choix du premier tour.

Avant que le salary cap n’explose sous l’effet du nouveau contrat TV qui entrera en vigueur lors de l’exercice 2016-2017, Sam Hinkie disposera encore de rares fenêtres d’opportunités pour capter des assets. Si la hausse progressive du salary cap est conforme à ce qui a été annoncé par Jonathan Givony de Draftexpress (67,1 millions de $ en 2016-2017, 89 millions $ en 2017, et enfin 108 millions de $ en 2017-2018) alors les dernières opportunités se présenteront d’ici à la trade deadline de février.

Face à la concurrence qui sera accrue à l’aube de la saison 2016-2017, nombreux seront les GM à se montrer agressifs cet été. Parmi eux, Danny Ainge pourrait s’établir comme un partenaire de choix pour Sam Hinkie. Déployant une stratégie analogue d’accumulation primitive d’assets, les deux stratèges étaient, jusqu’alors, en situation de concurrence davantage qu’enclins à collaborer.

Or, en se portant acquéreur d’Isaiah Thomas lors de la trade deadline, Danny Ainge n’opère plus dans la même temporalité que son homologue de Pennsylvanie. L’ancien All-Star a entamé la phase du processus de reconstruction des Celtics où il cède les choix de draft collectionnés depuis le blockbuster trade de Paul Pierce et Kevin Garnett. En 18 mois, les Celtics se sont donnés la flexibilité nécessaire pour prétendre à s’établir comme des acteurs majeurs de la free agency à venir.

Balayé par les Cavaliers lors du premier tour des playoffs, les Celtes seraient, si on se fie aux informations de Steve Kyler, disposés à céder un de leurs nombreux choix du premier tour pour accroître leur marge de manoeuvre lors de l’été 2015.

Forts de quelques 20 millions de dollars disponibles sous le salary cap (saison 2015-2016), les Celtics sont en situation de proposer un contrat maximum tout en se réservant la possibilité de s’aligner sur les offres formulées pour Crowder. Si le contrat expirant de Gerald Wallace est un atout de choix dans la perspective d’un sign and trade, il inhibe la capacité d’action du stratège celte concernant les agents libres. De fait, Danny Ainge pourrait privilégier la place brute sous le cap. Ainsi, selon les sources de basketball insiders, le general manager des Celtics explorerait la possibilité de se délester du contrat du vétéran et serait enclin à joindre un choix du premier tour afin de trouver un partenaire.

Utilisé avec parcimonie (32 matchs de saison régulière pour 8,9 minutes de temps de jeu, 4 minutes en playoffs) par Brad Stevens, le vétéran, apprécié pour son rôle dans le vestiaire, entrera dans la dernière année du contrat signé en 2012 de 40 millions de dollars sur 4 ans. En 2015-2016, il percevra 10,1 millions de dollars. Les équipes susceptibles de l’accueillir dès le 1er juillet ne sont pas légion, encore moins nombreuses sont celles qui sont en mesure de réaliser un telle acquisition lors de la cérémonie de la draft.

Parmi elles, les Philadelphia 76ers de Sam Hinkie. Toujours disposé à capter des assets dont ses homologues escomptent se délester, Sam Hinkie pourrait être incité à réaliser un salary dump trade d’envergure aussi précocement dans la saison en fonction des résultats de la loterie du 19 mai. Alors quel pick peut-il soutirer à son voisin?

La collection des choix du premier tour des Boston Celtics

AnnéesProvenance du pickProtections / Remarques
2015Boston Celtics 16ème choix de la draft 2015
2015Los Angeles Clippers28ème choix de la draft 2015
2016Boston Celtics
2016Brooklyn NetsAucune protection
2016Dallas MavericksProtégé top 7 jusqu'en 2020. Non protégé en 2021.
2016Minnesota TimberwolvesProtégé top 12 en 2016. Si les Wolves n'ont pas envoyé de choix du premier tour à cette échéance, alors Boston recevra les choix du second tour 2016 et 2017 des Wolves.
2017Boston Celtics / Brooklyn NetsLes Celtics disposent du droit d'échanger leur choix 2017 contre celui des Nets. Si ce dernier est plus favorable que celui des Celtics, alors les Celtics devront envoyer leur choix du second tour 2017 à Brooklyn sauf s'il est situé entre la 31ème et la 45ème position.
2018Boston Celtics
2018Brooklyn NetsAucune protection
2018Memphis GrizzliesProtégé top 8 en 2018 et 2019, top 6 en 2020 et non protégé en 2021.
Cet échéancier débutera deux années après que les Grizzlies se seront acquittés de leur obligation à l'égard des Nuggets.

L’opportunité pour les Sixers de consolider leur collection de choix de draft pour les prochaines saisons est réelle. Toutefois, si la cession du contrat de Gerald Wallace amplifierait la marge de manoeuvre de Danny Ainge sur le marché des agents libres cet été, elle ne la conditionne pas. Dès lors, il semble illusoire de cibler les choix des Nets dans le cadre d’un tel salary dump trade. En revanche, les choix des Clippers (28ème choix de la draft 2015) et le choix du premier tour 2016 des Mavericks sont des cibles raisonnables pour peu que l’information de Steve Kyler s’avère fondée.

S’il ne devait se retrouver qu’avec un seul choix du premier tour de la draft 2015, le choix des Clippers serait une cible qui ferait sens pour les 76ers dans la mesure où elle accroîtrait sensiblement la flexibilité à disposition du GM lors de la grande messe annuelle. En revanche, l’utilité d’acquérir un cinquième choix du premier tour pour le millésime 2016 peut être mise en doute.

La part d’incertitude pesant sur la position du choix des Grizzlies en 2018 en fait assurément une pièce de choix. Si Danny Ainge escompte profiter de sa marge de manoeuvre sous le cap avant l’augmentation du salary cap qui lissera les avantages comparatifs, alors Sam Hinkie serait bien inspiré de sonder la disponibilité de ce choix.

On notera que les Celtics disposeront également des choix du second tour des 76ers pour les millésimes 2015 et 2016. Remettre la main sur des picks dont il peut contrôler les destinées ne serait certainement pas pour déplaire à Sam Hinkie mais la valeur de ces derniers est certainement bien inférieure à celle de 10 millions de dollars disponibles sous le cap.

La situation salariale des Sixers

JoueurSalaire 2015-2016Notes / Remarques
JaVale McGee12 000 000$Coupé
Choix de draft des Sixers 20155 703 600$Ici, nous tablons sur le montant maximum que pourrait percevoir le joueur sélectionné avec le choix du premier tour des Sixers. A savoir, le salaire d'un premier choix majoré 20%.
Joel Embiid4 626 960$
Nerlens Noel3 457 800$
Furkan Aldemir3 000 000$
Tony Wroten2 179 354$
Glenn Robinson III1 045 059*Qualifying offer
Robert Covington1 000 000$
Hollis Thompson947 276$
Isaiah Canaan947 276$
Jerami Grant845 059$
JaKarr Sampson845 059$
Jason Richardson(9 901 687$)Cap hold : 150% du salaire précédent
(joueur disposant de ses bird rights, sortant d'un contrat post rookie scale , avec un salaire précédent supérieur au salaire moyen)
Luc Richard Mbah a Moute(8 326 894$)Cap hold : 190% du salaire précédent.
(joueur disposant de ses bird rights, sortant d'un contrat post rookie scale , avec un salaire précédent inférieur au salaire moyen)
Thomas Robinson( 15 000 000$)Cap hold : salaire maximum
(rookie sortant de sa troisième année de contrat)
Ish Smith(1 177 300$)Cap hold = 120% du salaire précédent
Henry Sims(1 189 815$)Cap hold = 130% du salaire précédent
Total 36 597 443 $

De fait, les Sixers disposeront de quelques 31 millions de dollars de marge de manoeuvre sous le cap et ce en intégrant les 12 millions de dollars dus à JaVale McGee. Dès lors, Sam Hinkie peut s’offrir un choix du premier tour supplémentaire en délestant les Celtics du contrat de Gerald Wallace, tout en conservant la possibilité de formuler une offre de contrat maximum aux principaux free agents disponibles cet été, qu’il s’agisse de Jimmy Butler, Kawhi Leonard, Draymond Green, ou Khris Middleton.

Si Sam Hinkie s’est montré réticent à sacrifier une part substantielle de sa flexibilité aussi tôt dans un exercice comptable (cf : Que faire du cap space? Le cas de Jeremy Lin), la hausse annoncée du salary cap et l’avancement du processus de reconstruction qu’il conduit restreindront drastiquement à l’avenir les fenêtres d’opportunités pour transformer de la masse salariale disponible en tours de draft.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :