Interviews / Conférences de presse

Josh Harris : « Nous changerons de cap quand nous aurons acquis des stars »

A l’issue du dernier match de la saison régulière, sa troisième en tant qu’actionnaire principal de la franchise, Josh Harris s’est présenté devant les journalistes locaux pour livrer le bilan de l’exercice et fixer le cap pour les semaines et mois à venir.

Josh Harris débute la conférence de presse par un propos liminaire où il expose sa vision de la saison écoulée et des progrès accomplis eu égard aux objectifs à longs termes qu’il a établis.

Eu égard à nos objectifs à long terme, à savoir construire une équipe susceptible de disputer le titre chaque saison en NBA, nous avons fait de réels progrès.

Parmi les signaux qui nous permettent d’affirmer que nous avons progressé, la pertinence de notre équipe de direction est certainement le plus prégnant. Qu’il s’agisse de Sam Hinkie ou de Brett Brown, chacun a largement excédé les attentes que nous avions à ce stade du processus. De la même manière, Scott O’Neil et son équipe ont réalisé un travail époustouflant en ce qui concerne les aspects économiques et commerciaux.

Notre travail en lien avec la pointe de la recherche en science du sport est également à classer au rang des succès de cette saison.

Sur le parquet, Nerlens Noel devrait, évidemment intégrer les discussions pour le titre de Rookie de l’année et a réalisé des progrès tout au long de la saison. Nous sommes également particulièrement confiant en ce qui concerne Joel Embiid qui devrait participer aux Summer Leagues.

Nombreux sont les autres joueurs qui se sont montrés performants et ont dépassé les attentes. A cet égard, Sam a su se montrer opportuniste notamment via le recrutement de Robert Covington qui s’est établi comme une authentique menace à trois points en NBA.

Jerami Grant, que l’on a choisi au second tour a également réalisé un travail particulièrement efficace cette saison.

Notre équipe a bien mieux joué en défense, s’établissant juste en deçà du top 10 des meilleures défenses de la Ligue. Si notre équipe ne présente pas pour l’heure un bilan reluisant, je suis particulièrement satisfait de l’état d’esprit qui anime nos joueurs. Jamais, ils n’ont abandonné au cours de la saison. Au contraire, à de nombreuses reprises, ils ont inversé le cours d’un match en manifestant une combativité de tous les instants. Au final, l’équipe était relativement agréable à regarder évoluer.

Avant de répondre à chaque question que vous pourriez avoir, je tiens à remercier nos supporters et la ville de Philadelphie pour l’amour qu’ils nous manifestent et pour la passion qui les anime. La ville comprend que les bas-fonds sont derrière nous et que nous commencerons à grandir à partir de maintenant.

 

Sur le timing à compter duquel les Sixers se montreront de nouveau compétitifs.

Il est délicat de fixer un échéancier précis dès à présent. Il ne faut pas omettre que la NBA est avant tout une ligue déterminée par le talent des joueurs. Nous allons continuer d’essayer d’ajouter du talent dans l’optique de récupérer des joueurs d’élite. Comme nous n’avons de cesse de le répéter, la façon dont vous gagnez en NBA est assez simple : avoir à minima deux, sinon 4 des vingt meilleurs joueurs de la Ligue.

Et il n’est pas aisé de les avoir. Vous pouvez les récupérer à la draft, via un échange, ou lors de la free agency. Nous devons nous montrer opportunistes et saisir les rares fenêtres d’opportunités qui se présenteront. Tout le travail de Sam consiste précisément à éteindre ces fenêtres d’opportunité en maximisant notre flexibilité.

La réponse à votre question quant à l’échéancier à partir duquel nous deviendrons compétitifs dépend de notre capacité à attirer ces joueurs d’élites. Nous changerons de cap quand nous les auront acquis. 

Personne n’est aussi impatient que nous de redevenir compétitifs. Mais se montrer impatient pourrait altérer notre capacité à atteindre notre objectif.

Que devons nous-attendre de la prochaine saison ? La signature de gros free agents ou au contraire une nouvelle saison où les victoires seront sacrifiées sur l’autel d’un haut choix de draft ?

Chaque décision que nous prenons, chaque mouvement que nous entreprenons ou que nous envisageons est évalué au prisme de notre stratégie à long terme qui est de mettre la main sur des stars dans la Ligue.

Sur l’accroissement de la valorisation de la franchise et l’incitatif que cela représente quant aux investissements.

Quand nous avons acheté la franchise, nous étions à l’aise économiquement. Naturellement, le fait que la franchise ait pris de la valeur depuis que nous l’avons achetée est quelque chose de positif mais ne vous méprenez pas. Si nous avons décidé de nous porter acquéreurs des Philadelphia 76ers, c’est parce que nous envisagions, quelles que soient les circonstances d’investir massivement dans l’équipe.

En septembre, lors de votre précédente conférence de presse vous nous exposiez un projet autour de Michael Carter-Williams et de Nerlens Noel. Le premier n’est désormais plus dans l’équipe. Quelle fut votre réaction suite à son transfert ?

Evidemment quand advient un transfert concernant un joueur majeur, il s’agit d’une décision qui revient au front office. C’est le travail de Sam Hinkie. Mais nous sommes des observateurs attentifs et nous avons naturellement un avis sur ce genre de décision.

Je pense que parfois quand vous essayez de construire une équipe gagnante et que vous aspirez à récupérer des joueurs d’élite dans la Ligue, vous devez prendre des décisions difficiles.

Michael Carter-Williams était très bon mais la nature du choix de draft que nous avons été en mesure d’obtenir pour lui, permet à notre stratégie à long terme de prendre davantage forme. Nous sommes donc très à l’aise avec cette décision.

Et si vous n’obtenez que le 20ème choix lors de la prochaine draft?

La façon dont nous gérons l’équipe est similaire à celle dont je gère mes affaires. Vous embauchez le meilleur personnel possible, vous mettez à leur disposition des ressources, et vous leur laissez la responsabilité de prendre des décisions. Cela ne signifie pas qu’ils ont une autorité absolue.

Vous avez indiqué que votre objectif était de mettre la main sur des joueurs d’élite, des joueurs parmi le top 20 de la NBA. Estimez-vous en avoir déjà sous la main ?

Je n’exclus pas Nerlens Noel de ce décompte. Je pense qu’il peut en faire partie. Joel également. Nous ne savons pas qui nous obtiendrons lors de cette draft. Les joueurs se développent à un rythme différent. Pour le moment, je ne peux vous livrer une évaluation définitive.

Sur la possibilité de se retrouver qu’avec un seul choix dans le premier tour alors que Sam Hinkie s’est porté acquéreur de potentiellement 4. Déception ? Problème dans la reconstruction.

Nous avons pris chacune de ces décisions en prenant en considération la valeur attendue des choix et les probabilités de les récupérer dès cet été.

Les choix de draft que Sam a acquis au cours de la saison, appartiennent désormais aux Philadelphia 76ers. Certains ne seront pas disponibles cette année mais ils le seront alors l’année prochaine.

Sam Hinkie a démontré qu’il savait se montrer opportuniste lors de la draft, lors de la trade deadline.

Vous savez, les choix de draft peuvent être utilisés pour drafter des joueurs, pour monter un échange contre des joueurs ou être échangés contre d’autres choix de draft. Cela ne change en rien notre stratégie à long terme. 

Je pense que le choix des Lakers est quelque chose d’important que nous pouvons contrôler, qu’il soit envoyé cette saison ou la prochaine.

Concrètement, en quoi avez-vous réalisé des progrès cette saison ?

Nous avons réalisé des progrès en ce qui concerne notre objectif de mettre la main sur des stars.

 

Sur Brett Brown, à qui, il reste deux ans de contrats, ses possibles craintes quant au retard qu’a pu prendre le processus en raison de la draft de deux joueurs blessés (Nerlens Noel, Joel Embiid)). Ne craignez-vous pas que votre coach commence à s’impatienter si les 76ers ne se montrent pas compétitifs sur le parquet ?

J’ai passé beaucoup de temps avec Brett Brown. Il excelle dans ce qu’il fait. Il est satisfait et prend beaucoup de plaisir à faire ce qu’il fait ici à Philadelphie. Il réalise un excellent travail en ce qui concerne le développement des joueurs, il parvient à les maintenir unis et conquérants dans la défaite.

Je pense qu’il est ravi d’être ici et qu’il est confiant sur ce que l’on entreprend.

Sur la possible extension de contrat de Brett Brown

Nous sommes tous focalisés sur la même chose : développer l’équipe et les talents à notre disposition afin de réaliser nos objectifs à long terme. Je suis très satisfait de ce que fait Brett Brown en tant que head coach. Nous n’avons absolument pas commencé à discuter de ce sujet mais ce n’est certain pas quelque chose que nous excluons.

Sur la frustration qui pourrait naître chez le coach à force d’être constamment contraint de s’adapter et de recommencer à zéro. Cette saison, il est parvenu à faire jouer remarquablement bien son équipe en défense en s’appuyant sur les qualités des joueurs à disposition mais il devra de nouveau tout repenser si, cet été des joueurs aux profils bien différents venaient à rejoindre le roster.

Pour commencer, je vous rappellerai que nous avons la prochaine draft où nous aurons au minimum 6 choix, la free agency puis les Summer Leagues, beaucoup de choses peuvent changer. Il est beaucoup trop tôt pour se prononcer sur le nombre de joueurs ou l’identité des joueurs qui seront de nouveau avec nous pour le début de la prochaine saison.

Mais je pense au final la nature même du processus entrepris implique une dose de changements à laquelle Brett Brown ne s’oppose pas. Le coach est en parfaite adéquation avec le processus, le changement de culture que nous mettons progressivement en place.

Qu’allez-vous faire pendant la free agency ?

Encore une fois nous sommes en position de nous montrer super opportunistes et actifs, nous allons parler avec tout le monde et nous assurer de prendre les bonnes décisions à long terme.

Sur le CBA, la réforme de la loterie, le nouveau salay cap.

De nombreuses choses sont discutées au sommet de la Ligue. Vous savez que j’ai pris clairement position en ce qui concerne la réforme proposée de la loterie. Pour le reste, c’est à Adam Silver qu’il convient de s’exprimer, pas à moi.

Un des grands enjeux du développement, dans toutes ses acceptations sémantiques et catégorielles, réside dans la construction d’un nouveau centre d’entraînement. Où en est-on ?

Le nouveau centre d’entraînement est en effet un des enjeux majeurs du développement de la franchise dans sa globalité. Il sera l’un des plus grands et l’un des meilleurs centres d’entraînement de la NBA. En ce moment, les plans ne cessent d’être réajustés. De nombreux détails restent à régler entre les différentes parties prenantes au dossier. Nous ciblons toujours le début de la saison 2016-2017 pour la livraison.

Comme vous le savez les dossiers de construction sont toujours des dossiers compliqués tant le nombre de parties intéressées est conséquent. J’ai moi même été impliqué dans de nombreux et variés projets de construction, je sais à quel point il est difficile de les mener à bien dans les délais impartis mais à cette heure nous sommes toujours dans les temps.

Sur les affluences modestes au Wells Fargo Center

Si la majorité des fans comprennent le besoin de raisonner à long terme et comprennent le plan que nous avons, ils restent humains. Quand nous gagnerons 60 matchs alors je m’attendrais à ce que la salle fasse le plein chaque soir. Pour l’heure, je suis satisfait de ce qu’ont fait nos équipes sur et en dehors du parquet pour faire du Wells Fargo Center un lieu où il fait bon être. Nous allons continuer à faire des progrès.

Une nouvelle fois sur l’échéancier du processus.

Nous allons continuer à ajouter de bons joueurs, s’assurer qu’ils soient bien coachés, qu’ils soient dans un état de forme optimal, qu’ils soient ravis de faire partie de notre projet. Je ne peux fixer de deadline artificielle.

Sur les bilans de Sam Hinkie et de Brett Brown

Sam Hinkie a réalisé un excellent travail. Si vous regardez les décisions qu’il a prises. Si vous regardez les joueurs qu’il a draftés. Nerlens Noel qui est un défenseur redoutable. Avoir sélectionné Michael Carter-Williams en 12ème place (ndlr : en 11ème en réalité) qui est devenu le ROY. Jerami Grant, drafté au 39ème rang. Récupérer Robert Covington. Si vous regardez comment évolue Dario Saric en Europe ou les progrès réalisés par Joel Embiid , vous pouvez affirmer que le travail de Sam est admirable.

Sam glose beaucoup sur l’impératif de détenir le maximum d’informations avant de prendre une décision. Force est de constater que les décisions qu’il a prises furent sages et bonnes.

Si vous regardez les transferts qu’il a réalisés. Reculer de deux positions dans la draft l’année dernière et récupérer un choix du premier tour et un choix du second tour, c’est quelque chose dont je suis particulièrement fier.

A mon sens, des décisions réfléchies concernant les transferts, les joueurs que vous ajoutez à votre effectif. Vous devez vous souvenir d’où nous sommes partis, notre situation n’était pas particulièrement bonne.

A l’instar de Sam, Brett Brown est très performant. Il maintient l’équipe soudée, les fait jouer et travailler dur, développe parfaitement les prospects, il a sensiblement amélioré la façon dont nous défendons, etc…

Ma conclusion, c’est que je suis plus convaincu aujourd’hui que je ne l’étais hier quant à la direction que nous prenons.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top