Contrats

Glenn Robinson III de Minny à Philly.

Coupé deux jours plus tôt par les Timberwolves qui escomptaient libérer une place pour Justin Hamilton, Glen Robinson III n’a, à l’instar de Thomas Robinson, pas eu l’occasion de chercher un nouvel employeur sur le marché, puisque les Sixers l’ont récupéré alors que la période des waivers n’était pas encore révolue.

Drafté en 40ème position lors de la dernière draft, le fils de l’ancien sixer (23 juillet 2003 au 24 février 2005), n’a été utilisé qu’avec parcimonie chez les Wolves (25 entrées en cours de jeu et un temps de jeu moyen de 4,3 minutes par match). Victime de la concurrence aux postes 2 et 3, RGIII passait derrière Andrew Wiggins, Kevin Martin, Shabazz Muhammad et Chase Budinger dans la rotation de Flip Saunders.

A Philadelphie, l’arrière-ailier de 21 ans débarque dans une organisation où les talents établis sur les postes extérieurs ne sont pas légion. Scruté avec attention par le staff lors de ses saisons universitaires, l’ancien de Michigan est attendu par Brett Brown.

La réaction de Brett Brown

Nous sommes ravis de l’avoir. Nous apprécions le joueur. Nous l’avons observé avec attention dans la perspective de la dernière draft. Comme vous le savez, une part du projet consiste à identifier des jeunes joueurs qui ont le potentiel pour s’imposer comme des keepers.

Sa situation contractuelle.

Fait notable, Glenn Robinson III dispose d’un contrat analogue à celui de K.J McDaniels, à savoir une année non garantie suivie d’une qualifying offer. En récupérant le joueur pendant la période des waivers, Sam Hinkie s’est donc offert le droit de conserver, s’il le désire, le statut de restricted free agent du prospect.

Son profil

L’analogie entre leur situations contractuelle respective n’est pas le seul élément de comparaison entre K.J McDaniels et Glenn Robinson III. Les deux joueurs sont avant tout des phénomènes physiques et athlétiques. Le néo rocket conserve l’avantage sur le plan physique grâce à des segments exceptionnellement longs ce qui lui offre une envergure plus imposante que celle du nouveau protégé de Brett Brown. En revanche, sur le plan de l’explosivité et des qualités athlétiques, Glenn Robinson III n’a rien à envier à son prédécesseur dans le vestiaire pennsylvanien. Déçu de ses prestations lors du draft combine, le prospect issu de Michigan a réalisé la 3ème meilleure marque au « running vertical » (détente après une course d’élan) avec 41,5 ft, bien en deçà de son record personnel mais largement au dessus de la marque établie par K.J McDaniels (37). Le même constat prévaut en ce qui concerne la détente sèche (36,5 pour RGIII, 33 pour McDaniels).

Drafté en 40ème position, soit le choix suivant celui que les Sixers ont utilisé pour sélectionner Jerami Grant, Glenn Robinson III a participé à la finale de la March Madness en 2012-2013 avant de renouveler son engagement avec les Wolverines pour sa saison sophomore.

Au cours des deux années passées à l’université, Glenn Robinson III s’est imposé comme un des meilleurs athlètes de la la NCAA, se prédestinant à un avenir dans la Grande Ligue. Poste 3 de 21 ans, culminant à 2 mètres sous la toise, RGIII répond à la norme du prospect à développer qu’affectionnent les 76ers. Excellent athlète, il fut tout au long de sa carrière universitaire une cible privilégiée sur alley-oop. Sa mobilité et ses qualités athlétiques en font une arme redoutable sur transition, d’autant plus appréciable que sa bonne lecture des lignes de passe l’autorise à se créer lui-même de telles situations. Sa science du jeu sans ballon et du dégagement lui permet de s’engouffrer dans les failles de la défense. Il s’offre ainsi de nombreuses situations sur catch and finish où son bon toucher de balle des deux mains l’érige en arme remarquablement efficace.

Son sens du rebond offensif complète une panoplie offensive qui souffre toutefois de son incapacité à se créer de manière régulière son propre shoot en raison d’une qualité de dribble somme toute médiocre et d’habiletés sur catch and shoot largement perfectibles. Dans la Grande Ligue, s’il ne parvient pas à accroître son taux de réussite dans l’exercice, ses feintes de shoot qui lui offraient un accès aisé au cercle en NCAA risquent de s’avérer inoffensives.

A l’instar de K.J McDaniels, Glenn Robinson III présente les attributs physiques pour s’établir comme un défenseur de haut niveau. Sa vitesse de déplacement, une envergure appréciable, des mains rapides et une appréciable lecture des lignes de passes, telle est la panoplie d’atouts dont dispose GRIII de ce côté du parquet. Afin de les maximiser, ce dernier devra toutefois démontrer une dureté et une intensité plus constante que ce qu’il a laissé entrevoir à l’université.

Redoutable finisseur, GRIII est loin d’être létal sur jump shot. Les nombreux défauts de sa mécaniques (de la prise d’appui au point de relâchement de la gonfle) en font un étudiant à l’authentique marge de progression pour le staff de Brett Brown. S’il peine à trouver quelconque régularité à la distance NBA, il présentait les mêmes pourcentages de réussite à trois points que K.J McDaniels pour leur dernière saison universitaire (30,6% pour RGIII, 30,4% pour McDaniels).

Avec 19 matchs à disputer en cette fin de saison, Glenn Robinson III dispose d’une nouvelle opportunité de valider le pari sur lui-même qu’il avait effectué lors de la signature de son contrat. K.J McDaniels l’avait saisie avant d’être transféré aux Rockets.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top