Chroniques

Le mouvement perpétuel

Aux lendemains d’une trade deadline agitée, Sam Hinkie n’en a pas fini avec les mouvements au sein de son roster. Retour sur une période mouvementée.

Andreï Kirilenko de retour au CSKA Moscou.

Acquis le 11 décembre dernier, Andreï Kirilenko n’a depuis jamais mis les pieds au Wells Fargo Center. Refusant de se présenter en Pennsylvanie afin de demeurer aux côtés de son épouse, alors enceinte, le russe était suspendu. A cet égard, il n’occupait pas de spot dans le roster pas plus qu’il ne percevait de salaire. Conservé en dépit de sa volonté manifeste de ne pas évoluer à Philadelphie, AK47 n’a pas trouvé preneur lors de la trade deadline. Dès lors, les Sixers se sont empressés de le couper. Passée la période des waivers, le russe s’est engagé avec le CSKA Moscou.

En dépit de l’acquisition du contrat de JaVale McGee lors de la trade deadline, Sam Hinkie disposait toujours de près de 4 millions de dollars sous le salary floor. Il lui restait donc toujours une marge de manoeuvre pour s’amuser sur le marché des joueurs en dépit de la clôture du marché des transferts. Fort de cette latitude, le décisionnaire s’est illustré en réalisant deux mouvements qui soulageront les bourses des actionnaires et complexifieront encore davantage la mouture 2015 du Sporcle Quiz.

Ish Smith, signé.

Michael Carter-Williams transféré à Milwaukee, Tony Wroten forfait pour la suite de la saison, Isaiah Canaan est devenu le meneur de jeu titulaire des 76ers et Tim Frazier, sous l’égide d’un contrat d’un second contrat de 10 jours, son back-up. Afin de densifier la concurrence à un poste où les minutes sont largement disponibles, le décisionnaire a décidé de récupérer Ish Smith qui venait d’être coupé par les Pelicans après avoir été transféré du Thunder lors de la trade deadline.

Le contrat de 860 000$ du meneur de 26 ans, non drafté à sa sortie de Wake Forest et passé par pas moins de 8 franchises NBA (Houston, Memphis, Golden State, Orlando, Milwaukee, Phoenix, Oklahoma City et donc Philadelphie) sera intégralement comptabilisé dans le salary floor quand bien même la franchise ne lui paiera que le prorata de son salaire sur la période où il évoluera en Pennsylvanie.

A l’inverse de Canaan, Ish Smith est tout sauf un shooteur fiable à longue distance. Déjà peu efficient à l’Université où il tournait à 30,1% de réussite derrière l’arc, le meneur de poche (5’11 sans chaussures) ne convertit que 21,6% de ses tentatives à 3 points dans la Grande Ligue où il a disputé quelques 221 matches. S’il s’est maintenu dans la Ligue jusqu’à présent c’est en raison de sa vitesse de déplacement et de sa vivacité qui lui permettent d’assurer une appréciable pression défensive en dépit de son manque d’envergure tout en maximisant ses qualités de passeur et ses habiletés pour se créer son propre tir en sortie de dribbles.

En 24 minutes de jeu face au Heat, il a livré une partie correcte avec 7 points (à 3/7), 7 passes, 3 interceptions et 4 pertes de balle. Passé par les quatre coins du pays, Ish Smith n’arrive pas en terrain inconnu à Philadelphie puisqu’il a déjà évolué avec Isaiah Canaan, Robert Covington, Luc Richard Mbah a Moute et Jason Richardson au cours de sa carrière.

Afin de signer Ish Smith, les Sixers ont coupé Malcolm Thomas. L’intérieur n’avait plus pris part à une rencontre avec les Sixers depuis le 24 janvier et ses 5 minutes de jeu face aux Grizzlies.

Thomas Robinson récupéré au nez et à la barbe de Billy King. 

Alors que le joueur semblait s’être accordé avec les Nets pour signer un contrat s’il passait la période des waivers, Sam Hinkie s’est permis de récupérer le joueur et son contrat expirant de 3,7 millions de dollars. En se portant acquéreur du 5ème choix de la draft 2012, Sam Hinkie réalise avant tout un mouvement d’ordre financier. Les Sixers sont désormais au dessus du salary floor et économiseront près de 3 millions de dollars qu’ils auraient du verser à leurs joueurs sous contrat. Chaque saison le salary floor est fixé à 90% du salary cap. Les franchises qui ne parviennent pas à l’atteindre se doivent de verser la différence à leurs joueurs sous contrat. Toutefois, si les contrats des joueurs acquis ces derniers jours seront intégralement comptabilisés dans le salary floor, seule la portion due de la date de leur signature à l’expiration de leur contrat sera versée par les 76ers. Flouer Billy King et économiser plusieurs millions de dollars est en soit un mouvement appréciable.

Reste à déterminer quelle sera la réaction du joueur qui après s’être mis d’accord pour rejoindre les Nets évoluera finalement chez les 76ers. Le temps de jeu disponible et la possibilité de se mettre en valeur alors que son contrat rookie expire semblent être de nature à lui permettre de surmonter la déception.

Drafté par les Kings en 5ème position lors de la draft 2012 à l’issue d’une saison sophomore impressionnante à Kansas (17,7 points à 50,5%, 50% à trois points sur 14 tentatives, 68,2% aux LF en constante progression, 11,9 rebonds, 1,1 interception) qui lui valut les honneurs du titre de joueur de l’année de la Big 10 et d’une sélection pour la All American First Team, n’a joué que les utilités dans la Grande Ligue. Envoyé dans le Texas le 20 février 2013 en compagnie de Franciso Garcia et de Tyler Honeycutt contre Patrick Patterson, Toney Douglas et Cole Aldrich, alors que Sam Hinkie était le vice-président des Rockets, T-Rob fut cédé l’été suivant aux Blazers contre deux choix du second tour de draft et les droits sur deux joueurs (Kostas Papanikolaou et Marko Todorovic). Relegué en fond de rotation à Portland, T-Rob a profité des blessures affectant les hommes de Terry Stotts pour obtenir sa première titularisation, le 17 décembre 2014 face aux Milwaukee Bucks. 15 points, 16 rebonds.

Finalement lors de la trade deadline, Thomas Robinson fut transféré à Denver en compagnie de Will Barton, Victor Claver et le premier choix de draft 2016 des Blazers protégé top 14 contre Aaron Afflalo et Alonzo Gee. Aussitôt coupé par les Nuggets, l’ailier pensait donc rejoindre les Nets…

Arrivé dans la Ligue avec un corps prêt pour en découdre, athlétique, puissant dans le haut comme dans le bas du corps ce qui lui permet d’absorber les contacts et de prendre position au poste, le poste 4 de 23 ans n’a pourtant été utilisé qu’avec parcimonie en sortie banc en Californie comme dans le Texas et dans l’Oregon. Il a disputé 172 matchs pour 13,5 minutes de temps jeu (4,6 points à 46%, 4,4 rebonds dont 1,5 prises offensives et 0,5 interception). Ses facultés au rebond se sont parfaitement retranscrites dans le contexte NBA, il n’en va de même en ce qui concerne son jeu offensif. Utilisé comme un rôle player, T-Rob n’a pour ainsi jamais eu l’opportunité de démontrer l’intégralité de son potentiel. Les Sixers s’offrent celle de pouvoir évaluer si cette incapacité à transposer son jeu NCAA dans la Grande Ligue doit davantage à l’environnement dans lequel son développement a été jusqu’alors assuré ou bien à ses limites intrinsèques.

Si les Sixers se décidaient à couper le joueur d’ici au 1er mars, Thomas Robinson pourrait alors rejoindre un contenter. D’ici là, les draftologues en herbe apprécieront la perspective d’un secteur intérieur composé de T-Rob de Kansas et du Nerlens Noel des Wildcats.

L’ascenseur émotionnel de Tim Frazier

Laissé libre à l’expiration de son premier contrat de 10 jours, Tim Frazier obtint sitôt la trade deadline révolue un second contrat de 10 jours. Titulaire pour la réception des Pacers, vendredi, le All-Star de NBDL, reprit la place de back-up derrière Isaiah Canaan dimanche à Orlando puis fut relégué au troisième rang dans la hiérarchie des meneurs suite au recrutement d’Ish Smith pour le déplacement à Miami. Il ne fait désormais plus partie du roster puisque c’est lui fait les frais du recrutement de Thomas Robinson.

Vance Walberg rejoint George Karl à Sacramento.

Assistant coach peu mis en évidence dans le coaching staff des 76ers, Vance Walberg n’en était pas moins un des patronymes les plus clinquants. Spécialiste de la dribble-drive motion offense, il quitte la Pennsylvanie pour rejoindre George Karl à Sacramento. Les deux hommes travaillaient déjà ensemble à Denver. A Sacramento, il devrait assumer des fonctions bien plus larges qu’à Philadelphie.

Le roster des Sixers à l’issue des récents mouvements : 

  • PG : Isaiah Canaan, Ish Smith, Tony Wroten (forfait pour la fin de saison)
  • SG : Hollis Thompson, JaKarr Sampson, Jason Richardson
  • SF : Robert Covingtion, Jerami Grant
  • PF : Luc Richard Mbah a Moute, Thomas Robinson
  • C : Nerlens Noel, JaVale McGee, Henry Sims, Furkan Aldemir, Joel Embiid (forfait pour la fin de saison)

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top