Chroniques

This starts now?

Sam Hinkie sort du bois, deux fois l’an : lors de la draft et lors de la trade deadline. Et à chacune de ces occasions, il réaffirme la philosophie du processus qu’il entreprend depuis sa nomination et que d’autres tentent de redéfinir à son insu. Le décisionnaire vise le titre et n’a que faire des évaluations intermédiaires.

A l’instar de l’édition précédente, le GM des 76ers a assuré le spectacle en deux temps.

En première partie de soirée, il a offert sa marge de manoeuvre sous le cap pour soustraire des assets aux GM souhaitant se délester de contrats devenus encombrants. Le procédé était attendu. En revanche, l’ampleur du contrat absorbé tant dans sa durée que dans son montant marquait une première dérogation à l’acceptation de la linéarité du processus de reconstruction entrepris. Jusqu’alors, Sam Hinkie s’était refusé à se lester d’un contrat excédant l’exercice en cours. L’essence du mouvement : salary dump trade destiné à louer du cap space contre la subtilisation d’assets n’altérait toutefois qu’à la marge le référentiel que laissait entendre la communication de la franchise. La translation du « Together we build » au « This starts now » suggérait une interprétation singulière du processus. Les pièces étaient en place. Le général avait choisi ses troupes qui seraient conduites par trois lottery picks : Joel Embiid, Nerlens Noel et Michael Carter-Williams. La lutte pouvait commencer.

Mais au buzzer, Sam Hinkie a finalement désavoué les impétrants qui prétendaient lire ses intentions. En s’ingérant dans un blockbuster trade en gestation, le décisionnaire a mis un terme à son aventure commune avec Michael Carter-Williams, le rookie de l’année en titre, afin de mettre la main sur un énième choix du premier tour. Si le débat sur la valeur de la contrepartie obtenue demeure entier et s’annonce particulièrement fécond, le départ de MCW sonne comme une piqure de rappel quant aux objectifs de ces premières années de reconstruction : acquérir le building block autour duquel construire des ambitions de titre.

Contrairement à Joel Embiid, Nerlens Noel ou Dario Saric, le meneur de jeu sophomore n’est pas un produit de la reconstruction entreprise par Hinkie. Drafté avec le 11ème choix de la draft 2013, il est la matérialisation physique de la médiocrité dans laquelle nous avait plongé l’ère Doug Collins. A cet égard, MCW n’est pas un homme de Sam Hinkie. Il est un effet collatéral de la gestion passée. Ce dernier a eu le mérite de surperformer au point d’apprécier sa valorisation sur le marché et de se muer en nouvel asset de choix pour les Sixers. Son départ ne marque en rien, un retour en arrière, une pause dans le projet du stratège. La linéarité de ce dernier a été mis à mal par l’indisponibilité de Joel Embiid, ce qui nous avait conduit à nous questionner sur l’utilité même de cette saison en matière de développement du building block.

Après ce premier coup de semonce, Sam Hinkie a récidivé quelques minutes plus tard en envoyant K.J McDaniels chez les Rockets. Le choix du second tour 2015 le moins favorable entre celui des Nuggets et celui des Timberwoles ainsi que le meneur de jeu, drafté en 34ème position en 2012, Isaiah Canaan débarquent à Philadelphie en compensation du départ de celui qui s’était établi comme un fan favorite.

Largement déterminée par des données qui nous échappent, la décision de céder le rookie qui s’était distingué en refusant de signer le contrat de 4 ans dévolu aux rookies sélectionnés dans le second tour par Sam Hinkie est quant à elle plus difficile à appréhender. Au contraire d’un Michael Carter-Williams qui demeure avant tout un facilitateur de jeu dont les conditions d’évaluation et de progression sur le parquet sont essentiellement déterminées par l’identité des prospects qui l’accompagnent et la nature des systèmes de jeu mis en oeuvre, K.J McDenials est le prototype du « 3 and D » capable de s’intégrer dans n’importe quelle rotation. L’effondrement de ses pourcentages derrière l’arc, sa qualité de dribble médiocre et une science de la défense collective sans rapport avec sa propension à squatter les highlights ne semblent pas de nature à fonder son éviction, les assets récupérés en échange non plus. En l’espèce, le décisionnaire dispose de davantage de données pour fonder sa décision que nous pour l’analyser. Et comme le GM n’aspire pas à offrir des informations à titre gracieux à ses homologues, le départ de McDaniels risque de demeurer un mystère que l’exégèse des discours afférents à situation contractuelle ne dissipera que partiellement. Reste la thèse de la sanction pour avoir eu l’outrecuidance d’engager le bras de fer l’été dernier.

Ces éléments jetés en pâture, place aux donnés quantitatives.

A l’issue de la soirée, les Sixers cèdent :

  • Michael Carter-Williams
  • K.J McDaniels
  • Les droits sur Cent Akyol

Les Sixers acquièrent : 

  • JaVale McGee
  • Isaiah Canaan
  • Les droits sur Chu Chu Maduabum
  • Le premier tour de draft 2015 du Thunder, protégé top 18 en 2015, top 15 en 2016 et 2017. S’il n’a pas été cédé aux Sixers à cette échéance, le Thunder cèdera ses choix du second tour 2017 et 2018.
  • Le premier tour de draft 2015 des Lakers, protégé top 5 en 2015, top 3 en 2016 et 2017, non protégé en 2018.
  • Le choix du second tour 2015 le moins favorable entre celui des Timberwolves et celui des Nuggets.

Pas de buyout pour JaVale McGee

Disposant d’un contrat de 11,25 millions de dollars pour le présent exercice et de quelques 12 millions de dollars pour le suivant, JaVale McGee débarque en Pennsylvanie en compagnie du choix du premier de draft 2015 du Thunder protégé top 18. Tête d’affiche du scénario classique d’un salary dump trade, le contrat du pivot de 27 ans ne sera pas racheté par la franchise.

Au contraire, si on se fie aux indiscrétions parvenues jusqu’aux oreilles de Wojnarowski, les Sixers envisagent d’utiliser JaVale McGee en tant que joueur de basketball. Ainsi, la présence de ce dernier offrirait la possibilité à Brett Brown de renouveler l’expérience de Nerlens Noel au poste 4 en prévision de son association avec Joel, tout en restaurant la valeur marchande d’un appréciable protecteur de cercle dont le contrat sera expirant lors du prochain exercice.

Isaiah Canaan, meneur titulaire? 

Michael Carter-Williams, tradé. Tony Wroten, blessé, Isaiah Canaan arrive à Philadelphie avec les habits du futur meneur de jeu titulaire des 76ers. Drafté au 34ème choix de la draft 2013, le joueur de 23 ans n’a été utilisé qu’avec parcimonie chez les Rockets. Titularisé à 9 reprises, il s’est montré productif : 12,6 points (à 44% dont 43% derrière la ligne à 3 points sur 6 tentatives par match), 2,7 rebonds, 2,3 passes et 1,2 interception. Si sa capacité à organiser le jeu, gérer le tempo, prendre la bonne décision restent à déterminer, il bénéficiera de amples opportunités pour faire apprécier ses talents de scoreur.

Sur le plan contractuel, Isaiah Canaan demeure sous l’égide du « hinkie special ». Il perçoit 816 000 dollars cette saison puis la franchise disposera d’une team option à 947 000 pour 2015-2016 et une qualifying offer à 1,21 million de dollars en 2016-2017.

Le roster pour la fin de saison

  • PG : Isaiah Canaan, Tim Frazier (signé pour un second contrat de 10 jours), Tony Wroten (forfait pour la fin de saison)
  • SG : Hollis Thompson, JaKarr Sampson, Jason Richardson
  • SF : Robert Covington
  • PF : Jerami Grant, Luc Richard Mbah a Moute, Malcom Thomas
  • C : Nerlens Noel, Henry Sims, JaVale McGee, Furkan Aldemir, Joel Embiid (forfait pour la fin de saison)
  • Into the wild : Andreï Kirilenko

Les tours de draft collectés par Sam Hinkie

 Premier tourSecond tour
2015- Choix n°3
- Le choix des Sixers (n°33) est dû aux Celtics.
- Choix n°35 du Magic
- Choix n°37 en provenance des Nuggets (via Houston)
- Choix n°47 en provenance des Pelicans (via les Wizards)
- Choix n°58 en provenance des Rockets
- Choix n°60 en provenance des Warriors (via Pacers)
2016- Choix des 76ers
- Choix du Thunder, protégé top 15
- Choix des Lakers protégé top 3
- Choix du Miami Heat, protégé top 10
- Le choix des Sixers est dû aux Celtics
- Choix des Nuggets
2017- Choix des 76ers- Choix des 76ers
2018- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix le plus favorable entre celui des Clippers et des Knicks
- Choix le plus favorable entre celui des Cavs et celui des Nets
2019- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix des Knicks
- Choix le plus favorable entre celui des Kings et celui des Bucks (via Nets)
2020- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix des Nets

A l’issue de la trade deadline, les Sixers ont conforté leur collection de choix de draft. Potentiellement, les Sixers disposeront de 9 choix lors de la prochaine cérémonie. Le pick des Lakers, protégé top 5 n’a que peu de chances d’échoir au décisionnaire au lendemain de la loterie. Si l’équipe de Nick Young se maintient au 4ème plus mauvais bilan, les Sixers n’auront que 17,2% de chances de bénéficier du pick en juin. Celui du Thunder est plus envisageable. Forte de nouvelles recrues, l’escouade de Sam Presti est en mesure de rattraper son retard sur le 19ème plus mauvais bilan de la Ligue.

Hinkie ball

Les probabilités à la loterie en fonction du bilan obtenu en fin de saison 

Année1er tour2nd tour
FranchiseTransactionFranchiseTransaction
2013
Les 76ers ont acquis Arnett Moultie en provenance du Heat en échange des droits sur Justin Hamilton et d'un futur premier tour de draft protégé. Les 76ers n'enverront à Miami leur premier choix de draft uniquement si ce dernier se situe au delà de la 14ème place lors des années 2013, 2014 et 2015. Le tour de draft des 76ers ne sera plus protégé en 2016.
Dans le cadre du trade de Maureece Speights aux Grizzlies de Memphis, les 76ers ont obtenu le second tour de draft de la franchise de Memphis, ainsi qu'un second tour de draft des Hornets pour 2013
2014
2015
Dans le cadre du trade de Howard-Bynum-Iguodala, les 76ers ont envoyé au Magic, Vucevic et Harkless.
De plus, les 76ers devront céder à la franchise floridienne leur premier choix de draft, deux ans après avoir cédé celui qu'ils doivent au Heat de Miami. Le tour de draft des 76ers est protégé dans le top 14 pour 2015 et 2016, top 11 en 2017 puis top 8 en 2018. Au delà, le Magic devra se contenter de deux seconds tours de draft en 2018 et 2019.
2016
2017

A vos agendas : 

  • Vendredi 20 février, 16h : Sam Hinkie donne sa première conférence de presse depuis le training camp.
  • Nous avons le plaisir de vous annoncer que nous tenterons d’analyser la trade deadline des Sixers lors de la prochaine émission de l’Echo des Parquets. Enregistrement ce soir. Le lien sera posté ici, dès qu’il sera disponible.

A l’aune de ces quelques éléments, le débat est lancé. Quel est votre ressenti sur les mouvements réalisés par Sam Hinkie lors de cette trade deadline, comment envisagez-vous la suite de la saison, l’avenir, la prochaine draft (cf : la première version de notre big board collectif) ?

Quel est votre ressenti sur les mouvements réalisés par Sam Hinkie lors de la trade deadline?

View Results

Loading ... Loading ...

Le mot de la fin?

 

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top