Chroniques

Que faire du cap space? La soviétisation de Philly ?

Andrei Kirilenko

En dégageant une marge de manœuvre colossale sous le salary cap, Sam Hinkie s’est mis en position pour être l’interlocuteur privilégié de toutes les franchises désireuses de se séparer d’un contrat devenu encombrant. Cette saison, les Cavs (Keith Bogans), les Nets (Marquis Teague) et les Knicks (Travis Outlaw) se sont présentés au standard du décisionnaire et en sont repartis, délestés de quelques millions de dollars et d’un choix du second tour.

Plutôt que d’investir sa marge de manœuvre sous le cap sur le marché des agents libres, Sam Hinkie la met au service de la consolidation de sa collection d’assets. Depuis sa prise de fonction, il a multiplié les petits mouvements et s’est ainsi constitué une armada de choix du second tour et de droits sur des joueurs évoluant à l’étranger.

Toujours prompt à céder une infime portion de sa flexibilité sous le cap, Sam Hinkie s’est jusqu’à présent refuser à absorber un contrat plus imposant et n’a pour l’heure mis la main « que » sur des choix du second tour en échange de contrats expirants qu’il a, sauf exception pour Byron Mullens et Eric Maynor, coupés sur le champ. A cet égard, il s’est montré trop gourmand lors des négociations concernant Jeremy Lin, finalement récupéré par les Lakers en compagnie du premier tour de draft 2015 des Rockets.

Avec toujours 25 millions sous le salary cap, le téléphone du GM n’a pas fini de sonner. Les franchises de New York ont conservé les coordonnées de Sam Hinkie. Alors que les rumeurs d’un trade à la deadline impliquant le contrat expirant d’Amar’e Stoudemire offrent de la matière aux insiders les moins inspirés, Tim Bontemps du New York Post a ajouté un nouveau serpent de mer. Ecarté du groupe par Lionel Hollins, Andreï Kirilenko n’est plus en odeur de sainteté à Brooklyn et les Nets chercheraient à obtenir une trade exception à hauteur du salaire du russe (3,1 millions de dollars) afin de renforcer un effectif qui produit moins de victoires sur le parquet que d’intérêts sur les comptes épargnes de la Ligue.

C’est ainsi, que Ohm Youngmisuk d’ESPN New York relayait, le 24 novembre dernier, une nouvelle connexion entre les Nets et les Sixers.

Le contrat expirant du russe 3,1 millions de dollars coïncide parfaitement avec les standards de Sam Hinkie. En revanche, en raison d’une collection de tours de draft dégarnie, les Nets auraient, toujours selon ESPN, initialement proposé Sergeï Karasev comme contrepartie à la prise en charge du contrat de Kirilenko.

En dépit de qualités certaines, l’ancien homme à tout faire du Jazz ne devrait pas venir apporter sa science du five by five à Nerlens Noel si le deal venait à se concrétiser, puisqu’il sera, selon toute vraisemblance, aussitôt coupé. En proie à des problèmes personnels qui le tiennent pour l’heure éloigner des parquets et des salles d’entraînement, le russe ne présente pas le profil type du vétéran à l’expérience précieuse dans le vestiaire. Malgré son palmarès et des états de service bien plus reluisants que ses prédécesseurs en la matière, les 76ers n’ont de vues que sur son contrat parfaitement calibré pour assurer à moindres frais l’extension de la collection d’assets de la franchise pennsylvanienne.

La contrepartie proposée pouvait sembler, en revanche, plus attirante que les choix du second tour à l’horizon lointain récupérés jusqu’à présent. Drafté en 19ème position en juin 2013, Sergeï Karasev n’a que trop peu eu l’occasion de justifier en NBA la belle côte qu’on lui prêtait avant sa draft. Très peu utilisé à Cleveland, le russe fut transféré cet été aux Nets afin de faire de la place sous le cap pour…attirer Kevin Love. Réputé pour sa capacité à scorer à longue distance, le jeune russe présente néanmoins des pourcentages infâmes (33% dont 26% à trois points) à ce stade de sa carrière NBA. Au sein de l’effectif des 76ers, il aurait trouvé toutefois bien plus d’opportunités de travailler sur son jeu que lors de ses deux premières années (6,5 minutes).

Selon les sources d’ESPN, la voie était tracée pour une soviétisation, même temporaire, de Philadelphie. Toutefois, créer des Ligues communistes comme tenter d’anticiper les actions de Sam Hinkie peut s’avérer être un jeu dangereux où la direction des évènements échappe rapidement au contrôle de ses premiers instigateurs. Ainsi, dès le 29 novembre, Adrian Wojnarowksi annonçait que les discussions entre les deux parties étaient mises en stand-by. Les Nets préférant sonder l’intérêt des contenders pour leur ailier quand les Sixers exigeaient visiblement trop de choix de draft pour conclure l’opération. Selon l’insider de Yahoo Sports, les discussions n’étaient pas mortes mais n’incluaient plus Sergeï Karasev…

Feu l’idéal soviétique, les discussions reprenaient sur un mode plus classique : l’accumulation primitive de choix du second tour de draft contre l’expurgation d’un contrat surnuméraire. Formulées dans un langage qu’il maitrise, Billy King se voyant offrir l’opportunité de payer en tour de draft, des erreurs de casting et de jugement que son propriétaire s’apprêtait à régler en devises, les négociations semblent désormais se diriger vers un accord, pour peu qu’on se fie aux assertions de Wojnarowski.

Les Sixers accepteraient ainsi de prendre en charge le contrat expirant de Kirilenko (3,1 millions de dollars pour la saison 2014-2015) en échange d’un choix du second tour. A 3,1 millions de dollars, le choix du second tour, Sam Hinkie a sensiblement baisser son tarif…depuis octobre où Billy King s’acquitta de la même redevance pour se débarrasser du contrat de Marquis Teague (1,12 millions de dollars). En se séparant du contrat de Kirilenko, Billy King fera économiser quelques 12 millions de dollars de luxury tax à Mikhaïl Prokhorov.

Quel horizon pour le choix de draft du second tour? 

Parmi les derniers détails à régler, l’horizon du pick cédé par les Nets. La collection de Billy King étant loin d’être pléthorique, le choix est limité et devra être réalisé entre l’attente d’une rétribution immédiate (2015) ou largement différée avec toute l’incertitude quant au positionnement du choix que cela implique (2018, 2019 et suivants). Les Nets détiennent toujours leur choix du second tour de 2016 mais les Clippers disposent du droit d’échanger leur pick contre celui de Brooklyn, de telle sorte que si les Sixers venaient à l’acquérir, ils n’obtiendraient que le choix le moins favorable entre celui des Nets et des Clippers.

Quel joueur coupé? 

Quand bien même, Andreï Kirilenko ne passera jamais par la case Wells Fargo Center, les Sixers se doivent de se séparer d’un joueur pour réaliser cet échange. En l’occurrence la marge de manoeuvre des Sixers n’est pas extensible. S’ils veulent conclure le deal avant le 15 janvier, ils se doivent soit de couper un joueur avant de réaliser l’échange (Malcolm Lee présente alors le profil idoine) puis d’envoyer à Brooklyn, un classique choix du second tour protégé top 55, soit céder aux Nets un joueur qui peut être échangé dès à présent et qui dispose d’un contrat non garanti (Brandon Davies). Ce dernier prendrait alors la direction des Nets à l’instar de Casper Ware dans la cadre du salary dump trade de Marquis Teague afin d’y être aussitôt coupé.

Quelque soit son horizon, le choix du second tour des Nets viendra compléter une collection qui ferait oublier la liquidation des stocks entreprise par Doug Collins.

 

 Premier tourSecond tour
2015- Choix n°3
- Le choix des Sixers (n°33) est dû aux Celtics.
- Choix n°35 du Magic
- Choix n°37 en provenance des Nuggets (via Houston)
- Choix n°47 en provenance des Pelicans (via les Wizards)
- Choix n°58 en provenance des Rockets
- Choix n°60 en provenance des Warriors (via Pacers)
2016- Choix des 76ers
- Choix du Thunder, protégé top 15
- Choix des Lakers protégé top 3
- Choix du Miami Heat, protégé top 10
- Le choix des Sixers est dû aux Celtics
- Choix des Nuggets
2017- Choix des 76ers- Choix des 76ers
2018- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix le plus favorable entre celui des Clippers et des Knicks
- Choix le plus favorable entre celui des Cavs et celui des Nets
2019- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix des Knicks
- Choix le plus favorable entre celui des Kings et celui des Bucks (via Nets)
2020- Choix des 76ers- Choix des 76ers
- Choix des Nets

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :