CR/Résultats

Pertes de balle, OJ Mayo. Choisis ton poison. (0-2)

Sixers @ Bucks 31:10:2014

 

Après une défaite initiale sur le parquet des Pacers, décimés par les blessures, les Sixers se rendaient dans le Wisconsin pour affronter le plus mauvais bilan de la Ligue de la saison passée, une des rares franchises qui peut rivaliser avec les hommes de Brett Brown en matière de…longueur. Malgré le retour de Luc Richard Mbah a Moute, le coach reconduisait le même 5 : Tony Wroten / Chris Johnson / Hollis Thompson / Nerlens Noel / Henry Sims pour les mêmes résultats.

Imposant une belle énergie en défense, à défaut d’une coordination parfaite, les Sixers contraignaient les Bucks à multiplier les pertes de balles et profitaient des situations de contre-attaque pour scorer au cercle. Tant que les deux équipes rivalisaient de médiocrité derrière l’arc, les Sixers restaient devant à la table de marque, comptabilisant jusqu’à 9 points d’avance. Devant à l’entame du 4ème quart, les hommes de Brett Brown qui avaient jusqu’ici limité leurs pertes de balles (10 lors des trois premiers quarts) enchaînaient inopportunément les mauvaises décisions, jouaient hors de contrôle, et subissaient les coups de butoir à trois points d’OJ Mayo.

Sur un panier primé d’Hollis Thompson, les Sixers revenaient à 82-81 avec 8 minutes et 21 secondes à jouer. Ce furent leurs derniers points de la partie. Décrochés à la table de marque, ils tentaient de forcer le destin derrière l’arc. Hollis Thompson, Chris Johnson, Tony Wroten, chacun prenait sa chance mais ils auraient bien pu rester toute la nuit sans en rentrer un. Le match leur filait des mains.

Grâce à l’apport décisif d’un OJ Mayo, remarquable quand il s’agit de se créer son propre tir, au sein d’une second unit des Bucks qui a fière allure, les hommes en vert remportent leur premier succès de la saison. Quand ils parviendront à jouer au basketball pendant 48 minutes, ces jeunes Sixers ne devraient pas être si loin d’ouvrir leur propre compteur.

Evolution du score Sixers @ Bucks 31:10:2014

Vous placerez sur cette frise représentant l’évolution du score, le moment où JaKarr Sampson entre en jeu.

 

Le scouting report

14 points (à 7/11), 10 rebonds, 3 contres, 2 passes, 1 interception, 0 perte de balle. Le voilà, le premier double-double de la carrière de Nerlens Noel, dès son deuxième match.

Le prospect a une nouvelle fois excellé dans la protection du cercle. S’il s’est montré moins productif aux contres que Larry Sanders et John Henson, l’ancien de Kentucky altère toutes les tentatives adverses. Comme les Pacers l’avant veille, les Bucks ne sont quasiment jamais parvenus à scorer au cercle quand Nerlens le défendait. Il a par ailleurs, su profiter de sa vitesse de mains pour éloigner la gonfle de l’adversaire qui tentait de le poster, forçant de nombreuses pertes de balles chez les intérieurs du Wisconsin. Dans la même veine, il a parfaitement défendu les lignes de passes notamment dans le périmètre. En 35 minutes de temps de jeu, il a présenté un large éventail de son répertoire défensif.

De l’autre côté du parquet, il s’est montré remarquablement efficace. Bien aidé par la réussite sur un hook shot avec la planche, il n’a rien forcé, laissant le jeu venir à lui et profitant des opportunités qui se présentaient sur transition pour exploiter ses qualités athlétiques exceptionnelles sur catch and finish. Alexey Shved, les surestime certainement, puisque pour le deuxième match consécutif, il a tenté de trouver son partenaire sur alley-oop avec une passe envoyée à 4 mètres 50 du sol.

Nerlens Noel - Dunk

Dans une raquette surpeuplée tant défendre les shoots extérieurs des Sixers devient dispensable eu égard à leur taux de réussite dans l’exercice, la qualité de passe de l’intérieur lui permet de renverser le jeu et de trouver de bonnes positions pour ses coéquipiers.

Le numéro 4 des Sixers est parvenu à maintenir une intensité constante en défense malgré un temps de jeu substantiel et un style particulièrement énergivore. Les esprits taquins questionneront l’efficience des écrans posés par le joueur.

Surprenant lors de la confrontation face aux Pacers, Brandon Davies est redevenu lui-même. Il a manqué tout ce qu’il a entrepris lors de son passage sur le parquet. Il s’est de nouveau signalé par une tentative à trois points alors que l’horloge ne l’y invitait pas. Brett Brown ne lui a pas offert le loisir de récidiver, en laissant son sophomore sur le banc pour le reste de la rencontre.

Après une première expérience catastrophique, JaKarr Sampon, n’a guère eu l’occasion de se remettre en confiance. Utilisé pendant 5 minutes, il a usé de ses attributs physiques et notamment de ses longs segments pour placer un contre et rester au contact de son vis-à-vis. Maigre bilan, d’autant plus que son passage a coïncidé avec la prise de contrôle des Bucks sur la partie. Avec le retour de Luc Richard Mbah a Moute, il se positionne idéalement pour prendre la succession de Lorenzo Brown au rang des abonnés de la ligne Wells Fargo Center – Bob Carpenter Center.

Avec un piteux 1/11 aux tirs, Chris Johnson a failli dans la création de spacing pour ses partenaires. Volontaire en défense, l’ancienne vedette des Rio Grande Valley Vipers souffre de la comparaison avec l’apport d’un KJ McDaniels sur un temps de jeu réduit. Aligné avec la second unit, l’ancien franchise player de Clemson, a mis à profit ses qualités athlétiques pour scorer au cercle.

Lors de son premier passage sur le parquet, McDaniels, a enchaîné les dunks. Lors de son deuxième passage, il a ajouté une once de réussite extérieure (2/3 à trois points). Il termine la rencontre avec 12 points (5/7) en 14 minutes. Les rotations défensives de la second unit étant ce qu’elles sont, il demeure toujours difficile d’évaluer l’apport défensif du prospect en dehors de sa présence en second rideau.

Trop discret en attaque face aux Pacers, Hollis Thompson a pris pas moins de 19 shoots hier soir. S’il n’en a converti que 6, il est appréciable de voir le sophomore prendre sa chance plutôt que de laisser JaKarr Sampson le faire. Efficace depuis les corners, l’ancien de Georgetown n’a que trop rarement été servi dans cette position. Au contraire, il a du prendre sa chance en sortie de dribbles plus que de raison, tant il peine encore (?) à se créer son propre tir. Ses 15 points constituent la meilleure marque au scoring de l’équipe.

Dans une raquette où Larry Sanders et John Henson se sont fait un plaisir de contrer les sixers qui s’aventuraient dans la raquette, Tony Wroten a alterné les actions de nature à électriser le spectateur et celles qui le font sortir de ses gonds. Malgré la densité et la longueur du front court des Bucks, celui qui a sera toujours sous contrat avec les Sixers la saison prochain, a usé de sa vitesse et de changements de rythme et de direction déroutant pour se frayer un chemin vers le cercle où il n’a cessé de glaner des fautes. Inconstant sur la ligne des lancers, le joueur a surtout renoué avec un jeu hors de contrôle, multipliant les pertes de balles (8).

Hormis un enchaînement de trois possessions où il a délivré deux passes décisives pour Nerlens Noel sur drive and dish, et Hollis Thompson sur drive and kick puis inscrit son seul panier de la rencontre, Alexey Shved a été loin du niveau de jeu affichait pour son premier match sous ses nouvelles couleurs.

Henry Sims, Malcolm Thomas et Luc Richard Mbah a Moute ont fait leur job en défense mais l’incapacité des lignes arrières à rentrer un jump shot et l’absence totale de spacing condamnent ses 76ers à exceller dans la circulation de la gonfle.

Box score

Boxscore Sixers @ Bucks 31:10:2014

Les Highlights


Sixers vs. Bucks par NBA

Après deux défaites on the road, les Sixers reçoivent le Miami Heat ce soir pour leur season opener au Wells Fargo Center. L’occasion pour la franchise d’utiliser son nouveau système de présentation en 3D et de rééditer la performance de la saison passée?

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top