Summer League - Orlando 2014

Le scouting report : 76ers vs Thunder

Casper Ware - Summer League Orlando

Score 76ers vs Thunder - Summer League Orlando

Comme annoncé plus tôt par Lloyd Pierce, Nerlens Noel ne prend pas part à ce back-to-back. Le pivot participera aux deux Summer Leagues cet été et aura donc tout le loisir de poursuivre son apprentissage sans qu’il soit nécessaire de le faire participer à un back-to-back dès sa reprise après 18 mois sans basketball de compétition. Il n’est pas le seul absent de « marque » pour cette opposition face aux ouailles de Sam Presti, puisque, Hollis Thompson, souffrant d’une douleur au genou, est également ménagé, de telle sorte que le 5 de départ se compose de Casper Ware, Travis Bader, KJ McDaniels, Ronald Roberts Jr et Talib Zanna. En face, Jeremy Lamb était laissé au repos mais le Thunder pouvait compter sur Perry Jones III et Steven Adams.

En l’absence des deux principales têtes d’affiche du roster pour cette Summer League d’Orlando, l’attention de l’observateur se portait sur KJ McDaniels, 32ème choix de la dernière et invité de dernière minute à Orlando. L’ancien joueur de Clemson a livré une prestation correcte.

En progrès constants chez les universitaires, KJ McDaniels a laissé entrevoir son potentiel sur catch and shoot. Le prospect en a rentré deux au cours de la partie mais a surtout fait admirer une mécanique efficace de sa prise d’appui à la manière dont il relâche la gonfle. En défense, il a pu user de sa longueur et de sa mobilité pour défendre les lignes de passes et empêcher ses vis-à-vis de prendre des shoots aisés. Ses qualités athlétiques en feront un joueur redoutable sur transition pour peu qu’il améliore son dribble encore trop médiocre.

Il s’est enfin illustré avec l’action du match.

Porteur de la gonfle sur la dernière possession du second quart-temps, KJ McDaniels s’apprête à la perdre mais finit par la récupérer de justesse. Les dernières secondes de la possession s’égrènent dans le cafouillage de telle sorte que le numéro 11 des Sixers est contraint de balancer une brique depuis le milieu de terrain mais son vis-à-vis commet la faute. Il obtient donc trois lancers pour porter la marque à la pause à 46-30.

S’il est un joueur qui a su se mettre en évidence au cours de cette partie, il s’agit du meneur de poche (5’10) Casper Ware. Le prospect s’est montré plus à son aise dans l’organisation du jeu et dans la création pour ses partenaires. Toutefois, Ware n’est pas de ces « floor generals » capable de dicter le tempo et d’impliquer au mieux ses partenaires. Combo-guard dans l’âme, il est avant tout un meneur de jeu en raison de ses mensurations. Le jeune joueur, non drafté à l’issue de son cursus universitaire à Long Beach a fait étalage de son répertoire : shoots en sortie de dribbles sur catch and shoot, floaters. Conscient que la Summer League est avant tout une affaire d’exposition individuelle, il a abondamment pris sa chance (16 tirs) avec une réussite appréciable (50%). Sa gestion de la gonfle et son sens du timing à la passe ne sont pas à classer au rang des qualités exhibées quand son déficit de taille en défense d’avérera préjudiciable en NBA en dépit de sa débauche d’énergie et des tentatives pas toujours concluantes d’anticipation sur les lignes de passes.

Reste qu’avec 20 points, 5 passes, 5 rebonds et 5 pertes de balle, Casper Ware s’est mis en évidence, à l’instar de Ronald Roberts Jr qui a confirmé son excellente prestation de la veille. Dès l’entame de match, le dominicain s’est décidé à compenser l’absence du meilleur rebondeur de la veille (Hollis Thompson, 14 prises) en gobant tous les rebonds offensifs. Sa puissance et sa détente lui permettant ainsi de convertir ces secondes chances en points faciles. Le prospect est un atout redoutable dans le jeu sans ballon. Sa mobilité, son explosivité couplées à sa solide charpente, devraient l’amener à être testé davantage sur pick and roll. Comme la veille, il n’a pas hésité à prendre un jump shot en tête de raquette, cette fois sans réussite. Très actif en début de partie, il a eu moins d’opportunités par la suite. Il s’est toutefois permis de dunker à deux reprises sur la carcasse de Steven Adams, rien que ça.

Il termine la partie avec 12 points (5/6) et 6 rebonds dont 5 prises dans la raquette adverse. On notera également que le joueur parvient à défendre solidement sans pour autant commettre la faute. Là où ses partenaires les accumulaient, le dominicain n’a jamais été sanctionné.

Une prestation aux antipodes de celles de Jerami Grant, qui après avoir été discret face au Magic, s’est privé d’une opportunité de faire la démonstration de son potentiel en collectionnant très rapidement les fautes (4 après seulement deux minutes passées sur le parquet). Ses problèmes de fautes ont sensiblement réduit son temps de jeu (11 minutes) et l’échantillon proposé est bien trop restreint pour en retirer quelconque enseignement.

En revanche, Travis Bader, a su se montrer sous un meilleur jour que la veille où faute d’efficacité sur son shoot, il avait vécu une soirée pour le moins délicate. Davantage servi, le shooteur à trois points le plus prolifique de NCAA a fait usage de son exécution extrêmement rapide pour sanctionner les errements défensifs du Thunder sur catch and shoot. Mieux, l’arrière a su se montrer efficace après un dribble de dégagement lorsque le défenseur remontait trop rapidement sur lui. Dans un effectif en cruel déficit de menaces à longue distance, Bader s’impose comme un shooteur de haut standing en dépit de ses innombrables défauts dans les autres secteurs du jeu. A ce stade du processus, Sam Hinkie semble s’orienter davantage vers des joueurs possédant une large marge de progression. Sans réel upside, Travis Bader ne correspond guère à cet idéal type mais a profité de cette partie pour montrer ce qu’il peut apporter dans un système qui le met en valeur. Il termine sa partie avec 13 points à 4/7 (1/4 derrière l’arc mais quelques longs deux, pris à une distance où les paniers sont primés chez les universitaires).

Egalement promu dans le 5 pour compenser l’absence de Nerlens Noel, Talib Zanna a livré une partie propre, se contentant du travail de l’ombre, s’appliquant à défendre et à poser les écrans en attaque. Dans une première mi-temps particulièrement hachée par les fautes, Zanna s’est montré redoutablement efficace sur la ligne des lancers (6/6, puis 7/8 sur l’ensemble du match). Ses points ont largement contribué à creuser l’écart en faveur des 76ers.

JaKarr Sampson, s’est quant à lui appliqué à confirmer qu’il était un très bon athlète, parfaitement dimensionné pour le poste 3 en NBA, qui ne rechigne pas à partir au cercle, bien aidé par un premier pas très rapide, et à chercher le contact tout en faisant étalage de la déficience de son jump shot.

Pour ceux que les résultats intéressent, y compris dans le cadre d’une Summer League, les 76ers ont remporté la partie 84-73 grâce à une belle avance acquise dans les deux premiers quart-temps. Ils obtiennent donc 6 points pour le classement général (4 points pour la victoire, un point par QT remporté). Ils retrouveront le chemin des parquets mardi (dans la nuit à 1h du matin en France) face aux Houston Rockets.

La box score

Box score - Sixers vs Thunder - Summer League Orlando

Les Highlights 

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top
%d blogueurs aiment cette page :