CR/Résultats

No three. No victory.

Score 76ers vs BUlls 22:03:14

Tony Wroten resté à la maison pour soigner une entorse à la cheville, Brett Brown revenait à un 5 avec Michael Carter-Williams, James Anderson, Hollis Thompson, Thaddeus Young et Henry Sims. Le sophomore ne participera pas plus au mini road trip dans le Texas, et il faudra donc s’attendre à revoir ces 5 là débuter les parties face aux Spurs et aux Rockets.

Mercredi, Brett Brown avait joué la carte Thaddeus Young pour répondre à deux problèmes tactiques qui allaient immanquablement se poser au cours de la partie. Comment créer du spacing quand son backcourt shoote à moins de 25% à 3 points, et comment contenir les intérieurs de Chicago et en particulier sortir Joakim Noah de son rôle de point center? Le dernier questionnement sur la faculté à offrir du temps de jeu à la second unit face aux rotations resserrées de Tom Thibodeau avait trouvé un écho favorable par le biais des prestations tout à fait correctes des Jarvis Varnado, James Nunnally et autres Byron Mullens qui avaient parfaitement joué leur rôle (défense en second rideau, protection du cercle pour l’un, offrir du spacing via quelques banderilles à trois points pour les autres).

Premier quart temps

Grâce à quelques maladresses des Bulls et une intensité que l’on a connu plus vive, les 76ers étaient parvenus à exister dans la rencontre. Ces mêmes maladresses et erreurs on ne peut plus évitables se reproduisaient dès l’entame de cette partie. Une perte de balle de Noah en tête de raquette offrait ainsi une situation de contre-attaque qui se concluait par deux lancers francs d’Hollis Thompson (4-0). En attaque, les Bulls manquaient d’adresse mais les 76ers n’en profitaient pas pour creuser l’écart. Outre un jump shot de MCW, ils ne parvenaient pas plus à scorer que leurs hôtes (échec de Sims après le rebond offensif, trois points dans le corner manqué par Hollis Thompson, idéalement servi par un MCW qui utilise de mieux en mieux le drive and kick).

La partie était on ne peut plus hachée par des coups de sifflets. Dès le premier quart, les deux équipes avaient tenté 23 lancer- francs. Fait notable, les 76ers réalisent un sans faute sur la période (9/9). On en oublierait presque que sur un and one de Michael Carter-Williams, les Sixers avaient pris 6 points d’avance (17-11). Une avance rapidement effacée par les Bulls sur deux paniers primés de Butler et DJ Augustin.

Une violation des trois secondes dans la raquette de Noah et une faute offensive de Boozer permettaient aux 76ers de reprendre l’avantage sur un reverse de Thaddeus Young (21-19). Quelques hustle plays de la second unit plus tard, le premier quart était remporté par les 76ers (25-20). Cela compte t-il comme un quart de victoire dans la série de défaites de Philadelphie?

Second quart temps 

L’entame du second quart apportait une réponse limpide à notre troisième questionnement liminaire. Il est possible d’offrir du temps de jeu à la second unit face aux rotations serrées de Thibodeau mais vous en payez le prix immédiatement. Taj Gison et DJ Augustin ramenaient les Bulls à hauteur (29-29).

Un nouveau jump shot de Michael Carter-Williams faisait ficelle (34-31). Il s’agit de ses derniers points de la partie. Sans aucun spacing, le meneur de jeu des 76ers ira s’empêtrer dans la raquette des Bulls et prendre des shoots à mi-distance sans succès. Comme à Syracuse, il n’a jamais été aussi bon cette saison que lorsqu’il a été associé à un autre créateur dans le backcourt et quand ses coéquipiers étaient en mesure de rentrer des paniers primés. Face aux Bulls, il n’a bénéficié d’aucune de ses conditions.

Incapables de rentrer un shoot, les 76ers accumulaient les fautes offensives. Dans ces circonstances, les Bulls n’avaient aucun mal à prendre les commandes de la partie (38-41).

Troisième quart temps

Michael Carter-Williams maintenait ses efforts au rebond et à la distribution mais ses offrandes n’étaient jamais converties. Thaddeus Young devait se démener pour garnir la table de marque. En dépit de sa volonté sans faille, si Henry Sims termine second meilleur scoreur de votre équipe, cela en dit long sur l’efficacité de votre attaque. Etre incapable de produire au scoring quand on est un arrière scoreur au sein de cette équipe de Philadelphie en dit long également sur votre avenir dans la Ligue. Avec tout le respect qu’on leur doit, Elliot Williams et Johnson-Odom sont certainement en train de laisser filer la meilleure chance de leur carrière.

Malgré la gabegie offensive, les 76ers parvenaient à rester dans la partie à la faveur des approximations des Bulls et d’hustle plays. A défaut de talent, ces joueurs ont du coeur, à l’image d’un Henry Sims qui poste un nouveau double-double (18 points, 15 rebonds).

Grâce aux 15 points (sur 21 dans le troisième acte) de leur duo d’intérieurs, les 76ers n’accusaient que 6 points de débours à l’entame du quatrième quart temps (59-65).

Quatrième quart temps 

L’histoire retiendra que Byron Mullens a fini par rentrer un panier primé pour les 76ers. Et que les Pelicans étaient dans le même temps en train de taper le Heat. Certainement la plus mauvaise nouvelle de la soirée avec l’absence de Tony Wroten. Définitivement, les coéquipiers de Jrue Holiday ne cèderont pas mieux qu’un top 10, le 20 mai prochain.

Rapidement distancés dans le dernier acte et en back-to-back, les 76ers n’ont pas ménagé leurs efforts. Ils finissent toutefois par s’incliner (81-91) pour la 24ème fois consécutive. Malgré tout, ils ne sont toujours pas les cancres de la Ligue, un statut que les Bucks ne semblent pas vouloir (pouvoir?) céder.

Reste désormais 12 matches à disputer et moins de 60 jours avant la loterie.

Les Highlights 

 

Les stats du soir :

  • Si vous ne deviez retenir qu’une seule statistique à l’issue de ce match ce serait, l’effroyable 1/20 des 76ers derrière l’arc. Incapables de rentrer un panier primé, ils n’ont pas eu le loisir de profiter qu’une once de spacing.
  • Tom Thibodeau a ouvert sa rotation à 4 joueurs, mais seulement deux à plus de 5 minutes. DJ Augustin et Taj Gibson ont chacun apporté 16 points, l’intérieur se permettant même s’ajouter 10 rebonds. Les 5 joueurs utilisés en sortie de banc par Brett Brown ont produit 15 points (à 8/22) et 8 rebonds.
  • 20/22. Aux lancers francs, les 76ers ont été solides comme jamais cette saison.
  • 24. Plus que deux parties pour égaler le record des Cleveland Cavaliers. Avec deux déplacements dans le Texas, la franchise de l’Ohio peut trembler. Une des rares lignes de son palmarès risque d’être effacée.

 

Box score 

Box score 76ers vs BUlls 22:03:14

 

Le recap de la partie vue d’en face par FrenchBullsFan.

Crédits photos : AP Photo/Nam Y. Huh

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top