CR/Résultats

Les Knicks jouent à se faire peur.

Score 76ers vs Knicks 21:03:14

De retour de blessure, James Anderson reprenait sa place dans le 5 de départ. Pour autant, Brett Brown ne rétrogradait pas Tony Wroten sur le banc et reconduisait son backcourt, Michael Carter-Williams, Tony Wroten avec une frontline James Anderson, Thaddeus Young, et Henry Sims. Face à Carmelo Anthony, Amare Stoudemire et Tyson Chandler, le défi s’annonçait de taille, et les match-up délicats.

Toujours excellent en défense sur Melo, Thaddeus Young devait passer sur Stoudemire et Chandler face auxquels il ne manquerait pas d’être gêné par son sous-dimensionnement. Laisser Melo sous la surveillance de James Anderson n’était pas une perspective des plus rassurantes au tip-off.

Premier quart temps :

Fort du choix du « small ball », les 76ers tentaient de profiter de leur avantage de mobilité pour s’offrir des shoots ouverts. Avec une circulation de balle fluidifiée par la présence conjuguée de MCW et de Wroten sur le parquet, les hommes de Brett Brown parvenaient à trouver des positions ouvertes en périphérie, qui faute de réussite ne se traduisaient pas à la table de marque. Dans cette pluie de shoots, Henry Sims offrait des secondes chances grâce à son activité au rebond offensif.

Le jump shot de Michael Carter-Williams restera l’énigme de cette saison. La même mécanique, la même élévation, le même positionnement des mains au moment où il relâche la gonfle peut se traduire par un air-ball hideux comme sur sa tentative à mi-distance, ou par une ficelle à l’instar de ce shoot à trois points en sortie de dribble (8-11). S’il veut en faire le nouveau Darryl McDonald, Brett Brown sait à quoi s’atteler cet été.

Thaddeus Young parfaitement annihilé par le secteur intérieur des Knicks (0/6 dans le premier quart), Michael Carter-Williams et Henry Sims assuraient au scoring. Avec un lay-up conclu malgré le contact, le meneur rookie en était déjà à 9 points, quand Henry Sims servi sur transition après une interception de ce même MCW sur Felton donnait 3 points d’avance aux 76ers (17-14). Les deux hommes étaient responsables de 15 des 17 points de leur équipe.

L’entrée des secondes units se traduisait immédiatement en turnovers et autres mouvements hasardeux. Malgré tout, les 76ers terminaient le premier quart avec une avance de trois points (24-21).

Second quart temps : 

Curieuse corrélation. Serait-il plus simple de mener quand on ne prend pas une volée de trois points?

Curieuse corrélation. Serait-il plus simple de mener quand on ne prend pas une volée de trois points?

Etincelant lors de la dernière confrontation entre les deux équipes, Amare Stoudemire exposait sa palette offensive. Auteur de 2 dunks saignants dans la raquette des 76ers, il poursuivait par quelques jump shot et une belle maitrise du fadeway. Mais les 76ers trouvaient la parade, Byron Mullens signait son entrée par un rebond défensif et un trois points. Il manquera sa seconde tentative, seul dans le corner. Les Knicks, eux en étaient à 0/10 derrière l’arc (23-27).

Après 3 minutes dans le second quart, MCW présentait une ligne de stats de 9 points, 6 rebonds, 3 passes. Oublié alors qu’il était seul dans le corner, il héritait finalement de la gonfle et comme il avait l’intention de prendre ce trois points, la présence d’un défenseur devant lui ne le dissuadait pas. Airball.

A 29-29, Thaddeus Young revenait sur le parquet mais son 7ème tir ne rencontrait pas plus de réussite que les 6 premiers. En revanche, le tarin de MCW rencontrait une main baladeuse dans la raquette des Knicks et offrait un peu de sang à un Scott Harnell qui devait trouver cette partie bien peu physique. Un fait de jeu, qui permettait à Brett Brown d’aller tester son haleine sur le corps arbitral. Greg Popovich peut être fier de son rejeton.

MCW - saignements

Il aura fallu 7 minutes dans le second quart pour que les Knicks par l’entremise de Melo signent leur premier panier primé de la rencontre et apportent un peu d’adresse dans une période qui jusque-là avait vu les 76ers shooter à 2/15 et les Knicks à 4/14. Adresse qui fuyait Thaddeus Young (0/8) mais que les rebonds offensifs d’Henry Sims (6) permettaient de combler (32-31).

La gabegie offensive des 76ers se poursuivait (3/20) et sur une énième tentative manquée de James Nunnally, Tim Hardaway Jr partait en contre-attaque pour planter un reverse (34-31) qui fera la joie des amateurs de clichés. Le moment choisi par Thaddeus Young pour débloquer son compteur au scoring par un trois points (34-34). Les Knicks profiteront des 100 dernières secondes de la première mi-temps pour infliger un 7-2 aux 76ers et prendre une avance de 5 points au retour aux vestiaires.

Troisième quart temps : 

Les Knicks revenaient sur le parquet accompagnés cette fois de leur adresse extérieure. JR Smith, n’avançait pas masqué et plantait un trois points auquel répondait un étonnant Henry Sims par un jump shot à mi-distance. La quatrième faute du pivot (alors second meilleur scoreur et meilleur rebondeur de la partie, 12-9) affaiblissait sensiblement la défense intérieure des 76ers. Justifiant au passage quelques agacements de Brett Brown.

Malgré tout, les 76ers comblaient peu à peu leur déficit. Envoyé au alley-oop sur une passe à 10 mètres du cercle de MCW, James Anderson, défaillant derrière l’arc se donnait le droit de figurer dans les highlights (48-46).

JR Smith récidivait avec un tir primé dans le corner, avant que James Anderson n’envoie assez inutilement Melo sur la ligne de réparation (53-46). L’écart montait à 9 points sur un dunk de Tyson Chandler que Jarvis Varnado ne parvenait pas à contenir. James Anderson servi idéalement par MCW nous faisait ravaler notre tweet de début de partie. Non, Michael Carter-Williams ne pourra pas compter sur un knockdown shooter pour s’assurer un troisième triple-double en carrière.

Revenus à deux longueurs, ils étaient de nouveau sanctionnés depuis le corner, cette fois par Shumpert. L’accès au cercle bien protégé par les hommes de Woodson, ceux de Brett Brown étaient contraints de s’appuyer sur leurs jump shots avec une réussite d’autant plus aléatoire qu’ils proposaient peu de mouvements. Et quand ils finissaient par régler la mire grâce à Wroten, ils oubliaient une nouvelle fois Shumpert derrière la ligne (67-60).

Auteur d’une superbe pression défensive sur Melo, MCW lui subtilisait la gonfle puis sur la possession suivante commettait la faute sur une tentative de Melo à trois points. Les Knicks conservaient 6 points d’avance au terme du troisième quart temps (71-65).

Quatrième quart temps 

A la faveur de quelques pertes de balles des 76ers, les Knicks s’amusaient en transition et infligeaient un 7-2 pour débuter ce dernier acte. L’écart passait au delà de la dizaine de points pour la première fois de la partie (78-67).

Malgré les efforts de Thaddeus Young et Henry Sims, la raquette des Knicks était solidement défendue et les 76ers prenaient des shoots toujours plus distants du cercle. Sans réussite au contraire d’un Shumpert, toujours prompt à sanctionner les largesses défensives depuis le corner. + 14 pour les Knicks à 6 minutes du terme de la rencontre.

Pour ne rien arranger, Tony Wroten se tordait violemment la cheville sur la possession suivante. L’écart prenait ses plus larges proportions après une interception de Tim Hardaway Jr qui concluait la contre-attaque par un dunk (91-74, avec 5.14 min à jouer).

Mike Woodson joue à se faire peur

Fort d’une avance confortable, Mike Woodon donnait du répit à son duo d’intérieur, Stoudemire-Chandler et laissait le seul Melo avec la second unit. Avant de le bencher à son tour. Une aubaine pour les 76ers qui trouvaient une opposition de leur standing et une nouvelle marge de manoeuvre dans la peinture. Peu à peu, l’écart se réduisait. Un trois points de James Nunnally dans le corner le ramenait à 10 unités. Tony Wroten rentrait définitivement aux vestiaires raccompagné par un Brandon Davies qui aura su se trouver une fonction. Servi dans le corner, Thaddeus Young manquait sa tentative. Un échec qui coutera cher aux 76ers et au palmarès statistiques de Michael Carter-Williams.

Les intérieurs remplaçants des Knicks se montraient inoffensifs et Henry Sims en profitait pour capter son 13ème rebond (record en carrière) et rentrer ses 15 et 16èmes points pour conclure un run de 10-0 qui ramenait les 76ers à 7 points avec 1.36 min à jouer. Mike Woodson ne mouftait pas. James Anderson avait beau prendre des shoots ouverts derrière l’arc, le coach des Knicks restait serein.

Le trois points de MCW après avoir récupéré le rebond, ramenait les 76ers à 5 points et 48 secondes à jouer. Murry et Aldrich décidaient alors de jouer le alley-oop. Mal exécuté. Les Sixers récupéraient la possession. James Nunnally puis MCW hésitaient à prendre un tir derrière l’arc, finalement le meneur passait la balle à Thaddeus Young qui s’exécutait. (92-90 et 32.5 sec à jouer).

Mike fais moi peur, venait de laisser filer 15 points, sans réagir. Les Knicks faisaient alors circuler la gonfle en périphérie, les prises à deux sur Melo laissaient Hardaway Jr seul dans le corner mais le rookie manquait sa cible, et MCW s’emparait du rebond. 92-90, 13.6 sec à jouer. Possession 76ers.

James Anderson jouait le drive and kick pour Thaddeus Young mais sa passe était mal ajustée. Balle Knicks à 8.6 sec du terme de la rencontre. James Nunnally n’avait d’autre choix que de commettre la faute sur Melo. Ce dernier n’en rentrait qu’un. Thaddeus Young s’emparait du rebond, MCW remontait le terrain pour prendre un trois points en sortie de dribble qui rebondissait sur l’arceau. Thad avait beau chopait le rebond et rentrer un panier. Les Knicks ne poussaient pas le ridicule jusqu’à commettre la faute. Les 76ers s’inclinent pour la 23ème fois consécutive (93-92).

Malgré des match-up défavorables, une adresse longue distance absente, les hommes de Brett Brown ont su répondre aux défis imposés par les Knicks. Si le retour dans les dernières minutes est davantage imputable aux choix de Mike Woodson qu’à ceux de Brett Brown, ce revers à l’instar des deux derniers n’a rien de honteux.

Les Highlights

 

Les stats du soir

  • Michael Carter-Williams, aime jouer contre les locataires du Madison Square Garden. Avec 22 points (10/21), 13 rebonds et 9 passes, il frôle une nouvelle fois le triple-double. Curiosité statistique, il ne s’est pas procuré le moindre lancer franc.
  • Anthony Davis et ses Pelicans ne respectent rien. Pas même la chaîne alimentaire. Sur le parquet des Hawks, les Pelicans ont mangé leurs adversaires en dépit de la sortie prématurée sur blessure d’Eric Gordon. A eux deux, Tyreke Evans et Anthony Davis sont en mesure de remporter bien trop de matches. En revanche, la défaite des Hawks devraient offrir un sursaut de motivation à des Knicks qui viennent d’enchaîner 8 succès et qui enfin grignotent leur retard sur le 8ème spot.
  • 23ème défaite de rang pour les 76ers qui se déplacent ce soir dans l’Illinois pour affronter des Bulls, défaits cette nuit par les Pacers.
  • Malgré des problèmes de spacing évidents, l’association de Michael Carter-Williams et Tony Wroten dans le backcourt s’est une nouvelle fois avérée intéressante. La capacité de création des deux joueurs offrent une meilleure fluidité à la circulation de la balle et les 76ers perdent nettement moins de gonfles. Elle prive toutefois le banc de toute menace crédible. La rotation des 76ers ne produit que 13 points, là où le seul Iman Shumpert en plante 11.
  • Les 41 tentatives à trois points des 76ers constituent un record en carrière. Malheureusement, ils en ont rentré que 10.

Box score 

Box score 76ers vs Knicks 21:03:14

Crédits photo : Jesse Garrabrant/NBAE/Getty Images

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top