CR/Résultats

Close enough

score 76ers vs Bulls 19:03:14

Privé de James Anderson, Brett Brown reconduisait le même 5 que face aux Indiana Pacers avec Michael Carter-Williams, Tony Wroten au poste 2, Hollis Thompson, Thaddeus Young et Henry Sims. Face aux Bulls, le coach se retrouvait donc avec trois casse-têtes qu’il convenait de résoudre pour mettre fin à une série de 21 revers consécutifs.

  1. Comment créer du spacing quand le backcourt MCW-Wroten shoote respectivement à 27 et 21% derrière l’arc et qu’Hollis Thompson ne prend qu’un seul shoot au cours de la partie?
  2. Comment contenir un Joakim Noah qui joue son meilleur basket dans un rôle de point center?
  3. Peut-on donner du temps de jeu à la second unit face aux rotations excessivement limitées de Thibodeau?

Déroulement 

Premier quart temps 

Les Bulls savent s’adapter aux coutumes locales et font preuve d’une belle volonté de s’intégrer à l’éco-système du Wells Fargo Center. Après une petite seconde de jeu, ils étaient déjà sanctionnés pour un retour en zone. Ils maintenaient le rythme pour perdre deux nouvelles gonfles dans la première minute de jeu. Respectueux des efforts de leurs visiteurs du soir, les 76ers n’en profitaient pas et outre un panier primé de Thaddeus Young sur la première possession, ils manquaient toutes leurs tentatives que ce soit sur pénétration ou sur des lancers francs (0-3).

Le second panier des 76ers résultera d’un geste de volleyeur de MCW qui repoussait dans le cercle le rebond offensif d’un tentative d’Henry Sims pourtant contestée par Carlos Boozer. De leur côté, les Bulls se contentaient de faire circuler la gonfle jusqu’à trouver des espaces pour des courses ligne de fond de Dunleavy et de Butler.

Au jeu des pertes de balles et des contre-attaques, les Bulls prenaient les devants (13-7).

Passé par la maison Bulls, Jarvis Varnado signait son entrée sur le parquet par un bloc sur Hinrich et un jump shot à mi-distance pour ramener les 76ers à deux unités (13-11) après un panier signé MCW devant Noah. Ils revenaient même à hauteur de leurs adversaires du soir après une interception et un panier de Thaddeus Young.

Particulièrement gêné par la défense de Jimmy Butler, MCW commettait des erreurs évitables que la protection du cercle de Jarvis Varnado permettait de compenser. Auteur de deux paniers à trois points, DJ Augustin apportait davantage de fluidité à l’attaque des Bulls qui imposaient un run de 7-0.

James Nunnally répondait présent en rentrant un corner three, précisément ce pour quoi il a été recruté. Une dernière tentative de MCW contrée par Jimmy Butler, les deux équipes terminaient ce premier quart sur la marque de (28-26).

Grâce à Thaddeus Young et l’entrée de James Nunnally, les 76ers sont parvenus à créer un minimum de spacing pas nécessairement mis à profit par MCW et Wroten qui ne parvenaient pas à conclure leurs pénétrations au cercle. Toutefois, le choix de positionner Thaddeus Young sur Joakim Noah s’avérait opportun. Ne disposant pas de l’avantage de mobilité sur son vis-à-vis, le pivot français était inhibé dans son rôle de point-center. Les interceptions (6 dont 3 pour le seul Thad) et les contres de Varnado offraient des situations de fastbreak, sans lesquelles les hommes de Brett Brown ne peuvent rivaliser face à un adversaire comme les Bulls.

Second quart temps

Clairement, les 76ers n’affrontaient pas les meilleurs Bulls que nous ayons vu ces dernières semaines. Les hommes de Thibodeau multipliaient les maladresses à l’instar d’une claquette dunk manquée par Carlos Boozer. La second unit des 76ers se distinguait dans l’entame du second quart par des hustle plays caractéristiques. A l’image d’Henry Sims, elle se montrait volontaire en défense mais relativement inoffensive en attaque (36-30).

L’entrée de Taj Gibson remettait en cause le positionnement de Thad sur Noah, puisque Henry Sims ne pouvait répondre à la mobilité du sixième homme des Bulls (41-30). Un panier à trois points de Wroten, un floater de MCW et un hook de Varnado permettaient aux 76ers de réduire l’écart (46-40). Auteur de deux nouveaux contres, Varnado, malgré une défense sur l’homme perfectible, offrait des situations de contre-attaque mais Tony Wroten n’était clairement pas dans un grand jour depuis la ligne de réparation (1/6).

MCW qui avait eu la bonne idée de profiter de son avantage de taille sur DJ Augustin pour l’emmener au poste, ne se montrait guère plus en réussite aux lancers mais l’inévitable Jarvis Varnado en était quitte pour repousser son échec dans le cercle (48-43). Certainement vexé de se faire voler la vedette au sein des rim protectors, Noah bâchait sévèrement Tony Wroten en toute fin de quart avant de rejoindre son banc en agitant son indexe dans un style mutombien. Joakim Noah maîtrise aussi bien ses classiques que ses fondamentaux.

C’est avec un débours de 7 unités que les 76ers rentraient aux vestiaires. MCW jouait moins juste que ce qu’annonçait sa ligne de stats (11 points à 5/9, 5 rebonds, 2 passes). En sortie de banc, Jarvis Varnado (6 points à 3/3, 2 rebonds et 4 contres) ainsi que James Nunnally (6 points à 2/3, 2 rebonds et 2 interceptions) s’acquittaient des tâches pour lesquelles ils ont obtenu un contrat.

Troisième quart temps  

Muet tout au long du second quart, Thaddeus Young débutait le troisième comme le premier, une interception puis un panier à mi-distance et enfin son second panier à trois points (54-50). Comme lors du premier quart, les Bulls alternaient le moyen et le mauvais, concédant des pertes de balles et des rebonds qui permettaient à Tony Wroten et Michael Carter-Williams de gonfler la table de marque et de ramener les 76ers dans le giron de Windy City (61-58). Le moment choisi par Hinrich pour réaliser sa première action utile de la partie avec un tir primé ce que ne parvenait pas à réaliser MCW sur la possession suivante. Qu’importe, Thaddeus Young rentrait le sien, et Henry Sims ramenait les 76ers à un point sur un hook.

Quand Noah prenait ses responsabilités en ajoutant 4 points consécutifs, les 76ers répondaient via une nouvelle interception.

Relativement adroit sur jump shot ce soir, Michael Carter-Williams mettait fin à un run défensif des Bulls qui en dépit de leur maladresse ne laissaient jamais les 76ers prendre les commandes. Après l’échec du meneur rookie des 76ers en fin de période, Dunleavy manquait de peu de donner 9 points d’avance aux Bulls (75-69).

Quatrième quart temps

Brett Brown laissait Michael Carter-Williams et Thaddeus Young sur le banc à l’entame du dernier acte. Cela n’empêchait pas les 76ers de revenir à deux points grâce à deux paniers primés de Wroten et de Byron Mullens (79-77). Le décorum du quatrième quart était posé. Byron Mullens endossait le rôle du Spencer Hawes et dégainait avec précision derrière la ligne des 7 mètres 23 mais était incapable d’inhiber la production de son vis-à-vis. Tony Wroten trouvait un comparse pour jouer le pick and pop et le drive and kick. A l’issue d’un énième hustle play initié par un lay-up manqué de Wroten, Henry Sims parvenait à obtenir un and one pour ramener les deux équipes à égalité. Mais il manquait son lancer (83-82).

Ce n’était que partie remise, servi dans le corner par MCW, Thaddeus Young rentrait un nouveau three (85-85). Les espaces ouverts par la réussite des 76ers à longue distance ne se traduisaient pas par des pénétrations réussies du backcourt. Wroten, puis MCW manquaient des lay-up auxquels les Bulls répondaient par deux paniers primés (91-85).

La faiblesse au rebond de raquette Thad-Mullens laissait les Bulls profitaient de secondes chances. Mais au profit d’un 4/4 de Tony Wroten derrière l’arc les 76ers maintenaient la menace (93-90). Les « defense », « defense » raisonnaient dans le Wells Fargo Center ce qui ne perturbaient pas DJ Augustin qui rivalisait d’adresse longue distance avec le sophomore des 76ers (4/6 pour les deux joueurs).

Byron Mullens a mordu

Si vous ne lui coupez pas la tête, coupez lui, au moins, les orteils.

Les arbitres profitaient de leur attirail technologique pour juger de la valeur de deux paniers, un de Byron Mullens et un de DJ Augustin. Celui des 76ers est mordu (2 points), celui du meneur back-up des Bulls, parfait (98-92). Un dunk du même Mullens plus tard, les 76ers en avaient fini avec le scoring pour cette partie. Les dernières secondes de la partie offraient l’opportunité à Michael Carter-Williams, le premier chapitre de son « comment passer pour un con »?

Mode d’emploi : D’abord, se plaindre des trop nombreuses défaites que subit son équipe. Invoquer le réconfort d’un Kevin Durant qui a vécu le même genre de péripéties en début de carrière. Puis, dans deux matches étonnamment serrés, lancer un air ball sur un trois points qui aurait permis de ramener les siens à hauteur des Pacers dans le money time, puis comme si cela n’était pas suffisant, se distinguer avec un marcher létal pour les ambitions de son équipe.

Qu'en pense Kevin?

Qu’en pense Kevin?

Les 76ers enchaînent leur 22ème défaite consécutive mais restent toujours deux victoires devant les Milwaukee Bucks. Cette défaite est d’autant plus digeste que les 76ers ont produit ce que l’on attend d’eux sur le parquet. Thaddeus Young, Tony Wroten et Michael Carter-Williams ont réalisé un bon match dans l’ensemble, et les joueurs testés par l’organisation ont joué avec efficacité le rôle pour lequel ils sont évalués.

Vous voulez Nerlens Noel? Contentez-vous de Jarvis Varnado.

Interrogé sur la prestation de Jarvis Varnado (7 points à 100%, 3 rebonds, 4 contres), Brett Brown s’est livré à une analogie avec son pivot. « J’espère que Jarvis Varnado a montré une petite preview de ce qu’apportera Nerlens Noel« .

Les Highlights 

Les stats du soir 

  • Plus que 4 défaites et les 76ers auront dépossédé les Cleveland Cavaliers de leur record de 26 défaites consécutives.
  • Magnifique Tony Wroten qui parvient enfin à régler la mire longue distance (4/6 dont un balancé à 10 mètres en fin de match, et il rentra ses 4 premières tentatives) mais qui dans le même temps s’offre un 1/6 sur la lignes de réparation. So Sixers.
  • La dernière fois que les 76ers ont gagné un match, Royce White n’avait toujours pas foulé un parquet NBA. Nous ne gagnerons pas tant qu’il ne fera pas ses débuts avec Sacramento.
  • Relativement efficace sur jump shot, malgré quelques maladresses et choix contestables, Michael Carter-Williams livre une nouvelle fois une production statistique éloquente : 16 points (certes en 16 tentatives), 9 rebonds, 7 passes.

La citation du soir

Les lancers francs…9/19 depuis la ligne. Il n’y a pas de place pour l’erreur. Pas de marge de manoeuvre. Brett Brown

Box score 

Box score 76ers vs Bulls 19:03:14

 

Curieux de voir comment un fan d’une franchise rivale appréhende une partie face aux 76ers, le recap du match par @FrenchBullsFan

Crédits photo : Matt Slocum/Associated Press

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top