CR/Résultats

Objectifs remplis au Madison Square Garden

Score sixers @ knicks 10:03:14

Deux semaines plus tôt, la double confrontation face aux New York Knicks apparaissait comme une des meilleures opportunités pour les 76ers de mettre fin à leur série de défaites et de remporter un match d’ici à la fin de saison. Les retours en forme de Tyson Chandler et d’Amare Stoudemire et les trois succès consécutifs des coéquipiers de Carmelo Anthony ainsi que l’effondrement des Hawks, ont changé la donne. Les Knicks sont des candidats les plus crédibles à cette huitième place, les Sixers, eux, n’ont jamais été aussi proches des Bucks.

L’annonce du forfait de Tyson Chandler, contraint de quitter l’équipe pour des problèmes personnels urgents offrait de nouveau une certaine vigueur à ce constat initial. Privés de leur tour de contrôle au poste 5, les Knicks devenaient prenables pour peu que les 76ers se montrent capables de contenir Melo et de défendre les trois points. La première condition a été plutôt bien remplie, Melo ne terminant la partie qu’avec 22 points à 9/24 dont un 0/7 derrière l’arc. Malheureusement, ses coéquipiers n’ont pas été aussi maladroits que leur leader. Le rookie Tim Hardaway Jr termine meilleur scoreur de la rencontre avec 28 points dont plus de la moitié inscrits derrière la ligne (5/7)

D’entrée, les 76ers pouvaient se reposer sur un Michael Carter-Williams timidement applaudi à son entrée au Madison Square Garden quand ses coéquipiers se faisaient copieusement huer, qui captait tous les rebonds défensifs et scorait 4 points sur deux pull-up jumpers (6-1). Deux paniers primés consécutifs de JR Smith plus tard, l’avance des 76ers était soldée (8-9). Mais la maladresse de Melo (2/8 dans le premier quart) bien défendu par Thaddeus Young et la domination des 76ers au rebond auront raison des efforts de Stoudemire qui parvenait à scorer au cercle sans difficulté malgré la défense de Sims et de la réussite extérieure de JR Smith. Sur un lay-up de Thaddeus Young, les visiteurs prenaient 9 points d’avance (24-15) et Mike Woodson en était quitte pour un temps mort.

Omniprésent au rebond défensif (5 prises dans le seul premier quart, soit un seul de moins que l’ensemble des Knicks), Michael Carter-Williams retrouvait sa clairvoyance du début de saison. Après une partie des plus délicates sur le plan de l’adresse face au Jazz, le rookie se concentrait sur l’organisation du jeu et se montrait moins dispendieux avec la gonfle. Loin d’être anodins, ses rebonds offensifs se traduisaient en autant de situations de contre-attaque. Sur le cinquième, il envoyait une passe qui traversait tout le terrain pour atterrir dans les mains de James Anderson, qui sur catch and shoot offrait 12 points d’avance à Philadelphie (29-17).

Hum. Comment leur dire que mon 4-4-14 faisait référence à la sortie en salle de Captain America?

Hum. Comment leur dire que mon 4-4-14 faisait référence à la sortie en salle de Captain America?

L’entrée des second units changeait cruellement le rapport de force. Le premier panier primé de Tim Hardaway Jr ramenait les Knicks à 3 longueurs et il fallait compter sur une faute de JR Smith à 0,5 sec du terme du premier quart temps pour que l’écart se fige à (31-26).

Grâce à l’activité de Tony Wroten, toujours prompt à pénétrer et à glaner la faute la second unit des 76ers parvenait à maintenir à distance les Knicks. Et pourtant. Tim Hardaway Jr n’hésitait pas à prendre des shoots à trois points en première intention tant la « défense » oubliait son aptitude à faire ficelle dans ces circonstances.

Une nouvelle fois, Byron Mullens est entré sur le parquet avant Arnett Moultrie. Pas certain que cela se reproduise éternellement. Brett Brown a sorti l’ancien Clipper après 3 petites minutes de jeu au cours desquelles il est parvenu à noircir sa feuille de stats de deux pertes de balles et à pousser le ridicule jusqu’à perdre un entre deux face à Shumpert.

Le retour sur le parquet de Melo et de JR Smith se traduisait par un run de 7-0 en faveur des Knicks (42-40) et par celui de Michael Carter-Williams qui se distinguait par une action à laquelle il nous avait habitué en début de saison. Après une pénétration conclue par un lay-up mal ajusté, il se démenait pour aller subtiliser la gonfle des mains de Stoudemire qui ne mobilise pas la même énergie en défense qu’en attaque où il venait de planter un bon vieux tomar des familles.

Les titulaires des deux camps faisaient jeu égal et se rendaient coup pour coup. Melo était toujours limité par Thaddeus Young qui en payait le prix de l’autre côté du parquet. Raymond Felton rentrait un trois points dans le corner. MCW lui répondait avec un and 1. Tim Hardaway Jr perdait une possession sur une passe mal ajustée, MCW lui rendait aussitôt la pareille. Raymond Felton récidivait à trois points, MCW en était quitte pour un rebond offensif et deux points supplémentaires. La partie devenait plaisante pour le fan des 76ers habitué aux blowouts à la mi-temps. C’est sur un score de parité que les deux équipes rentraient aux vestiaires (61-61).

Très rapidement les Knicks profitaient des rebonds offensifs de Stoudemire et du sans faute à trois points de Felton (3/3) pour prendre leurs aises dans le troisième quart (67-74). Il fallait un trois points de l’ancien meneur de jeu de Syracuse pour mettre un terme à un run de 10-1. A 70-74, Arnett Moultrie faisait son entrée sur le parquet et le moins que l’on puisse dire c’est qu’elle était autrement mieux réussie que les précédentes. Positionné sur Jeremy Tyler en défense, le sophomore empêchait son vis-à-vis de scorer le moindre panier (si ce n’est une claquette dunk) et se permettait de rentrer un shoot à mi-distance sur sa première gonfle en attaque. Les 76ers en profitaient pour repasser devant sur un shoot primé de James Anderson parfaitement servi par MCW (75-74).

Sur la possession offensive suivante, Arnett parvenait à repousser le tir manqué de peu par Hollis Thompson depuis le corner, dans le cercle. Le seul tir manqué par l’ancien étudiant de Mississippi State se traduisit par une contre-attaque emmenée par Tim Hardaway Jr qui poussait MCW à prendre sa 4ème faute personnelle à 15 minutes du terme de la rencontre.

La fin du troisième quart mal gérée par des 76ers temporairement privés de leur meneur de jeu, permettaient aux Knicks de prendre une avance significative à la table de marque. Incapable de sanctionner les largesses défensives de Philly depuis la ligne des 3 points, Melo ne se faisait pas prier à mi-distance (79-87). Avec 6 points d’avance à l’issue du troisième quart, Mike Woodson pouvait envisager un quatrième succès d’affilée pour ses protégés.

Malgré son problème de fautes, Michael Carter-Williams était en route pour son second triple-double de la saison avec 17 points, 10 rebonds, 6 passes. Un run de 10-2 passé par les Knicks à la second unit des 76ers dès l’entame du dernier (87-101) acte ramenait le suspens de la partie à la réalisation ou non du triple-double par MCW qui venait tout juste de revenir en jeu. Le rookie voyait sa passe interceptée par Prigioni qui initiait une contre attaque conclue par un 3 points de JR Smith. 17 points d’avance pour les locaux. MCW avait beau se venger dès la possession suivante en arrachant la gonfle des mains du meneur italien, la messe était dite et sur la possession suivante Amare Stoudemire accrochait Thaddeus Young sur un poster tout en glanant la faute.

Brett Brown - MCW

Dans une tentative désespérée de revenir au score, Tony Wroten perdait la gonfle puis ne parvenait pas à conclure au cercle sa pénétration. Désorganisée, la défense des 76ers encaissait un nouveau trois points de Tim Hardaway Jr (+21). Manquaient alors trois passes à aller chercher pour MCW qui ne semblait pas pressé et préféré aller conclure au cercle. Un énième rebond défensif plus tard qui permettait une contre-attaque conclue par Tony Wroten (97-112), MCW présentait une ligne de stats de 19 points, 11 rebonds, 9 passes à 5 minutes du terme.

L’échec derrière l’arc de Tim Hardaway Jr à 5 secondes du terme, offrira un rebond défensif supplémentaire à MCW qui pouvait envoyer Tony Wroten scorer seul et signer sa dixième passe décisive. Triple-double réussi inextremis.

Au delà de son bilan comptable, Michael Carter-Williams a renoué avec le rôle de leader, capable de peser sur le cours d’un match de différentes manières qu’il avait joué en début de saison. Une dimension de sa prestation qui n’a pas échappée à Brett Brown qui confiait à l’issue du match.

Vous vous focaliserez sur les chiffres. Mais ce que j’ai vu c’est un leader en gestation.

Forts de leur quatrième victoire consécutive, les Knicks se positionnent à la 9ème place de la conférence Est à trois petites victoires des Hawks. Elle les ramène également à un succès des Pelicans et donc d’un meilleur choix à la draft pour…les 76ers. De leur côté, les 76ers reviennent à 1,5 match des Bucks pour le meilleur stock de billes. Le tout avec une prestation de choix de leur rookie, Michael Carter-Williams, de leur sixième homme, Tony Wroten et avec une démonstration de plus que Thaddeus Young est, en dépit, de son sous-dimensionnement un des meilleurs défenseurs au poste 4. Les objectifs sont remplis.

Les Highlights

 

Les stats du soir 

  • Michael Carter-Williams a signé son deuxième triple-double après lors de son 51ème match en carrière. Il est le plus rapide à le réaliser depuis David Robinson (1990, 51 matches). Par ailleurs, il intègre un cercle restreint de huit joueurs à avoir réaliser plus d’un triple-double cette saison.
  • Les 76ers ont enchaîné une 17ème défaite de rang. Grâce à leur succès face aux 76ers, les Knicks passent 9èmes à l’Est et se rapprochent du bilan des Pelicans.
  • Les 76ers sont désormais plus proches des Bucks pour le dernier bilan de la Ligue (1,5 match) que du Magic pour le troisième plus mauvais (4,5 matches).
  • Henry Sims termine la partie à 100% au shoot. Le pivot s’applique à défendre en utilisant son physique (ce qui s’est avéré être bien insuffisant face à Stoudemire) et se concentre sur ce qu’il sait faire en attaque, du catch and finish et parfois un shoot à mi-distance.

Box score

Box score sixers @ knicks 10:03:14

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top