CR/Résultats

Et le Magic remporta le tiebreaker

Score 76ers @ Magic 2:03:14

Pour la quatrième fois de la saison et la seconde cette semaine, les 76ers retrouvaient le Magic d’Orlando pour un choc au sommet de la WigginsRace. Comme mercredi, les hommes de Brett Brown ont fait jeu égal avec leurs adversaires au cours des trois premiers quart-temps avant de sombrer dans le dernier acte.

Après 13 revers consécutifs, s’incliner au Amway Center où les coéquipiers de Vucevic ont remporté 15 de leurs 19 succès n’a rien de surprenant sur le papier. En revanche cette nouvelle défaite questionne toujours davantage la faculté des 76ers à remporter un match en cette fin de saison. Glen Davis, coupé, Jacque Vaughn était par ailleurs privé de ses deux vétérans, Arron Afflalo et Jameer Nelson. Malgré l’absence de ses principales menaces extérieures, le Magic a remporté la dernière manche de la série face à Philadelphie (3-1) et détient dès lors le tiebreaker.

nba-draft-lottery

Avec quatre victoires de retard sur le Magic, détenteur du troisième plus mauvais bilan de la Ligue, et un tiebreaker en leur défaveur les Philadelphia 76ers ont sécurisé le second stock de billes à la loterie. Quand bien même, les équipes qui précèdent les 76ers ne remporteraient aucune partie, il est peu probable qu’une équipe incapable de battre un Magic décimé par les blessures, soit en mesure de remporter 5 succès sur les 22 matches restants. Autrement dit, qu’importe ce qu’il adviendra à la loterie, Sam Hinkie disposera d’un choix dans le top 5.

Outre l’affaiblissement subséquent du Magic, l’absence de Jameer Nelson privait ses partenaires de spacing et se traduisait par la titularisation de Ronnie Price à la mène aux côtés de Victor Oladipo dans le backcourt. Escamoté, mercredi, le duel entre Michael Carter-Williams et le second choix de la draft pouvait reprendre ses droits.

Visiblement motivé par la perspective d’enfoncer le clou dans la quête du ROY, le meneur de Philadelphie jouait son meilleur basket. Utilisant ses longs segments pour chiper la gonfle des mains de ses adversaires et pour terminer au cercle ses pénétrations. De telle sorte que MCW était responsable de 8 des 10 premiers points des 76ers le tout à 100% de réussite. Il trouvait à qui parler en la personne de Tobias Harris qui s’amusait dans la raquette (10 points à 4/4).

Ce n’était pas le duel attendu mais MCW et Harris se rendaient coup pour coup. Le meneur poursuivait sa série en rentrant deux jump shots (12 points à 5/5) et « naturellement » son premier manqué viendra d’un lay-up. Avec plus ou moins de réussite, les deux équipes imposaient un haut tempo et profitaient de chaque perte de balle adverse et de chaque rebond défensif pour pratiquer un basket de transition. Tout juste entré en jeu, Byron Mullens, se faisait remonter les bretelles par Brett Brown pour ses replis défensifs hasardeux et trop dilettantes.

Jarvis Varnado se distinguait par un premier contre dès sa première action défensive (il terminera la partie avec 3 contres, et une prestation dans la lignée de ce à quoi on pouvait s’attendre). Phénomène assez rare pour être soulevé, les 76ers ne souffraient pas de l’entrée des hommes du banc (17-22). Toute la rotation intérieure avait obtenu du temps de jeu dans ce premier quart temps à l’exception d’Arnett Moultrie.

Le second quart temps ne commençait pas sous les meilleurs auspices pour les hommes de Brett Brown, incapables d’inscrire le moindre panier au cours des trois premières minutes. Une situation qui n’était pas au goût du coach qui prenait un temps mort et comme à chaque fois (ou presque) il en ressortait un système pour Thaddeus Young. Sur un panier dans le corner, l’avance des 76ers se portait à 8 unités (41-33).

Michael Carter-Williams qui avait rentré ses 5 premiers paniers, manquait les 5 suivants (dont un shoot au buzzer en fin de premier quart et une tentative de claquette dunk). Il rentrait aux vestiaires avec 14 points à 6/12, 5 rebonds, 4 T0 et aucune passe. Tobias Harris en faisait de même avec son record de points en carrière à la mi-temps (19 points), Nick Vucevic avait quant à lui déjà capté 13 rebonds. Malgré tout, les 76ers basculaient en tête (46-43).

De retour sur le parquet, MCW se concentrait sur la distribution et abreuvait Thaddeus Young de ticket shoots. Les deux premières possessions se soldaient par une passe de MCW pour le n°21 des 76ers, particulièrement maladroit en première période mais qui réglait la mire dans ce début de troisième acte.

Si Michael Carter-Williams perdait bien trop de ballons, les 76ers imposaient une belle intensité défensive. Ils parvenaient à contenir leurs adversaires d’autant plus aisément que faute de réussite extérieure, le Magic étirait nettement moins la défense que lors de la dernière confrontation entre les deux équipes. En découlaient des longs deux et des tentatives de pénétrations avortées. MCW faisait un remarquable usage de sa longueur face à Mo Harkless et Tobias Harris.

La connexion MCW – Thad (12 points dans le troisième quart) permettait aux 76ers de prendre 7 points d’avance (60-53). Le Magic s’en remettait alors à Vucevic qui provoquait la faute et la sortie prématurée d’Henry Sims.

Après un drive éblouissant de MCW, le public réclamait des « defense, defense » accompagnés du bruit sourd des tap-tap distribués avant le tip-off. Le meneur de Philly ne se laissait pas déconcentrer et parvenait à servir idéalement Tony Wroten pour un panier primé du sophomore, après avoir contraint Vucevic à prendre sa 4ème faute.

Les trop nombreuses pertes de balle des Sixers maintenaient le Magic dans la partie qui se gavait de rebonds qui plus est. De telle sorte que l’écart à l’issue du troisième quart se limitait à trois faméliques points.

 

A l’instar de la partie de mercredi, le dernier acte débutait par un panier primé du Magic signé Mo Harkless (69-69). Vont-ils nous refaire le même coup en retrouvant leur adresse extérieure dans le dernier quart? Finalement non, le panier de Mo Harkless restera le seul tir primé de la soirée pour les Floridiens (1/13) mais Kyle O’Quinn par un claquette dunk puis E. Moore sur un dunk qui venait conclure un drive où il fit danser Byron Mullens, se chargeaient de donner l’avantage au Magic (71-75).

Précis et efficace lors des deux dernières sorties, Eric Maynor enchaînait les pertes de balles et transformait des shoots ouverts en briques des plus indignes.

Une nouvelle perte de balle du meneur de 26 ans, offrait une avance de 8 points aux floridiens. E. Moore interprétait le rôle tenu par Jameer Nelson mercredi, de l’extérieur qui retrouvait son efficacité au scoring dans le money time. Avec 6 points de débours, les titulaires retrouvaient le parquet. Thaddeus Young délivrait une passe géniale pour Henry Sims qui signait son record au scoring (12 points).

Sans spacing, l’accès au cercle proscrit, Michael Carter-Williams prenait des risques pour créer le décalage (8 pertes de balles) et forçait des pénétrations faute d’alternatives. En défense, il récoltait un coup de coude dans l’oeil. Le Magic fait décidément tout ce qui est en leur pouvoir pour l’empêcher de conquérir le ROY. Dans leur entreprise, les floridiens étaient bien aidés par un James Anderson qui se chargeait d’empêcher son meneur d’accumuler les passes décisives en ne réglant pas la mire malgré des positions ouvertes.

Le triple-double filait entre les mains du rookie, la victoire de celles des 76ers.

Le long deux en fin de possession de Tobias Harris lui permettait de passer d’un season high à un career high avec 31 points et garantissait la victoire aux siens. Le buzzer beater de Thaddeus Young n’y changera rien. Le Magic s’impose sur le même écart que mercredi (+11). Ils retrouvent un bilan équilibré dans leur salle.

Les 76ers n’ont pas démérité en imposant une certaine intensité en défense, ils sont seulement plus faibles que le Magic privé de Jameer Nelson et d’Aron Afflalo. Rude. Restent 22 matches. Combien en gagneront-ils?

Combien de victoires obtiendront les 76ers en cette fin de saison?

View Results

Loading ... Loading ...

Les Highlights 

Les stats du soir 

  • Le Pargo Effect retrouve ses droits, Tobias Harris signe son record en carrière au scoring avec 31 points. Heny Sims l’imite en établissant son record personnel à 12 unités, il ajoute 7 rebonds.
  • En route pour le triple double à l’issue du troisième quart, Michael Carter-Williams échoue avec son 11ème double-double de la saison (17 points, 11 rebonds, 6 passes mais 8 pertes de balles).
  • Les 76ers encaissent leur 14ème défaite consécutive, la 24ème sur les 27 dernières sorties.
  • Après 60 matches, les 76ers ne comptent que deux défaites de moins que les Bucks qui reçoivent cette nuit le Jazz qui sera en back-to-back. Lors de la saison 1972-1973, les 76ers avaient enchaîné 20 revers. Les Cavaliers détiennent le record en la matière avec 26 défaites de rang.

La Box score 

Box score 76ers @ Magic 2:03:14

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top