CR/Résultats

Sweepés en février

Score Magic @ 76ers 26:02:14

L’annonce du match choisi pour la cérémonie du retrait du numéro 3 d’Allen Iverson avait surpris, les Washington Wizards ne semblaient pas être le choix le plus opportun pour rendre hommage au MVP 2001. Au lendemain de la 12ème défaite de rang des 76ers qui les conduit au bilan de 0-11 au mois de février, l’hommage risque de tourner court à l’image du duel entre Michael Carter-Williams et Victor Oladipo.

Au surlendemain d’une défaite de 20 points face aux Bucks, Brett Brown procédait à de nouveaux ajustements dans son 5 de départ. Pour la 4ème fois consécutive, le coach alignait un 5 différent. Arnett Moultrie décevant lors de ses deux titularisations laissait sa place à Henry Sims quand Tony Wroten était renvoyé sur le banc où son absence est bien trop préjudiciable pour la second unit.

Cela vaut ce que cela vaut. Mais le temps d’une partie face à l’antépénultième de la conférence Est, la défense des 76ers a semblé moins poreuse. Les choix de Brett Brown de positionner Henry Sims dans la peinture au côté de Thaddeus Young et de titulariser Hollis Thompson qui a définitivement un avenir dans un rôle de 3 and D s’avéraient payants. Pour la quatrième fois de la saison, les 76ers parvenaient à maintenir leurs adversaires en dessous des 20 unités à l’issue du premier quart. Ils menaient même 13-7 avant l’entrée sur le parquet des hommes du banc et une série de 5 minutes sans panier.

Fun fact. Sur les trois premières possessions des 76ers, deux se conclurent par une tentative de celui qui fêtait sa première titularisation dans la Grande Ligue, Henry Sims. La redondance est ici nécessaire. En attaque, les 76ers servaient Henry Sims.

En shootant à 30% dans le premier acte, les deux équipes justifiaient sur le parquet leurs positions respectives au classement. Michael Carter-Williams dont les excellentes passes étaient gâchées par la maladresse de ses coéquipiers peinait en revanche à justifier son statut de favori au ROY. Pire à l’issue de sa troisième confrontation face à Victor Oladipo (17 points, 11 rebonds), son couronnement n’est pas plus garanti qu’une 16ème victoire de Philadelphie cette saison.

Malgré tout, les 76ers rentraient aux vestiaires avec l’avantage à la table de marque (44-40). La fin de second quart d’Henry Sims qui était alors le 76ers qui avait pris le plus de shoot (8) n’y était pas étrangère. Le pivot luttait pour le rebond et rentrait deux paniers en autant de possession.

Au retour sur le parquet, Hollis Thompson rentrait deux paniers primés consécutivement et offrait une avance de 8 points aux 76ers (42-50). C’est alors que Nick Vucevic se décidait à donner encore davantage de regrets au public du Wells Fargo Center. Le monténégrin déployait sa panoplie en attaque tout en se montrant peu enclin à partager le rebond quelque soit le côté du parquet où il se disputait. Le 6/32 cumulé de MCW, Anderson et Mullens avait raison des efforts de Thaddeus Young, Tony Wroten et Eric Maynor. Le Magic basculait en tête à l’issue du troisième quart.

Jusqu’alors peu efficace au scoring (2/7) et concentré sur la distribution, Jameer Nelson se mettait en évidence devant ses proches venus en nombre au Wells Fargo Center. Le meneur du Magic en était quitte pour 12 points dans le dernier quart et la victoire revenait aux visiteurs.

Au petit jeu de la WigginsRace, le vainqueur n’est certainement pas celui qui exultait à la fin des 48 minutes. Avec 15 victoires contre 18 au Magic, les 76ers sécurisent le second plus mauvais bilan de la Ligue. Dans le même temps, les déboires des Pelicans (5ème défaite consécutive) renforcent encore davantage les probabilités d’occurrence d’un scenario où Sam Hinkie se présente à la cérémonie de la draft avec deux casquettes à distribuer dans le top 10.

MVP du Where’s Waldo Game : Arnett Moultrie. Remarquable performance du sophomore qui est parvenu à perdre sa place de titulaire au profit d’Henry Sims tout en se dissimulant avec une efficacité effarante au cours des 16 minutes qu’il a passé sur le parquet.

Se souvient-il du moment où il affirmait sans ambage que s’il n’était pas aligné sur le parquet c’était parce que la franchise craignait de remporter trop de matches?

En revanche, Byron Mullens s’est quant à lui distingué par une combinaison de shoots ignobles (sa présence dans l’effectif aura au moins le mérite de rassurer MCW sur la trajectoire prise par le ballon lors de ses jump shots) et une science du placement en défense qui propose un paradigme marginal.

 

 

Les Highlights

 

Les stats du soir 

  • Les 76ers viennent de subir leur 12ème défaite consécutive, la 11ème de rang au Wells Fargo Center où ils ne se sont plus imposés depuis le 15 janvier dernier.
  • Les hommes de Brett Brown ont perdu 22 de leurs 25 derniers matches.
  • 0. En 12 matches disputés en février, les 76ers n’en ont remporté aucun. C’est la première fois depuis mars 1973 qu’ils se font sweeper sur un mois. Cette saison-là, ils avaient remporté 9 matches.
  • En s’imposant face aux 76ers, le Magic a mis fin à une série de 16 revers consécutifs on the road.
  • Les 8 pertes de balles concédées face au Magic constituent un record cette saison pour les 76ers.

La Box score 

Box score Magic @ Sixers 26:02:14

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top