En bref

Danny Granger vers le buyout ou la tenue?

Passablement irrité d’avoir été transféré de sa franchise de toujours avec laquelle il avait peu à peu gravi les échelons jusqu’à s’installer comme un candidat au titre des plus crédibles, Danny Granger ne semble pas particulièrement emballé par la perspective de disputer les 26 prochaines rencontres avec un jersey des 76ers sur les épaules et à partir en vacance dès la fin du mois d’avril.

Passé de franchise player d’une franchise médiocre, à franchise player d’une équipe solide, puis joueur de complément d’un candidat au titre, Danny Granger est désormais un contrat au sein d’un roster qui ressemble à s’y méprendre à un effectif de NBDL.

Une situation qui ne lui sied pas. Au contraire il semblerait bien déterminé à rejoindre un des concurrents des Pacers. Jake Fisher évoque ainsi les pistes du Miami Heat et des San Antonio Spurs qui seraient particulièrement intéressés par l’ajout d’un tel talent au minimum salarial.

Reste que l’intérêt des Philadelphia 76ers à négocier un buyout avec Danny Granger est nettement moins évident que celui du joueur. Après le départ d’Earl Clark, le roster est dans les clous avec 15 joueurs sous contrat. Nul besoin de se séparer dans la précipitation d’un contrat.

D’ailleurs, lors de sa conférence de presse, Sam Hinkie a avoué que les négociations n’avaient pas encore débuté à ce sujet et qu’il n’était pas certain qu’elles aboutissent sur l’issue souhaitée par Danny Granger.

Certes, le joueur n’est à ce jour pas prêt à jouer le jeu avec les 76ers, pas plus que la franchise n’envisage de le conserver à l’expiration de son contrat. La perspective de le voir jouer le rôle du vétéran qui transmettrait son expérience aux jeunes pousses de l’effectif tout en essayant de leur apprendre à shooter est illusoire au vu des dispositions mentales dans lesquelles se situe le joueur.

Toutefois, s’il est une partie qui est pressée de déboucher sur un accord c’est Danny Granger pas Sam Hinkie. S’il escompte disputer les playoffs, Danny Granger doit être coupé au plus tard le premier mars.

Les économies que pourraient réaliser Josh Harris en négociant un buyout ne seront en aucun cas un facteur déterminant dans les négociations à l’inverse de la flexibilité au regard des règles du CBA. Dès lors Danny Granger n’a peu ou proue que sa mauvaise humeur à mettre dans la balance. Pis encore pour sa marge de négociation, à 30 ans et au sortir de deux saisons mitigées, Danny Granger n’a aucun intérêt à se mettre au banc de l’effectif si les 76ers venaient à le conserver, alors qu’il devra négocier un nouveau contrat au cours de l’été.

Sam Hinkie n’a donc que peu d’intérêt à s’empresser à négocier un buyout. En revanche, il pourrait avoir un intérêt tout particulier à conserver le contrat de Danny Granger. En maintenant Danny Granger dans l’effectif jusqu’à l’expiration de son contrat le 1er juillet prochain, les 76ers conserveraient ses bird rights, ce qui les autoriserait à monter un sign and trade pour Danny Granger. Assurément, le joueur n’obtiendra pas un contrat maximum via la free agency et les bird rights ne lui serviront pas à obtenir un meilleur contrat à Philadelphie qu’ailleurs.

Toutefois, s’il aspire à disputer le titre sans pour autant signer un contrat minimum, Danny Granger pourrait avoir intérêt à s’accorder sur un sign and trade avec les 76ers où ces derniers récupéreraient in fine un prospect et/ou des tours de draft en échange de l’absorption d’un contrat. La contrepartie à Evan Turner se situe peut-être ici.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top