CR/Résultats

Le champion tient (cette fois) son rang

score heat @ 76ers 17:01:14

Nous retrouvions hier soir le champion au titre au WFC, pour une revanche du désormais célèbre match d’ouverture de la saison 2013/2014 (également surnommée la saison Wiggins ou Smart pour Amaru !) qui avait vu nos 76ers balayer le Heat sans D-Wade. Erik Spoelstra a visiblement bien retenu la leçon car Wade figurait hier soir dans le cinq de départ. De plus les Floridiens avaient un besoin urgent de se rassurer après la fessée prise il y a deux soirs par John Wall et consorts.

Le match débutait tranquillement pour les deux équipes, et l’on pouvait sentir que ça n’était pas à notre avantage. Bosh inscrivait le premier panier du match sur un tir dont il a le secret, légèrement sur le côté en tête de raquette. Réplique de Turner du même endroit sur une belle passe de MCW.

Le Heat mène rapidement 12-7, avec LBJ à la baguette et l’homme au long cou au scoring. ( 6 points pour Bosh en 4 minutes). Notre rookie vedette n’est en revanche pas à son avantage, avec un 0/2 dont un contre de Battier sous le cercle qu’il aurait pu peut être éviter avec plus d’expérience. Seul James Anderson sort du lot en ce début de match, avec 4 points, une interception sur LBJ et 2 LF ratés. Ce seront ses seuls du match.

Chris « dinosaure » Bosh continue à rentrer ses shoots ouverts, délaissé par le Républicain. 8 points déjà et le Heat mène 16-9 sur un remarquable coast-to-coast du King après une belle défense sur Thad. Ses premiers points de la partie, mais 3 passes décisives à son actif ( il finira d’ailleurs à quelques rebonds du triple double).

Ce sont les Floridiens qui imposent leur tempo, ils ont retenu la leçon du match d’ouverture et MCW a toutes les peines du monde à organiser le jeu, ce qui s’en ressent sur l’ensemble des statistiques de l’équipe. Pareillement,  Thad est bien muselé par un LBJ qui s’amuse des deux  côtés du terrain en se jouant du Spence dans la raquette (22-13). Les pertes de balle s’accumulent, et Brett Brown tente le pari osé de faire jouer notre cher Tony Wroten associé à MCW. Mais c’est Turner qui prend ses responsabilités et qui maintient un écart raisonnable avec un panier et une superbe passe pour l’inévitable Brandon Davies ( 26-19). Tony fait son show ( chaud est valable aussi !) et répond à Rashard Lewis à 3 points. Le 1er quart se finit sur le score de 34-24 et une certaine impression de facilité dégagée par le double tenant du titre.

Le deuxième quart débute sur les chapeaux de roue avec un 6-0 encaissé par les 76ers en 1 min 20. Ce sont les Floridiens qui jouent le jeu de contre attaque dont ils sont les dépositaires depuis maintenant 3 ans. On perçoit que la soirée va être très très longue. Le seul moment intéressant se situe lorsque l’on apprend par Molly Sullivan qu’Obama était fan des 76ers au début des années 80. Traître !!

Le Spence distille toujours autant de caviars, lui qui se rêvait en Gary Payton dans sa tendre enfance (40-27). En revanche sa défense laisse toujours autant à désirer. Ce qui ne laisse peu de doutes sur l’issue finale. Les Floridiens, sans forcer, appliquent leur jeu à la perfection et nos protégés ne semblent pas en mesure de les contrarier. Hier soir, Chris « Boss » était de sortie et après leur visite à la Maison Blanche, il était certain que Hawes le républicain passerait une sale soirée en défense (46-32).

Petit moment de doute lorsque Turner et James Anderson accrochent le King en contre attaque. La faute flagrante n’est pas sifllée et le Heat mène toujours largement les débats (48-35). Incroyable séquence juste après : Brique de MCW à 3pts, rebond de Hawes juste en dessous du cercle et tentative de dunk totalement ridicule, nouveau rebond de Thad à 1m50 du cercle et nouveau raté, cette fois plus improbable. Vous avez raté le match ? Cette action le résume parfaitement ( 4’18 à jouer en 1ère). Les Philadelphiens shootent alors à 32% (ils finiront à 37)… Hawes est tellement faible que Bosh se permet même de le laisser tout seul sous le cercle. Belle passe de MCW (52-39  2’35 à jouer). Les 76ers ont shooté à 1/12 à 3pts lors de la première mi-temps qui se conclue sur un 58-41 annonciateur.

Le 3ème quart, vu à la lumière de ma soirée bien arrosée, n’est qu’une formalité. Le Heat gère son avance et possède une grosse facilité de pénétration, bien aidée il est vrai par nos bigs. Si il y a bien quelque chose à retenir de cette période : WE NEED NERLENS !!

Carter-Williams est inefficace au possible et reviennent à vous les 10 dernières minutes de son « scouting report » pré draft…

Le 4ème quart s’apparente ainsi à un bon vieux garbage time, le Heat menant de 18 points à son entame. Vous y trouverez des fulgurances de LBJ, notamment sur 2 superbes passes pour faire remonter l’écart à 17 points. C’est le duel de ce dernier acte : Le double MVP contre…Brandon Davies. Merci à Sam Hinkie pour nous offrir de si beaux moments de basket. Dedmon se débat comme un beau diable, tout heureux de se voir offrir une chance de jouer contre les meilleurs ballers de la planète. Heureusement pour nous, l’honneur est sauf grâce à Hollis Thompson qui plante un 3 points avec la faute de Battier en prime. Wroten joue son trublion habituel, en dépit de son peu reluisant 4/13 et surtout de son 4/8 aux LF. Je t’aime bien Tony, mais tu es basketteur professionnel en NBA et arrière. Tu ne peux décemment continuer à jouer dans cette ligue si tu ne shootes pas mieux que DH sur la ligne de réparation.

C’était un match que nous étions supposés perdre, et nous l’avons perdu de façon convaincante ! Wiggins m’entends tu ?

Les Highlights

 

La Box score

Box score Heat @ 76ers 17:01:14

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top