La statistique du jour

Michael Carter-Williams aime les back-to-back

Dans une organisation où les statistiques avancées sont prises avec sérieux, Michael Carter-Williams reste un excellent client pour les statistiques les plus brutes, celles qui font les ROY. A cet égard, fort du plus large temps de jeu, il domine les rookies dans chaque catégorie statistique si ce n’est les contres : 17,7 points, 7,1 passes, 5,7 rebonds, 2,67 interceptions, 3,42 TO pour 8 doubles-double et un TD.

Sa dernière sortie où il a établi sa meilleure marque au scoring (33 points) a également révélé une capacité, bien plus appréciable que sa simple expression comptable, étonnante à prendre ses responsabilités voire élever son niveau de jeu quand celui de ses partenaires baisse.

Une relation causale explicite dans les situations de back-to-back où il excelle quand Evan Turner sombre.

Depuis le début de saison Michael Carter-Williams a pris part à 7 seconds matches d’un back-to-back et le moins que l’on puisse dire c’est que le meneur de jeu rookie n’est pas affecté, puisque dans ces circonstances, il présente des statistiques sensiblement supérieures à sa production moyenne.

Ainsi, en 35,9 minutes de jeu, il produit 21,1 points, 7,6 passes, 5 rebonds tout en présentant un ratio interceptions / pertes de balles positif (2,7 contre 2,6). Plus parlants encore, ses pourcentages bien au-delà de ses standards : 48% au shoot dont 35% derrière l’arc, 71% aux lancers-francs.

A titre de comparaison, le rookie « sous-performe » quand il bénéficie d’un jour de repos (11 occurrences jusqu’à présent) : 14,8 points (à 37% dont un piteux 23% derrière l’arc et 64% sur la ligne de réparation), 6,7 passes, 6 rebonds pour 2,1 interceptions mais 3,8 pertes de balles.

Rassurantes sur la capacité de MCW à encaisser la répétition des matches, ces statistiques s’expliquent essentiellement par la baisse de régime affolante d’Evan Turner.

Ainsi, lors des seconds matches des back-to-back, le second choix de la draft 2010 ne joue pas tout à fait comme un des meilleurs joueurs de la Ligue. En 9 sorties, il ne tourne qu’à 13,7 points à des pourcentages ignobles : 31% au shoot et 12,5% à trois points. Pire, dans ces circonstances il ne réduit pas pour autant son volume de shoots, pas plus qu’il ne se montre plus concentré sur la création pour ses partenaires. Pour le n°12 des 76ers, cette baisse drastique de son apport lors des back-to-back confirme une tendance déjà aperçue les saisons précédentes. Michael Carter-Williams est alors contraint d’assumer le rôle au scoring que ne remplit plus Turner et jusqu’à présent, il le fait avec une certaine réussite. Pour autant ce n’est clairement pas le rôle dans lequel on souhaite voir évoluer le rookie.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top