CR/Résultats

Tanking? Lol

score Sixers @ Kings 2:1:14

Désireux de quitter une équipe qui perd, Thaddeus Young n’adopte visiblement pas la bonne stratégie. Sous son égide, les 76ers gagnent. Après une série de 12 revers consécutifs on the road, Philadelphie se coltinait un road trip à l’Ouest, certes face à quelques équipes du fond de tableau. Après un premier revers logique face aux Suns, les 76ers viennent d’enchaîner trois succès consécutifs. La relative facilité avec laquelle ces victoires ont été acquises fait resurgir les doutes sur la position de la franchise lors de la prochaine loterie. Dans une Conférence Est régie par des anarchistes proscrivant toute hiérarchie claire, les 76ers sont avec un bilan de 11 succès pour 21 défaites, plus proches des Playoffs que du plus mauvais bilan. Une situation qu’ambitionnaient des Kings qui n’ont pas lésiné sur les moyens pour accumuler du talent.

Pire ou mieux, selon que l’on soit collectionneur de billes ou pas, ces 76ers sont capables de l’emporter avec un Michael Carter-Williams peu transcendant. Le meneur de jeu rookie des 76ers a certainement livré son match le moins abouti depuis le début de la saison, forçant inutilement des lay-up et laissant son vis-à-vis shooter dans sa zone de confort. Avec lui sur le parquet les 76ers ont présentent un bilan presque équilibré (10 victoires pour 11 défaites) mais plus parlant encore. Quand Brett Brown peut aligner son meneur rookie, Evan Turner, Thaddeus Young et Spencer Hawes, ce qui ne s’est produit qu’à 16 reprises, l’équipe remporte plus de matches qu’elle n’en perd (9-7).

Or pour le déplacement à Sacremento, Brett Brown pouvait compter sur l’intégralité de ses forces vives en dehors des blessés de longue date et de Lorenzo Brown qui récite ses gammes en NBDL. Et c’est on ne peut plus logiquement que les 76ers se sont imposés, préservant leur invincibilité en 2014.

1er quart temps :

Pourtant, le match-up Spencer Hawes / DeMarcus Cousins n’appelait rien de bon et la domination de Boogie sur le républicain ne tardait pas à se faire voir. D’entrée, DMC obtenait une faute de Spencer ce qui deviendra un des fils conducteurs de la partie (19 lancers pour le pivot des Kings).

Michael Carter-Williams commençait idéalement la partie, profitant de son avantage de taille colossal sur Thomas il empêchait le meneur adverse de conclure ses pénétrations et parvenaient en revanche à accéder sans accrocs au cercle. Son activité en défense se traduisait par une première interception qui lui permettait d’initier la contre-attaque. Mais ce solide début de match ne connaîtra pas de suite. Certainement marqué physiquement par le back-to-back, MCW manquera de lucidité et n’aura pas son impact habituel sur la partie.

Sur un reverse de Rudy Gay sur Spencer Hawes qui traînait dans les parages, les Kings prenaient les devants (8-11). DMC dominant à l’intérieur, les 76ers étaient contraints de multiplier les prises à deux sur le pivot, offrant ainsi des espaces et des shoots ouverts pour les extérieurs adverses notamment Thomas (10-14).

Intenable, Cousins poursuivait son entreprise de destruction avec deux points supplémentaires inscrits sur contre attaque après avoir lui même intercepté la gonfle (10-18). Au prisme de ce début de match poussif, on pouvait légitimement se questionner sur l’état de fraîcheur physique du groupe. Mais certainement pas celui « qui est en passe de devenir un des meilleurs de la Ligue » qui assurait au scoring avec 8 des 12 premiers points de son équipe. Jaloux du buzz généré par la passe smashée de Thad face aux Nuggets, Turner en était quitte pour une passe lazer depuis la ligne des trois points pour un MCW qui coupait ligne de fond pour rentrer un de ses 3 paniers de la soirée (14-18).

L’entrée des hommes du banc était favorable aux 76ers. Sur un lay-up de Tony Wroten, Philly prenait deux points d’avance. Le sophomore pas affecté par l’écran de Q. Acy qui le projeta au sol, rentrait un tir primé sur la possession suivante (27-24).

Forts d’un solide pourcentage de réussite (52%), les 76ers terminaient ce premier acte avec 5 points d’avance (30-25). L’accumulation précoce de fautes de DMC n’était pas étrangère au renversement du score. Avec Boogie sur le parquet les Kings menaient de 8 points.

Second quart temps :

La présence de Jimmer Fredette venait apporter un spot-up shooter et densifier la menace derrière l’arc, une arme sous-utilisée jusque-là par les Kings. Mais pas par Lavoy Allen qui s’exerçait une nouvelle fois dans le secteur, sans réussite toutefois. On ne sort pas du royaume du long-deux aussi aisément. Qu’importe Doug Collins doit se retourner dans sa tombe, lui qui interdisait à Thaddeus Young de prendre des shoots primés. En revanche, le public de Sacramento ne manquait pas d’enthousiasme quand il s’agissait de huer Spencer Hawes, ancien de la maison et ardent défenseur du déménagement de la franchise à Seattle, ville dont il est originaire. Ces gens sont bons et ils méritaient de voir leur équipe repasser devant sur un panier d’un Rudy Gay adroit et peu dispendieux (32-33).

Toutefois face à Jimmer Fredette, Tony Wroten filait au cercle sans difficulté, là où MCW ne parvenait pas à conclure (38-35).

Wroten Kings

Le coaching de Brett Brown qui décidait d’apporter de la viande dans la peinture avec Daniel Orton s’avérait payant et DMC se frustrait, glanant au passage une nouvelle faute technique après un accrochage avec…Evan Turner. Sur un and 1 de Spencer Hawes, les 76ers prenaient définitivement les commandes de la partie (42-37).

Suite à une interception de MCW, Thad offrait une avance de 8 longueurs aux 76ers (49-41). Ben McLemore se montrant moins adroit qu’Hollis Thompson derrière l’arc, les 76ers s’envolaient (+11). DMC, ultra dominant (22 points à la pause) manquait cruellement de soutien en dehors de Rudy Gay pour inverser les dynamiques. D’autant plus que Thaddeus Young livrait une nouvelle fois une prestation d’éclat.

Les deux équipes rentraient aux vestiaires sur la marque de 61-51.

Troisième quart temps :

DMC continuait à faire des misères à Spencer Hawes qui écopait de sa quatrième faute après 75 secondes de jeu dans le troisième quart. Ce pauvre DMC subissait alors les assauts des 76ers. D’abord MCW qui devait penser que cela compterait pour le classement des meilleurs intercepteurs tentait de lui arracher des dents, puis Daniel Orton l’envoyait au sol après quelques pas de danse que mes piètres connaissances en la matière ne me permettent pas de caractériser. Quoiqu’il en soit c’est le King qui était sanctionné d’une faute offensive. Un bonheur n’arrivant jamais seul, il écopait d’une quatrième faute sur la possession suivante et retournait donc poser son séant sur le banc tel le premier Kwame Brown venu (65-52).

DMC hors jeu, Rudy Gay prenait ses responsabilités avec une réussite certaine mais Evan Turner s’attachait à lui répondre coup sur coup et l’écart se stabilisait au delà de la dizaine d’unités.

6 points consécutifs de Thaddeus portaient l’écart à son expression maximale (+18).

Il fallait un dunk violent de Derrick Williams pour réveiller une assistance assoupie par les foul troubles de Spencer Hawes. Le trio Thomas, Williams, Thornton apportait suffisamment de talents pour dominer le fond de la rotation des 76ers. Un run de 12-2 ramenaient les Kings à 85-77. Mais une faute technique du meneur de poche des Kings et un lay-up de Tony Wroten permettaient aux 76ers de reprendre le large à l’issue de la période (92-77).

Quatrième quart temps :

A l’instar de la veille face aux Nuggets, le dernier acte n’était qu’une question de gestion de l’écart. A ce petit jeu, Michael Carter-Williams ne se montrait pas particulièrement efficace laissant Jimmer Fredette scorer 7 points consécutifs (94-86). Le moment choisi par Spencer Hawes pour prendre sa 5ème faute. Craignant de devoir se coltiner de nouveau Daniel Orton, DMC l’imitait aussitôt. Il en enlevait son bandeau dans une mystique Lebronienne qui ne portera pas ses fruits.

Pour autant, les Kings ne s’avouaient pas vaincus et Jimmer Fredette rentrait un nouveau shoot primé pour ramener les siens à cinq longueurs avec 9 minutes à l’horloge. Sa série de 12 points consécutifs prenait fin avec un échec derrière l’arc mais D-Will prenait le rebond et s’en allait claquer un nouveau dunk (98-93).

A ce moment-là de la partie, MCW insista inopportunément pour aller au cercle mais parvenait finalement à renter un lay-up puis à initier une contre-attaque après une interception (103-93). La réussite fuyant Jimmer Fredette, les 76ers pouvaient de nouveau gérer leur avance malgré de nouveaux échecs de MCW et les retours sur le parquet de DMC et Spencer Hawes.

Le républicain exclu, les 76ers s’imposent 113-104 et signent une troisième victoire consécutive grâce à un coaching habile de Brett Brown. Thaddeus Young livre une prestation qui ne devrait pas échapper aux GM et Evan Turner se conforte dans l’idée qu’il est un des meilleurs joueurs de la Ligue et qu’il doit donc être payé en conséquence.

Hinkie. Your turn.

Les highlights   

 

Les stats du soir

  • Les 76ers viennent d’enchaîner leur troisième succès de rang on the road (Los Angeles Lakers, Denver Nuggets et Sacramento Kings). Jusqu’alors ils présentaient le bilan d’un succès pour 12 revers en déplacement. Vraiment si forte la conférence Ouest?
  • Les 6 interceptions de Thaddeus Young constituent son record en carrière.
  • Avec un meilleur pourcentage, plus d’interceptions (12 contre 4), plus de contres (11 contre 7) et deux fois moins de TO que leurs adversaires (12 contre 23), les 76ers ne pouvaient laisser échapper cette victoire.
  • Avec un MCW peu transcendant, Tony Wroten (21 points, 3 passes et 4 rebonds) a apporté de l’énergie, du scoring et de la défense sur l’homme en sortie de banc. Son pourcentage sur la ligne de réparation reste une faille béante (8/13).

La box score 

Box score - Sixers @ Kings 2:1:14

Les 76ers en terminent avec leur road trip à l’Ouest avec un déplacement, samedi au Moda Center. Les Blazers les avaient copieusement corrigé au Wells Fargo Center à grands coups de tirs à trois points. L’occasion de voir si les bonnes résolutions des hommes de Brett Brown ont de la consistance.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top