CR/Résultats

Double OT, triple-doubles et finalement victoire pour les 76ers

score Magic @ 76ers 3:12:13

Face à des floridiens en back-to-back privés de Nikola Vucevic, Jameer Nelson et Tobias Harris et dont la rotation sur les 58 minutes s’est concentrée sur 7 joueurs (M.Harkless et S.Jones n’ayant joué qu’à peine 12 minutes à eux deux), les 76ers au complet ont pris leur revanche sur le Magic après…deux prolongations.

A l’instar de l’avant veille, Brett Brown maintenait Hollis Thompson dans le 5 de départ et utilisait James Anderson en sortie de banc. Le premier apporte ses instincts défensifs dans le 5 tandis que le second offre davantage d’options au scoring à la second unit.

1er quart temps : 

Sans Jameer Nelson, Victor Oladipo assumait les responsabilités de la mène, ce qui ne manquait pas de donner une saveur particulière à son face à face avec Michael Carter-Williams. Face à des floridiens certainement usés par leurs efforts de la veille, les 76ers tentaient d’imposer un tempo effréné ce qui se matérialisait par des pertes de balles récurrentes mais aussi de nombreux paniers faciles en contre-attaque. Avec une place dans le 5, Hollis Thompson retrouvait son adresse extérieure et rentrait deux shoots primés (9-13) tandis que de l’autre côté du parquet Maxiell travaillait Spencer Hawes au poste.

Jusqu’alors les deux rookies restaient discrets, Aron Afflalo assurait le scoring pour le Magic (14 points dans le premier quart) là où la marque était bien répartie chez les 76ers. Le coast-to-coast du rookie du mois de novembre qui chipait la gonfle des mains d’Afflalo avant d’aller conclure au cercle signait la première action d’éclat d’un duel en maturation.

La fin du premier quart été hachée par les 15 lancers obtenus par le Magic dans la période. C’est d’ailleurs sur un and 1 de l’inévitable Afflalo que les hommes de Vaughn prenaient le premier avantage significatif (32-27) juste avant le terme du premier quart (34-29).

Second quart temps : 

Le début du second quart était des plus brouillons. La second unit peinait à scorer. James Anderson, toujours en délicatesse avec son shoot extérieur se montrait néanmoins agressif. En défense, le Magic était autorisé à prendre des shoots non contestés (série de 10 paniers rentrés sur 12 tentatives) notamment Glen Davis qui enchaînait les mid-range. L’écart prenait ses plus grandes proportions en faveur des visiteurs (43-34).

Le retour des titulaires remettait de l’ordre dans le jeu des 76ers. Victor Oladipo et Michael Carter-Williams pouvaient reprendre leur duel. Ils se répondaient coup sur coup par lay-ups interposés (47-40) avant que MCW ne ramène les 76ers à 5 points suite à un rebond offensif. Sur la possession suivante il récupérait la balle délaissée par Harkless et initiait une contre attaque conclue par un alley-oop entre Turner et Thaddeus Young (47-44). A la faveur d’un and 1 du meneur rookie, les 76ers recollaient au score puis prenaient l’avantage après un nouveau panier consécutif à un rebond offensif du même MCW (53-55). Incongruité de la partie, Evan Turner obtenait la faute alors qu’il était allé au sol de son propre chef  et les deux équipes rentraient aux vestiaires sur la marque de 57-58.

Troisième quart temps : 

Malgré sa réussite insolente à mi-distance, les 76ers laissaient Glen Davis libre en tête de raquette  et à l’opposé du parquet le Magic ne parvenait pas à empêcher les 76ers de terminer leurs actions au cercle quitte à ce que ces derniers récupèrent le rebond offensif (12-3 dans le domaine après 4 min 30 dans le Q3). Chacune des deux équipes empilait les points (70-71) jusqu’à ce que sur un trois points de Thaddeus Young et un mouvement d’arrière de Spencer Hawes, les 76es prennent les devants (70-76).

Oladipo envoyé sur la ligne mettait fin à la série des Sixers et le duel de rookies reprenait ses droits sur une séquence où après un échec du numéro de la draft à 3 points face à MCW, ce dernier rentrait un shoot primé sur le nez de son vis-à-vis (72-81). Il manquait toutefois l’opportunité de creuser définitivement l’écart sur la possession suivante.

Face à des floridiens qui n’avaient pas rentré le moindre panier depuis 4 minutes, les 76ers prenaient 11 points d’avance. Pour gonfler la table de marque, le Magic s’en remettait à Victor Oladipo qui obtenait une nouvelle faute. Les maladresses des 76ers symbolisaient par la passe transversale complètement foirée d’un Tony Wroten pour une fois mauvais en direction d’Elliot Williams. Avec 3.9 sec à jouer, Victor Oladipo parcourait tout le terrain pour scorer et ramener les siens à 5 longueurs avant le dernier acte.

Quatrième quart temps :

Le quatrième quart temps débutait sur une turnover party de haut vol. Seul un lancer d’Aron Afflalo boostait le score au cours de trois minutes où aucun panier n’était rentré. Michael Carter-Williams et Victor Oladipo, décidément inséparables se mesuraient sur la ligne de réparation. Si Oladipo se montrait impeccable dans l’exercice (8/8), MCW n’en réussissait qu’un sur deux mais se chargeait de récupérer son propre rebond (87-91).

Excessivement brouillons (4/12 au shoot, 6 turnovers), les 76ers conservaient toutefois 7 points d’avance. Un répit de courte durée puisque à la suite d’un tir primé d’Afflalo oublié par Turner, et deux shoots à mi-distance de Glen Davis, le Magic égalisait (96-96). Ils prenaient même l’avantage après une perte de balle de MCW.

A 94 secondes du terme de la partie, Philly menait 100-98 et les deux rookies présentaient des lignes de stats éloquentes.

MCW vs Oladipo

Michael Carter-Williams rajoutait deux points après avoir capté un nouveau rebond offensif (98-102). Sur la possession suivante Aron Afflalo parvenait à rentrer un shoot primé sur la tête de Thaddeus Young mais ce dernier bien servi par MCW redonner 3 points d’avance aux 76ers. Un écart annulé par un tir à trois points de…Glen Davis qui envoyait les deux équipes en prolongations puisque Turner manquait le game winner.

Première prolongation

Michael Carter-Williams puis Evan Turner répondaient à Andrew Nicholson (106-108). Encore envoyé sur la ligne des 5 mètres, Victor Oladipo manquait son premier lancer de la partie mais sur le rebond Turner ne parvenait à maîtriser la gonfle et la possession revenait au Magic. Glen Davis donnait alors l’avantage aux siens, rapidement retourné par un nouveau panier à 3 points de Thaddeus (le 23ème changement de leader du match, 109-111). Les 76ers prenaient 5 points d’avance sur un and 1 de James Anderson idéalement servi par MCW sous le cercle.

La fin de cette période se résumais à un double duel entre les rookies et les deux meilleurs scoreurs des deux franchises. Evan Turner était incapable de stopper Aron Afflalo. Pis encore, il lui offrait un and 1 (112-114). Avant que MCW et Oladipo se répondent une nouvelle fois (114-116).

Excessivement maladroit dans l’exercice depuis le début de saison, Thaddeus Young ne tremblait pas sur la ligne de réparation et donnait deux quatre points d’avance à 27 secondes de la fin (114-118). Sur la possession suivante, MCW passait à quelques centimètres de l’action décisive de la partie mais au lieu de la gonfle il arrachait la main de Victor Oladipo. Le n°5 du Magic ne rentrait qu’un seul de ces deux lancers.

Vient alors le tour de l’action de la partie. Dans un élan de tanking, Evan Turner, une nouvelle fois en retard sur Aron Afllalo commettait une faute alors que son adversaire avait dégainé son shoot derrière la ligne des 7 mètres 23. Par chance, ce dernier n’était pas converti mais Afflalo héritait de trois lancers pour égaliser. Une opportunité sur laquelle il ne crachait pas (118-118). Si les 76ers disposaient toujours d’une possession pour l’emporter, le même Evan Turner préférait s’allonger sur le sol. Seconde prolongation.

Si on se fie à son expression, Brett Brown n'avait visiblement pas demandé à Evan Turner de faire perdre le match aux 76ers.

Si on se fie à son expression, Brett Brown n’avait visiblement pas demandé à Evan Turner de faire perdre le match aux 76ers.

Seconde prolongation :  

Tournant du match, Evan Turner commettait une faute offensive, sa sixième de la rencontre. Fouled out. Michael Carter-Williams prenaient les commandes du jeu, ajoutait un point sur la ligne des lancers francs (118-119) puis après avoir manqué son lay-up, s’emparait du rebond offensif avant de servir parfaitement James Anderson (118-121).

Après avoir capté seulement trois rebonds jusque-là, Spencer Hawes en gobait 4 en autant de possessions et MCW rajoutait deux nouveaux points (120-123). La fin de match était entrecoupée d’incessantes sessions vidéos des arbitres. Carter-Williams obtenait son triple double sur une « passe décisive » pour Thaddeus Young dont le floater donnait 5 unités d’avance aux 76ers (120-125). James Anderson avait l’occasion de mettre fin au suspens mais il préférait manquer ses deux lancers et permettre à Oladipo d’arracher son 10ème rebond synonyme de triple-double.

A 122-126 et moins d’une seconde à jouer, Aron Afflalo gonflait son record au scoring en carrière (43 points). Evan Turner était sur le banc, personne n’a donc eu la bonne idée de commettre la faute. Les 76ers s’imposent (125-126) et passent devant le Magic au classement avec un bilan de 7 victoires pour 12 défaites.

Face à une équipe décimée par les blessures et qui plus est en back-to-back, les hommes de Brett Brown ont eu besoin de deux OT pour arracher la victoire. Profitez-en, elles vont irrémédiablement se raréfier.

Les stats du soir. 

  • 43. Aron Afflalo a rentré pas moins de 43 points face aux 76ers. Mais qui pouvait bien « défendre » sur lui? 
  • 2. Michael Carter-Williams et Victor Oladipo ont poussé la lutte pour le titre de ROY à son paroxysme en postant chacun un triple-double. Il s’agit du premier de leurs jeunes carrières. C’est aussi la première fois dans l’histoire de la Ligue que deux rookies réalisent une telle performance dans le même match.
  • John Finger de CSN Philly a exhumé les cahiers d’histoire de la franchise pour nous sortir une stat éloquente sur les plus longues séries de matches avec au moins un panier primé inscrit. Spencer Hawes en est à 18. Loin, loin derrière Dana Barros (58) mais seulement à 3 longueurs de la meilleure série d’Allen Iverson.
    • Le top 12 en la matière : Dana Barros (58), Kyle Korver (28), Jodie Meeks (25), Korver (25), Barros (22), Korver (22), Allen Iverson (21), Korver (21), Hersey Hawkins (20), Meeks (19), Spencer Hawes (18), Korver (18)
  • 50%. Grâce à une meilleure adresse derrière l’arc et à une domination nette au rebond (56-34), les 76ers parviennent à s’imposer en ayant laissé le Magic shooter à 50%.

 

Les Highlights

La box score

Box score Magic @ Sixers 3:12:13

 

Retour sur les parquets vendredi pour les 76ers qui s’en iront défier les Bobcats sur leur parquet avant de rejouer dès le lendemain au Wells Fargo Center face aux Denver Nuggets.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top