CR/Résultats

Hello, bilan négatif. Here we are.

résultats sixers @ pelicans 16:11:13

Comme prévu, Michael Carter-Williams n’était pas en tenue pour la première opposition de la saison face aux Pelicans. Tony Wroten héritait donc une nouvelle fois du poste de meneur titulaire et Brett Brown reconduisait le 5 qui a renversé les Rockets au Wells Fargo Center et qui s’est incliné la veille face aux Hawks. Du côté de la Nouvelle Orléans, Monty Williams ne profitait pas du retour de Ryan Anderson pour modifier son cinq de départ, préférant laisser Jason Smith débuter aux côtés de Jrue Holiday, Eric Gordon, Al-Farouq Aminu et Anthony Davis.

Ce dernier ne tardait pas à se mettre en évidence. Sa présence proche du cercle annihilait les tentatives de Thaddeus Young servi sous le cercle par un Tony Wroten parti au drive. Le premier choix de la draft 2011, impressionnant depuis le début de saison, sortait 3 contres sur Thaddeus Young au cours des 7 premières minutes de jeu.

Les Pelicans creusaient le premier écart significatif de la partie sur un tir primé de Ryan Anderson tout juste de entré en jeu (17-24) qui faisait suite à quatre points inscrits en pénétration par Tyreke Evans. Sur la même séquence, les 76ers avaient manqué deux shoots ouverts derrière l’arc, d’abord par Hollis Thompson qui ne retrouve pas l’adresse qui était la sienne à l’Université et par Evan Turner qui gratifiait le public d’un énorme…air-ball. Puis sur la possession suivante, Anthony Davis s’en allait bâcher Evan Turner qui pensait pouvoir finir au cercle.

L’entrée des joueurs du banc pennsylvanien déréglait le jeu des 76ers et Evan Turner lançait un nouvel air-ball, contraint de prendre un shoot près de son camp suite à une mésentente avec Darius Morris. Un contraste bien sévère avec la réussite de Ryan Anderson qui rentrait un nouveau 3 points pour donner 12 points d’avance aux Pelicans. La domination des locaux s’exprimait de manière limpide sur les deux possessions suivantes pour les 76ers. La première vit les hommes de Brett Brown perdre la gonfle après avoir été incapables d’en faire quoique ce soit pendant 24 secondes, puis sur la seconde devrait faire le tour des top 10 dominicaux, tant le contre d’Anthony Davis (le cinquième de ce premier quart-temps) fut violent. Sa victime? Evan Turner.

Les 76ers accusaient déjà 12 points de retard à l’issue du premier quart (22-34). La blessure de Michael Carter–Williams et la situation de back-to-back ne laissaient peu d’espoir d’assister à un come-back. La perte de balle des plus ridicules de Darius Morris qui tentait une passe à un partenaire imaginaire, suivie par un tir primé de Roberts sur le nez du même Morris (22-39), donnait un peu plus de vigueur au constat. Les 76ers allaient passer une mauvaise soirée. Après un début de rencontre où ils firent jeu égal avec les Pelicans, les 76ers ne parvenaient plus à rentrer un shoot restant sur un 3/16 après avoir rentré 8 de leurs 13 premières tentatives.

Le calvaire se poursuivait avec un Jason Smith qui voulait prendre sa part dans la block party du soir, sans pour autant délaisser le rebond offensif et la réussite à mi-distance. Le pivot des Pelicans faisait passer l’écart au delà de la vingtaine d’unité (24-45). Un total visiblement pas suffisant pour Evan Turner qui n’était pas rebuté par la perspective de faire des passes à…Anthony Davis. La permissivité de la défense des 76ers présentait au moins le mérite de permettre à Tyreke Evans de faire étalage de sa panoplie de mooves (12 points à 5/5 à ce moment de la partie : 29-54). Les deux équipes rentraient aux vestiaires sur la marque de 46-67.

Les 76ers n’avaient plus rien à espérer dans cette partie, et Brett Brown en profitait pour laisser ses titulaires au repos qui auront bien besoin de recharger les batteries avant d’aller défier les Mavs sur leur parquet lundi.

Les hommes du banc, ont tenté de faire bonne figure à l’image d’un Brandon Davies qui se bat sur chaque ballon ou d’un Darius Morris qui, avec 20 points, termine meilleur scoreur de Philly. Bien insuffisant pour éviter la première véritable correction de la saison (98-135).

Au prix d’une débauche d’énergie sans répit, les 76ers sont parvenus à donner du plaisir aux fans. Au prix de prestations individuelles exceptionnelles, ils sont parvenus à glaner plus de succès qu’escompté. Sans performances d’éclat de ses titulaires et sans une implication sans faille, les 76ers redeviennent la mauvaise équipe que Brett Brown est parvenu à transformer en équipe séduisante. En back-to-back à l’extérieur, la correction reçue par les Pelicans peut relever de l’incident de parcours, ou n’être qu’un aperçu de la suite de la saison. Les deux matchs des 76ers au Wells Fargo Center, la semaine prochaine face aux Raptors et aux Bucks servira de baromètre des capacités effectives de ce groupe. En attendant, les hommes de Brett Brown iront défier Dallas, lundi. Ils restent sur 7 revers consécutifs dans le Texas. Les Mavs sont quant à eux à 4-0 sur leur parquet cette saison.

Les Highlights. 

Les stats du soir.

  • 4. Après 10 matches à 18 points ou plus, Evan Turner a arrêté de marcher sur l’eau pour couler sous l’effet des contres d’Anthony Davis et de son incapacité à se remettre de ses échecs.
  • 60,5%. Les 76ers ont laissé les Pelicans shooter à 60,5%.
  • 5-6. A l’issue d’une défaite de 37 points, les 76ers entrent pour la première fois de la saison dans le négatif. Pour ne jamais en ressortir? Ils présentent un bilan de 2-6 avec 5 matchs au Wells Fargo Center depuis leur étonnant début de saison qui les avait vu enchaîner trois victoires consécutives.
  • 20. Avec 20 point, Darius Morris termine meilleur scoreur des 76ers.
  • 8. Pas moins de 8 joueurs des Pelicans ont terminé la partie avec 10 points ou plus.
  • 6. Le seul Ryan Anderson a rentré autant de tirs primés que l’ensemble des 76ers.

La box score

Box score Sixers @ Pelicans 16:11:13

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top