CR/Résultats

Les Sixers punissent les Celtics

Résultat Boston Celtics @ Philadelphia Sixers 11:10:13

Face aux Celtics, Brett Brown a reconduit le même cinq de départ que lors des deux premiers matchs avec Michael Carter-Williams, James Anderson, Evan Turner, Thaddeus Young et Spencer Hawes. Devant une salle encore vide, les deux équipes ont livré un spectacle indigent au cours des deux premières minutes, enchaînant les TO et les briques. Dans cette entame brouillonne, les Celtics maladroits au shoot et absents au rebond (15 rebonds à l’actif des 76ers contre 6 pour les verts après 9 min 30) restaient dans la partie à la faveur des innombrables pertes de balles des Sixers. Semblant manquer de rythme et de cohésion, les hommes de Brett Brown se reprirent au fil de la rencontre à l’image d’un Thaddeus Young méconnaissable en début de rencontre qui a par la suite joué à la perfection sa partition (20 points, 6 rebonds).

Menés d’un point à l’issue du premier quart, les Sixers prirent définitivement les commandes de la partie lors du second quart, infligeant un 10-0 pour mener 50-35. Sous l’effet des pénétrations récurrentes bien qu’inabouties des arrières, Tony Wroten en tête, les Celtics laissaient des espaces et des shoots ouverts à Spencer Hawes (17 points, 7 rebonds, 2 contres) et James Anderson (16 points, 6 rebonds). Dans ce second quart, le Républicain scorait 13 points dont 3 tirs primés sur 4 tentatives. A la mi-temps, les Sixers tournaient à 51,2% au shoot dont 50% derrière l’arc. Et comme les Sixers, restent les Sixers…50% sur la ligne des 4 mètres 60.

A 54-38 au retour des vestiaires, l’issue du match ne faisait plus de doutes tant les hommes de Brad Stevens ne parvenaient pas à rentrer leurs shoots. Les remplaçants obtinrent alors davantage de temps de jeu, et sans surprise, l’écart diminua quand Brett Brown alignait simultanément sur le parquet : Darius Morris, Khalif Wyatt, Vander Blue, Mac Koshwal et Lavoy Allen. Le public du Bob Carpenter Center a été initié à la NBA D-League avant même que la saison des Sevens ne débute.

Parmi les jeunes prospects dont l’avenir à Philadelphie n’est pas assuré, Vander Blue s’est de nouveau distingué par son activité en défense et comme ce soir, il a rentré ses shoots, il pourrait bien passer devant un Khalif Wyatt qui n’a, une nouvelle fois, obtenu que des miettes de temps de jeu (4 petites minutes). Le alley-oop entre MCW et l’ancien de Marquette restera l’image de la partie pour les afficionados de highlights.

Les Celtics reviendront bien à -5 lors du quatrième quart, mais avec un Jeff Green mis sous l’éteignoir par un Evan Turner solide, ils ne purent se faire des illusions. Les Sixers remportent leur second match en trois rencontres de pré-saison. La rotation s’affine. Prochaine étape lundi, au Wells Fargo Center face aux Nets.

Le fait marquant de la nuit

Brett Brown ne s’est pas dédit. Il a bien fait jouer Royce White au Bob Carpenter Center. Le n°30 des Sixers est entré à 6’03 de la fin du premier quart en remplacement de Spencer Hawes. Pour son premier ballon, il récupérait un rebond défensif avant de partir au cercle adverse dans un coast to coast où sa conduite de balle pour son gabarit a fait merveille. Puis, certainement avec un peu trop d’envie de bien faire et un manque criant de rythme, il a accumulé les fautes. 4 en 2 minutes 42 dont deux sur des écrans. A ce stade de la saison, cet excès d’envie peut difficilement lui être reproché. Malheureusement, ces fautes ont contraint Brett Brown à écourter son passage sur le parquet, le remplaçant par un autre néophyte sous les couleurs de Philly, Nayal « Mac » Koshwal. A son retour sur le parquet, l’ancien rocket a profité de sa puissance pour provoquer deux lancers et claquer un dunk pour présenter au final une ligne de stats de 5 points (à 2/6), 3 rebonds, 1 interception et 2 pertes de balles en moins de 10 minutes de temps de jeu.

Toujours prolixe sur les réseaux sociaux, Royce White a livré son sentiment sur son premier match avec les Philadelphia Sixers.

 

Les stats du soir

+21. Lors des 30 minutes que Michael Carter-Williams a passé sur le parquet, les 76ers ont marqué 21 points de plus que les Celtics.

0. Soumis à la pression constante d’Avery Bradley qui le défendait tout-terrain, celui qui fêtait ses 22 ans la veille n’a pas fait de cadeaux à son vis-à-vis, ne concédant aucune balle, tout en profitant de son avantage de taille pour réaliser des passes qui firent souvent mouche. Autrement dit, sous la pression constante d’un des meilleurs défenseurs extérieurs de la Ligue, il est parvenu à rester lucide et à distribuer opportunément le jeu.

La présence de Tony Wroten à l’entraînement est sans conteste un élément de choix dans la progression au quotidien de Michael Carter-Williams, qui dans sa gestion de la gonfle hier soir, n’était pas le même joueur que lors de ses débuts en Summer League.

La box score 

Box score Celtics @ Sixers 11:10:13

Les highlights

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top