L'interview d'en face

L’interview d’en face – Boston Celtics

Les Sixers reviennent sur le territoire américain après une petite semaine passée en Europe. Pour leur retour, ils inaugureront le 11 octobre, le parquet du Bob Carpenter Center où évoluera la saison prochaine la franchise affiliée des 76ers en NBA D-League, les Delaware Sevens. Pour un tel évènement quoi de mieux comme adversaire que le rival historique des Boston Celtics. Le calendrier ne nous avait pas permis la saison dernière d’organiser une interview d’en face avec l’équipe de CelticsFr que vous retrouverez sur leur site, c’est désormais chose faite.
Là où la stratégie à court et moyen terme des Philadelphia Sixers est limpide, celle des Boston Celtics interroge et divise les observateurs. Certains les voient lutter pour les playoffs, d’autres les voir profiter de l’absence de Rajon Rondo et des départs de Paul Pierce et de Kevin Garnett pour amorcer un processus de reconstruction qui les verrait occuper les bas fonds de la conférence Est la saison prochaine. A quel type de saison, vous attendez-vous pour la franchise aux 17 titres? 
Léo : Clairement, les playoffs ne sont pas visés et je doute d’ailleurs qu’ils soient accessibles. Les premières semaines de compétition seront très dures de par le calendrier et l’absence de vécu collectif significatif. La fin de saison devrait être néanmoins plus intéressante à suivre, même si les playoffs seront probablement hors de portée.
Avec des joueurs arrivés en provenance de Brooklyn qui n’ont pas nécessairement vocation à s’éterniser dans le Massachusetts à l’instar de Wallace ou Humphries auxquels on peut ajouter Brandon Bass ou Courtney Lee, Brad Stevens sera t-il libre dans l’organisation de sa rotation? Ou bien la nécessité de mettre en valeur ces joueurs d’ici à la deadline sera un impératif stratégique trop fort?
Léo : Danny Ainge va bien évidemment chercher à faire jouer les gros contrats pour optimiser leur valeur sur le marché des transferts. Et tant mieux. Ce sont des joueurs d’expérience qui sauront tenir le vestiaire et conseiller les jeunes pour préserver leur moral malgré les défaites qui risquent de s’accumuler. Pour la suite, je pense qu’il y aura un avant/après Rondo. D’ici à son retour, beaucoup de combinaisons auront été testées en vue de trouver des automatismes. Rondo étant un joueur capable de rendre meilleur n’importe qui, la seconde adaptation en sa présence se fera facilement.
A quel arbitrage devons nous nous attendre entre le développement des jeunes pousses (Bradley, Brooks, Sullinger, Olynyk) et la nécessaire mise en avant des joueurs susceptibles d’être placés sur le marché?  
Léo : Leur heure viendra lors de cette deuxième partie de saison à laquelle je fais référence plus haut. La trade deadline sera encore une fois une date-clé. Qu’il y ait des transferts ou non, l’équipe au complet aura d’ici-là trouvé ses marques et le jeu en transition que souhaite pratiquer Stevens devrait être appliqué.
Après une saison blanche suite à ses problèmes de santé, Jeff Green a justifié la confiance que lui avait accordé la franchise en lui offrant un contrat sur 4 ans après son opération. Pour autant à 27 ans, il n’est plus à proprement parler un prospect et va se retrouver jusqu’au retour de Rajon Rondo avec le statut de go to guy des C’s. Les attentes autour du joueur ne sont-elles pas trop grandes eu égard à son inconstance? 
Léo : Je ne pense pas. Les attentes sont énormes, mais le contexte s’y prête. Nous n’avons vu que des bribes de son talent, des balbutiements. Cette année, tout est mis en place pour qu’il justifie pleinement son contrat. La première partie sans Rondo risque d’être plus compliquée pour lui, évidemment : il devra être un danger permanent et capable de se créer son tir, sans trop s’épuiser en défense. Je pense qu’il en est capable et que le coach le mettra dans de bonnes conditions à cet égard.
Si on vous offrait la possibilité de piocher un joueur dans le roster des Philadelphia Sixers, lequel prendriez-vous pour les Celtics? Et pourquoi? 
Léo : Le pick 2014 compte-t-il ? Sinon, Nerlens Noel. J’y crois dur comme fer à ce joueur, même si je sais qu’il faudra du temps pour que ce choix porte ses fruits. Je m’étais beaucoup penché sur ce joueur avant la draft puisque tout le monde l’envoyait chez mes Cavs, et il a des instincts qui me plaisent énormément. J’apprécie également sa mobilité et son faible poids ne me gêne pas, car il n’est pas le premier intérieur filiforme à poser ses valises dans la ligue. Et puis honnêtement, je ne crois pas qu’il puisse être catalogué comme injury prone à cause d’une grave blessure.
Un pronostic pour cette rencontre de la plus haute importance? 
Léo : Jordan Crawford en stepback à 8m du panier au buzzer 50 – 48 Philadephia Sixers

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top