Summer League Orlando - 2013

Le scouting report : Philadelphia Sixers vs Orlando Magic

Magic-76ers - Summer League - Score

Face au Magic d’Orlando, les Philadelphia Sixers avaient l’occasion de devancer leurs rivaux du soir au classement et s’éviter de jouer la finale pour la dernière place face aux Nets. Ce fut chose faîte jusqu’à 4.4 secondes du terme de la partie, quand à 89-88 en faveur des 76ers, Victor Oladipo marquait en dépit du marquage de Michael Carter-Williams, le panier de la gagne.

Avant derniers au classement après 4 journées, les Sixers affronteront les Nets aujourd’hui à 22h pour éviter le plus mauvais bilan de la Summer League.

Magic vs 76ers - Summer League - Box Score

Le même cinq que face au Thunder était aligné par Mike Curry : Michael Carter-Williams, Travis Leslie, Rodney Williams, Arnett Moultrie et Micheal Eric.

En signant un solide double-double (23 points, 12 rebonds dont 8 offensifs) Arnett Moultrie a réalisé sa meilleure prestation depuis le début de la Summer League. Il a aussi permis à son équipe de rester dans la partie en étant omniprésent lors du troisième quart. Ses coéquipiers l’ont servi sous le cercle et il a su mettre à profits les ballons reçus dans la raquette : en concluant lui-même ou en distillant des caviar pour son partenaire du secteur intérieur. Sans surprise, sa défense reste au mieux passive. Et alors qu’il semble ne pas vouloir laisser échapper le moindre rebond offensif, sous son propre cercle il est rarement déterminant.

S’il a beaucoup shooté (22 tirs), l’essentiel de ses tentatives l’ont été à proximité du cercle. Il a limité le recours à ses longs tirs à deux points peu rentables sur le long terme. Il s’est toutefois offert le luxe de tenter un tir ouvert dans le corner qui n’avait rien de plus ridicule que le premier shoot longue distance de James Southerland.

L’ancien de Syracuse a eu le mérite de réaliser sa meilleure partie depuis qu’il est arrivé en Floride. Arrivé avec le statut de shooteur extérieur, le partenaire de jeu de Michael Carter-Williams chez les Orangemen peinait à régler la mire. Face au Magic, il a commencé par un tir ubuesque alors qu’il était seul sur la ligne des 3 points avant de prendre feu. Sa réussite au shoot au cours des deuxième et troisième quarts n’est pas étrangère au retour des 76ers dans la partie. Il termine le match avec 15 points à 5/10 dont 2/4 derrière l’arc auxquels il convient de rajouter 6 rebonds.

L’absence de shooteurs longue distance sous contrat avec les 76ers (seul J-Rich présente ce profil) pourrait offrir à Southerland une invitation pour les trainings camps voire une place dans le roster. Une place que Justin Holiday compte bien conserver en début du départ de son frère à la Nouvelle Orléans. Appelé sur le terrain pendant 26 minutes, Holiday a pris de bons shoots notamment sur des passes de MCW qui avait préalablement attiré les défenseurs en attaquant le cercle. Avec un ratio de 4/10, il termine à 11 points.

Peu utilisé, Micheal Eric a tenté de démontrer qu’il n’était pas un joueur unidimensionnel susceptible d’aider que d’un côté du parquet. En délicatesse en défense face aux mooves de Nicholson, il a pris sa chance de l’autre côté du parquet. On le connaissait agressif dans la lutte pour la position préférentielle au rebond, il s’est attaché à mettre cette même énergie pour attaquer le cercle. Son alley-oop sur une passe de Wyatt restera dans les images fortes de la partie. On retiendra surtout qu’il a provoqué presque autant de fautes qu’il en a commises. Si rien ne garanti qu’il sera invité aux training camps, il est définitivement passé devant Zeke Marsahall qui n’est pas sorti du banc. Motum, Cooper, Mbakwe lui ont tenu compagnie.

Après sa perf à 25 points face à Indiana, Khalif Wyatt a été utilisé avec parcimonie par Mike Curry. La décision des 76ers semble être actée le concernant. On devrait le retrouver aux training camps. En 13 petites minutes, il n’est pas parvenu à rentrer le moindre shoot en dehors de ses lancers. Là où Travis Leslie est utilisé aux côtés de MCW, Wyatt est appelé sur le parquet pour remplacer le meneur. Rappelons, que le 11ème choix de la dernière draft est le seul meneur de métier de l’effectif des Sixers.

Rodney Williams, qui a signé un contrat non garanti avec les 76ers au lendemain de la draft n’a eu le droit qu’à 11 minutes de temps de jeu au cours desquelles il a signé un dunk puissant sur transition, distribué 3 passes décisives et bloqué un shoot.

Travis Leslie a lui eu davantage de temps de jeu. Il a une nouvelle fois était intéressant en défense et discret offensivement. Blessé à l’aine à son arrivée en Floride, Leslie est certainement limité physiquement et il gagnerait à être revu.

Michael Carter-Williams et Arsalan Kazemi furent les sixers les plus sollicités. Les deux joueurs draftés par Sam Hinkie, le 27 juin dernier ont laissé entrevoir une belle complicité sur le parquet. A plusieurs reprises, Michael Carter-Williams a idéalement servi l’iranien parti en direction du cercle. Leur tentative de alley-oop manquée n’altère pas leur bilan collectif.

Après quatre rencontres de Summer League, les qualités du premier iranien drafté en NBA sont connues : sens du rebond, intensité défensive, vitesse de mains, lecture des lignes de passes, lutte sur chaque possession. Kazemi présente toutefois une palette offensive plus que limitée. Son sous dimensionnement interpelle quant à son poste dans la Grande Ligue. Face à Nicholson, il a souffert et il apparaît de plus en plus évident qu’il ne sera pas en mesure de défendre les plus solides postes 4 de la Ligue.

Michael Carter-Williams passait de son côté un véritable test face à un Victor Oladipo utilisé à la mène par Orlando. Et le moins que l’on puisse dire c’est que le meneur des sixers a souffert des deux côtés du parquet. L’ancien d’Indiana lui a imposé une défense sur l’homme qui l’a conduit à multiplier les turnovers (8). A sa décharge, il en a aussi provoqué une poignée chez son adversaire direct. MCW dispose d’une rapidité de mains qui en fait un intercepteur de haut niveau, toutefois cette volonté de chercher l’interception est risquée et lorsqu’elle s’avère infructueuse pénalise la défense du n°1 de Philadelphie. L’efficacité du step back d’Oladipo sur la dernière possession des floridiens doit autant à la propreté du mouvement qu’à la mise hors jeu de MCW suite à sa tentative d’interception.

Toujours en délicatesse avec son shoot, Carter-Williams a moins insisté que la veille. Il termine malgré tout avec un 3/10 peu enviable. Lors de la seconde mi-temps, il a reproduit des schémas de jeu qui avaient bien fonctionné face aux Rockets. Profitant de son first step, il a cherché à pénétrer dans la raquette adverse afin non pas de tenter des lay-up contestés mais de transmettre la balle à ses partenaires libérés du marquage sur les ailes. Son taille lui permet ainsi de ressortir la gonfle par dessus la défense à destination des ses coéquipiers shooteurs.

Michael Carter-Williams présente une ligne de stats qui au final exprime plutôt bien ses qualités et ses faiblesses : 11 points à 3/10, 9 passes, 6 rebonds, 7 TO, 1 interception, 1 contre.

Dernier match de Summer League, ce soir à 20h pour les 76ers face aux Nets.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top