Summer League Orlando - 2013

Le scouting report – Philadephia Sixers vs Houston Rockets

Capture d’écran 2013-07-07 à 19.58.01

Les Philadelphia Sixers et les Houston Rockets avaient l’honneur d’inaugurer la nouvelle formule de la Summer League d’Orlando. Parmi les nouveautés, des points sont désormais attribués pour chaque quart temps remporté. En ayant remporté le troisième quart temps, les 76ers ne rentrent donc pas totalement bredouilles. A l’issue d’une rencontre perdue 88-80, les Philadelphia Sixers marquent deux points pour leur victoire dans les troisième et quatrièmes quart temps, les Houston Rockets 5 (3 pour leur victoire et 1 pour chacun des deux premiers quart temps remportés).

Passé ce point réglementaire, venons-en à ce qui importe, le jeu des basketteurs conviés à disputer la Summer League d’Orlando avec les Philadelphia Sixers.

La Box Score 

Box score 76ers vs Rockets - Summer League

Le coaching staff dirigé par Mike Curry alignait le 5 suivant : Michael Carter-Williams, Travis Leslie, Rodney Williams, Trevor Mbawke et Arnett Moultrie. Face à une équipe bénéficiant de davantage d’automatismes et d’une plus grande expérience collective, les 76ers débutaient de la plus mauvaise des manières la rencontre et ont du courir après le score tout au long de la partie. Les 10 points de débours à l’issue du premier quart se retrouvaient en fin de rencontre (88-80).

Malheureusement, nous n’avons pas pu admirer les talents du MVP du All-Star Game de NBA D-League plus de 3 minutes. Souffrant d’une blessure à l’aine, l’arrière est rapidement retourné s’asseoir sur le banc. La suite de la Summer League de Travis Leslie est remise en question.

Sa mise sur le flanc permettait à Khalif Wyatt de rapidement se mettre en action. L’arrière de Temple, volontaire en défense n’a toutefois pas levé les doutes sur sa capacité à se créer son propre tir face à une opposition de niveau NBA. A l’instar de ces coéquipiers qui peinaient à régler la mire (2/17 pour l’ensemble des 76ers hors MCW au cours des 12 premières minutes), celui qui a laissé une solide impression au coaching staff lors des premiers scrimmages a été maladroit (4/15). A l’image de l’équipe il s’est libéré au fil des minutes et sa prochaine prestation est attendue tant l’effectif des Sixers est dépourvu d’arrières scoreurs. Sa conduite de balle relativement sur et son QI basket améliore son bilan. Sa passe pour un alley-oop longue distance en direction de Rodney Williams restera comme l’action la plus spectaculaire de la partie.

Son partenaire de highlights a démontré ses exceptionnelles qualités athlétiques. Actif au rebond face aux intérieurs texans, Rodney Williams a terminé plusieurs actions au cercle, gratifiant le public de dunks rageurs. Son explosivité et sa vitesse d’exécution lui ont permis de contester avec efficacité les shoots de ses vis à vis et d’en contrer quelques-uns. Peu en réussite avec son jump shot, Rodney Williams a utilisé à bon escient sa puissance pour conclure au cercle plusieurs possessions. La combinaison de ses qualités athlétiques à la qualité de passe de Michael Carter-Williams est prometteuse.

Présenté comme une menace extérieure, James Southerland n’a pas réussi à régler la mire. Il termine la rencontre avec un 2/8 au shoot. Largement utilisé au cours de la première période il n’a pas bénéficé de ses automatismes avec son ancien coéquipier de Syracuse pour s’exprimer derrière l’arc. Peu solicité sur catch and shoot, il ne s’est pas montré fiable lorsqu’il était amené à créer son propre tir. A défaut d’être efficace en attaque, Southerland s’est montré actif en défense pour une partie de Summer League. Sa bonne lecture des lignes de passes et sa combativité à proximité du cercle ont été appréciables.

Appelé sur le parquet pendant un petit quart d’heure, D. Cooper a su punir la défense quand cette dernière le laisser esseulé derrière la ligne des 3 points (2/4 dans l’exercice). Lorsque Carter-Williams était en souffrance dans son drive, il a su se monter prudent dans la conduite de la gonfle. Contrepartie de cette prudence, il n’a pas su créer des opportunités pour ses partenaires par ses passes. Il gagnerait à être revu plus longuement mais son potentiel ne saute pas immédiatement aux yeux.

A l’intérieur, Arnett Moultrie a été étonnement discret et maladroit (1/4 au tir, 3 pertes de balles) en attaque. Clairement le poste de pivot n’est pas celui qui lui permet le mieux de s’exprimer. Il a toutefois fait parler sa science de l’écran pour ouvrir l’accès au cercle à son meneur de jeu qui ne s’est pas fait prier pour s’y engouffrer. Fait rare, il n’a pas pris le moindre rebond offensif. Sa défense est toujours à construire et ce n’est certainement pas un hasard si on l’a souvent vu au marquage d’un Terrence Jones qui serait davantage utilisé par tout coach ne se nommant pas McHale.

Trevor Mbawke fut appelé sur le parquet au cours des pires séquences des Sixers, sans que l’on puisse lui en imputer la responsabilité. Il a montré de l’énergie des deux côtés du parquet mais dans le rol du col bleu il a été en retrait par rapport à l’expérimenté Micheal Eric. L’intérieur de Temple a marqué les 6 derniers points des 76ers dans le premier quart. Dans les temps faibles, il a su prendre ses responsabilités. Actif au rebond, il a provoqué des fautes et réussi 4 de ses 6 lancers. Dans le rôle de l’energizer défensif, il a marqué des points. Sa prestation est d’autant plus intéressante que celle d’Arsalan Kazemi a été indigente. En huit minutes, l’iranien s’est rendu coupable de 5 fautes qui lui ont valu de passer le reste de la partie sur le banc. La « rebounding machine » n’a pas été à la hauteur de sa réputation faute de rythme.

L’australien B. Motum a été sollicité lors des dernières minutes de la partie. Il en a profité pour convertir ses deux tirs et ses deux lancers. Difficile d’en dire plus tant son temps de jeu a été famélique.

Joueur majeur aligné sur le parquet Michael Carter-Williams a été omniprésent. Il a tout fait dans la partie, les bonnes choses comme les moins opportunes. Laissé sur le parquent pendant 35 minutes, le 11ème choix de la draft a peiné à trouver le bon rythme. Sa rencontre se divise en deux périodes clairement différentes qui ont recoupent parfaitement celles de la partie. Au cours de la première période, MCW a peiné à organiser le jeu. Peu aidés par ses partenaires pas suffisamment mobiles, il ne parvenait pas à leur créer des opportunités. Incapable de créer pour les autres, MCW créait pour lui-même en attaquant le cercle, qui plus en obtenant la faute. Alors que ses partenaires multipliaient les tirs contestables et contestés, il tournait à 4/5 au shoot tous pris à proximité de l’anneau. En délicatesse en défense face à Beverley, il connu une séquence peu enviable avec 4 pertes de balles sur autant de possessions. Mis sous pression, il devenait hésitant dans son drive.

La seconde période fut l’occasion de voir le Michael Carter-Williams organisateur. Débuté par trois paniers consécutifs et une solide défense son troisième quart mis en exergue sa qualité de passe. A plusieurs reprise il créait par ses dernières des opportunités que ne manquait pas de convertir un Rodney Williams bondissant. Sa qualité de passe étirait alors la défense texane, ce qui lui laissait des opportunités au scoring. Il ne parvenait toutefois pas à punir la défense qui se laissait prendre par les écrans. Son 0/6 derrière l’arc et son 8/23 au shoot rappelle que son jump shot est loin d’être fiable. Il continua alors à profiter de son avantage de taille sur son vis-à-vis pour attaquer le cercle. Il s’est présenté à 11 reprises sur la ligne de réparation, en convertissant 10.

Il termine sa partie à proximité d’un quadruple double avec 26 points, 8 passes, 7 rebonds, et 9 pertes de balles. Son jeu comporte des points faibles notoires mais dans des secteurs qui se travaillent notamment le jump shot. Sa mécanique ne présente rien d’alarmant. Ses nombreuses pertes de balles s’expliquent en partie par l’absence d’expérience commune avec ses partenaires et on gage qu’elles se réduiront à mesure que son temps de jeu avec ses coéquipier augmentera.

Le résumé de la rencontre

En bonus les vidéos des dunks de Rodney Williams : son alley-oop et son dunk rageur

Les 76ers disputent demain à 18h, leur second match de cette Summer League face aux Indiana Pacers.

La faute à un Summer League Pass récalcitrant le CR de la rencontre a été réalisé à partir de notes parcellaires et de souvenirs de la partie encore frais. Il est à ce titre pas tout à fait complet, n’hésitez pas à l’agrémenter de vos remarques en commentaires. Si le besoin s’en faisait ressentir, ils seront intégrés au compte rendu. Toutes les suggestions de vidéos sont les bienvenues.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top