Chroniques

Free Agency : notre shopping list

En se séparant de Jrue Holiday et de son contrat de 11 millions de dollars annuels, en abandonnant l’idée de proposer un contrat à Andrew Bynum si ce n’est dans le cadre d’un sign and trade, et en laissant ses free agents tester le marché, les Philadelphia Sixers ont dégagé une marge de manoeuvre sous le cap conséquente au moment d’aborder la free agency.

Les nouvelles dispositions du CBA imposent aux franchises de dépenser 90% du montant du salary cap, soit un peu plus de 52 millions de dollars. Précisons toutefois, que les sanctions prévues ne sont en aucun cas dissuasives, puisque la franchise qui ne respecterait pas ce plancher devrait verser la différence à ses joueurs sous contrat. Autrement dit, si au soir du season opener les Philadelphia Sixers n’ont un « team payroll » que de 47 millions de dollars, ils devront verser 5 millions de dollars à leurs joueurs sous contrat.

Toutefois, le cap peut être utilisé pour d’autres objectifs que d’attirer une super star de la Ligue, qui soyons clair ne viendra pas à Philadelphie cette saison. Dès lors, nous ciblons 4 (+1) profils pour la free agency.

  • Des contrats expirants qui encombrent certaines franchises qui souhaiteraient se positionner sur les gros poissons de cette free agency. 

Ainsi, les Golden State Warriors pourraient être intéressés par la perspective de déplacer les contrats de Jefferson et/ou de Biedrins au moment de partir à la chasse au Dwight ou à celle de la prolongation de ses joueurs en fin de contrat. Récupérer un de ces contrats expirants serait l’occasion pour les 76ers d’accroître encore sa collection d’assets et notamment de tour de draft.

Les Bobcats qui semblent tenter leurs chances auprès de joueurs solides (Al-Jefferson, OJ Mayo, JR Smith) pourraient être intéressés par la session d’un des trois picks dont ils disposent théoriquement pour la prochaine draft 2014, pour peu que l’on les libère des 12 millions de dollars du contrat de Ben Gordon. On pense ici au pick des Pistons. Avec les mouvements entrepris par le front office des résidents du Palace of Auburn Hills, il devrait sortir de la protection.

Les Mavericks qui cherchaient à se séparer du contrat de Shawn Marion seraient aussi un partenaire possible. Matrix aurait de surcroît l’avantage d’être un vétéran et un conseiller de luxe pour les jeunes sixers.

En l’occurrence, peut importe le joueur ramené à Philadelphie, l’objectif est d’accumuler toujours plus de picks dans une draft valorisée comme jamais depuis 2003 par les GM de la Ligue. Ces derniers trouveront une utilité redoutable que cela soit par une utilisation au soir de la cérémonie ou dans des échanges.

Précédent1 of 5
Use your ← → (arrow) keys to browse

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top