CR/Résultats

Lebron James punit Philly

score sixers@heat 87-106

Assuré de terminer en tête de la conférence Est, le Heat avait laissé au repos Lebron James et Dwayne Wade au repos lors des trois dernières rencontres. Sans le futur quadruple MVP, les 76ers pouvaient espérer mettre un terme à l’humiliante série de 14 défaites consécutives face au champion NBA 2012. Malheureusement pour les hommes de Doug Collins, ce sont Dwayne Wade et Chris Bosh qui se firent accorder du repos pour cette rencontre. Lebron James était bien sur le parquet et il a conduit les siens à une soixantième victoire cette saison.

La veille, les Philadelphia Sixers avaient réalisé un premier quart temps d’anthologie avec 40 points inscrits à 73% de réussite. Les soirées se suivent mais ne se ressemblent pas dans ce mini road trip. Dans une American Airlines Arena peu garnie, les 76ers se faisaient copieusement dominer par le Heat.

Le premier quart temps vit les coéquipiers de Lebron James prendre 15 points d’avance. Pourtant le 5 de départ du Heat ne laissait pas présager une telle correction. Aux côté de LBJ figuraient sur le parquet, Mario Chalmers, Mike Miller, Udonis Haslem et Joel Anthony. La première possession posait les bases de la rencontre à venir. Lebron James trouvait Haslem pour un shoot à mi distance qu’il manquait. Rebond offensif pour le Heat. La gonfle revient dans les mains du même Haslem pour le même shoot à la même position. De nouveau manqué, mais le rebond était une nouvelle fois arraché par les floridiens. Mario Chalmers ne se priva pas de faire ficelle sur un shoot à trois points. En l’espace de 30 secondes, la défense de Philly avait laissé leurs adversaires prendre trois shoots non contestés et deux rebonds offensifs.

Malgré cette séquence trop souvent vue cette année d’une défense amorphe, les Sixers parvenaient à profiter des maladresses des comparses de James pour prendre une première avance (13-10) après 5 minutes disputées. Les hommes de Doug Collins ne savaient pas qu’ils s’apprêtaient alors à encaisser un 23-5 sur les 7 minutes à jouer dans ce premier quart. Et la révolte se matérialisée dans le bras de James qui ramenait les deux équipes à égalité sur un « deep three » pris sur la tête de Wilkins. Aucun sixer ne trouvait la parade aux pénétrations de James. Incapables de lui dénier l’accès au cercle, les 76ers s’exposaient au show du numéro 6 floridien (13-22). Seul le retour du King sur le banc permis aux Sixers de retrouver le chemin du panier.

Certainement une manifestation alternative de « l’effet Pargo », Rashard Lewis retrouvait avec du temps de jeu un niveau plus conforme à sa réputation (14 points, 7 rebonds, 3 passes). Et l’écart se portait à 15 unités à l’issue des 12 premières minutes. Et pour cause, les 76ers shootaient à 29%.

Le second quart commençait sur une action à 4 points de Dorell Wright. Face à la second unit du Heat, les 76ers réduisaient peu à peu l’écart. Et sur le second tir primé de Spencer Hawes, les 76ers revenaient à quatre longueurs (34-38). Puis à deux unités sur un shoot de Nick Young. La fonte comme neige au soleil de l’écart conduit Spoelstra à rappeler James sur le parquet. Sur une claquette dunk d’un Dorell Wright qui se rappelait au bon souvenir de la franchise qui l’a drafté, les 76ers égalisaient (40-40). James se chargeait lui même de redonner l’avantage au Heat, bien aidé par l’adresse extérieure de ses partenaires. Les deux équipes rentraient au vestiaire sur la marque de (46-50).

Si les 76ers abusaient du jeu en un contre un, le 2 + 1 de Wilkins sur James conclu sur une discussion animée entre les deux hommes ramenait une nouvelle fois Philly dans le giron du Heat (52-52). Un excellent mouvement d’un Evan Turner solide au scoring et intelligent dans la distribution donnait même l’avantage aux 76ers qui confirmaient leurs belles prestations face au champion cette saison. Avec un Jrue Holiday qui a retrouvé son shoot et malgré un Thaddeus Young focalisé sur ses tâches défensives face à James, Philly fait jeu égal avec le Heat tout au long du troisième quart, malgré les tirs primés qui se multiplient du côté adverse (7 joueurs du Heat ont marqué a minima un tir à trois points). C’est avec un seul point de retard que Philly attaquait le dernier acte mais avec un Evan Turner qui semblait s’être foulé la cheville (76-77).

Le champion se reposait sur l’adresse extérieure de R. Lewis et de S. Battier dès l’entame du dernier acte. Jusqu’au retour sur le parquet de James et de Turner (82-85). Le moment choisi par Ray Allen pour livrer son classique shoot primé dans le corner (82-88). Il remit le couvert quelques secondes plus tard pour donner 10 points d’avance au Heat. Les deux équipes pratiquaient alors un basket de transition duquel le Heat s’en sortait nettement mieux. Les 76ers étaient maladroits, et l’écart retrouvait son ampleur de début de rencontre. La rencontre avait alors basculé en faveur du champion en titre comme lors des 14 dernières rencontres entre les deux franchises. Lebron James parachevait son oeuvre en assurant le spectacle.

Rotations. Quelque chose ne tourne pas rond chez Doug

Dans la lutte imaginaire pour du temps de jeu entre Charles Jenkins, Justin Holiday et Arnett Moultrie, les deux derniers font une nouvelle fois jeu égal tandis que le premier cité n’est toujours pas apparu sur les parquets. Pourquoi donc les 76ers sont-ils allés échanger un second tour de draft pour un joueur qui n’est jamais appelé sur le parquet?

En revanche après avoir subi 7 DNP consécutifs quand bien même il était en état de jouer, Nick Young fait son retour dans la rotation. Son aventure commune avec les 76ers va prendre un terme dans 7 rencontres mais Doug Collins lui offre toutefois des minutes.

Les stats du jour

Malgré une entame de match délicate, Jrue Holiday a peu à peu retrouvé son shoot après deux rencontres catastrophiques. S’il a commencé la partie sur un 0/5, il a ensuite repris confiance et converti 7 paniers sur 12 tentatives. Avec 18 unités, il est le meilleur marqueur de son équipe.

Spencer Hawes signe un nouveau double-double avec 11 points et 11 rebonds. Le « pivot » des Sixers a réussi quatre paniers dont 2 derrière l’arc.

La Box-Score

Box-score76ers@Heat

Box-score76ers@Heat2

Les Highlights

Et maintenant? 

Les Sixers vont désormais jouer sur le parquet du Barclays Center le 9 avril prochain avant de revenir au Wells Fargo Center le lendemain pour y affronter les Hawks.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top