Joue la comme Tony DiLéo

Le projet de Blondain11

Neuvième projet présenté dans ces colonnes, celui de Blondain11 s’articule autour d’idées claires qu’il développe ci-dessous.

J’ai pensé un seul plan composé en son sein de quelques variantes suivant les étapes. L’intérêt est de construire une équipe qui puisse créer une surprise en playoffs tout en conservant un peu de salary cap pour la FA de 2014 et ainsi faire progresser la franchise.
Mon plan s’articule autour d’un objectif : apporter du scoring puisque cette saison nous sommes la pire attaque de la NBA (92,3 pts/matchs) et un regain d’intérêt autour de l’équipe. Nous le verrons, cela passe par quelques mouvements…

1. A la question : doit-on conserver Doug Collins ? Je fais tomber le couperet, effectivement il est nécessaire de se séparer du Head coach. D’une part, parce qu’il a tiré le maximum des capacités du groupe au regard de son profil, on ne peut plus rien attendre de lui. Je me réfère à ses expériences passées avec Chicago lors des débuts de Jordan et avec Detroit.

D’autre part, parce que son lien avec le Board et son influence sur les décisions relatives à l’effectif ne sont pas saines à mes yeux. Si le coach doit pouvoir donner son avis sur les mouvements à effectuer, il ne doit rester qu’une instance consultative et non décisionnaire dans les décisions de constructions.

Enfin, parce que sa politique de coaching envers les rookies (et les jeunes joueurs avec qui il n’a pas d’affinité particulière) nous a pénalisé fortement par le passé (Vucevic, Turner) et qu’on ne peut plus se permettre de laisser un joueur comme Moultrie végéter sur le banc.
Sans parler des rotations et du coaching pur dans les fins de matchs serrées qui sont, pour le moins, très discutables (souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps, quand Lou Williams monopolisait le ballon sur isolation en tête de raquette).

Nous ne conservons pas Coach Collins, nous le remercions et envisageons Nate McMillan ou Scott Skiles pour le remplacer à ce poste. Nate Mc Millan, obtient ma préférence à ce sujet, je pense qu’il peut imposer de la rigueur à ce groupe tout en laissant l’espace nécessaire à la construction. L’aventure vécue par les Sonics en 2005 en Playoffs, éliminé par les champions titrés cette année là, et la belle progression de Portland de 2006 à 2011, sont des éléments qui font pencher la balance en sa faveur.
Un contrat de 2 ans (une troisième en option), négocié autour des mêmes bases salariales qu’a pu bénéficié Collins, me parait le choix le plus judicieux.

2. Par la suite, la problématique Bynum s’impose, en seconde priorité, sur notre plan.
Je ne reviendrai pas sur son acquisition, bien que je pense qu’elle était essentielle pour que Philadelphie franchisse un palier, dans le bon comme dans le mauvais sens.
Ses blessures auront eu raison de sa saison, et in extenso, de la notre.
Toutefois, il était impératif de sortir de notre médiocrité (Casi-fo copyright), avec Bynum on peut enfin avoir des perspectives d’avenir, qu’il soit présent dans le groupe ou que l’on s’en sépare.
Dès lors, arrivé à un véritable moment charnière pendant cette intersaison, le cas Bynum nous offre ce choix : se débarrasser de lui et, par conséquent, bénéficier d’une belle marge salariale ou le conserver.
Nous pencherons, ici également, pour un remerciement. Nous n’entrons même pas en négociation avec lui. Nous ne le prolongeons pas, et conservons la masse salariale que son départ nous offre pour tourner la page et s’offrir d’autres joueurs.

3. A présent, débarrassé de ce gros contrat, attardons nous sur les autres contrats arrivés à terme.
Très simplement, la première des prolongations que nous pouvons envisager est celle de l’ailier Dorell Wright, effectivement à 27 ans, je pense qu’il est arrivé à maturité dans son jeu. Il peut même prétendre à une place de titulaire au poste 3, apportant son adresse à 3pts. Il représentera une vraie menace extérieure au côté de Holiday et du poste 2 que nous souhaitons aligner dans le line-up.
Proposons lui un contrat « raisonnable » de 4 ou 5 millions sur 3 ans.

Prolongeons également Charles Jenkins, en ultime back-up de Jrue au poste de SG, il peut apporter de la tonicité dans la rotation. Négocions le minimum.

Dès lors, nous libérons Nick Young, Royal Ivey, Jeremy Pargo et Damien Wilkins.
On prie pour que Kwame Brown n’active pas sa player option, ce qui nous permettrait de faire de la place à l’intérieur, notamment pour l’éclosion de Arnett Moultrie.

4. S’agissant de la Draft, mon choix préférentiel se porterait sur Anthony Bennett mais j’ai bien peur qu’il soit sélectionné très haut.
Evidemment, rien n’est plus spéculatif que cette partie mais je pourrais jeter mon dévolu sur James McAdoo ou bien un prospect comme Isaiah Austin.

5. Au sujet de la Free Agency, après être libéré du salaire de Bynum, le plan de construction repose sur cet axe essentiel. Il s’agit de relancer l’attaque de l’équipe en lui offrant un joueur d’impact.

Dans un premier temps, j’ai choisi Tyreke Evans, ROY 2009, celui-ci est un natif de la ville, il a envie de prouver beaucoup de chose mais l’environnement de Sacto après sa saison rookie l’a pas mal bridé. Il a besoin de changer d’air, sa ville l’accueille les bras ouverts pour un retour au source.
Véritable slasher avec un bon handle, ce dernier a progressé dans son adresse extérieur cette saison, il tourne autour de 35% derrière la ligne à 3pts, c’est un pourcentage très correct. Il a 23 ans et tout l’avenir devant lui. Avec une paire Holiday-Evans pour composer notre backcourt, Philly s’offre de quoi voir venir.
En tant que combo-guard, il pourra prendre la mène lorsque Holiday ne sera pas sur le terrain. Surtout, à l’inverse de Keith Smart, ne tentons pas de le faire jouer 3…Avec lui à ses côtés, Holiday ne s’éparpillera plus.
Il pourrait s’avérer précieux dans un rôle de scoreur, bien que complet par ailleurs (en témoigne sa saison rookie).

Sa signature se négocierait autour des 8 ou 9 millions la saison, sur un contrat progressif à long terme de 4 ans. Je pense que quelques équipes seront prête à mettre de quoi le satisfaire sur la table, sachons le convaincre, si les Kings (ou plutôt Sonics) s’entêtent à matcher les offres, envisageons de monter un transfert contre Turner.

Pourquoi ce joueur est ma priorité ? Parce qu’il peut amener un souffle d’énergie à  cette équipe et apporter ce grain de folie qui nous échappe. C’est un pari qui; à mes yeux, mérite d’être tenté. Dans une moindre mesure, le public pourrait apprécier la venue d’un natif.

Concernant ma seconde priorité si rien n’est faisable pour ramener T-Rex, et avec le vide laissé par le nom de Bynum dans l’effectif, il nous faut signer un intérieur de qualité. Al Jefferson est ma cible toute choisie, il est clair que défensivement il a encore quelques lacunes, néanmoins cela reste un pivot talentueux avec des mouvements au poste très travaillés et efficaces. C’est le joueur qui pourra apporter des points inside et faire la différence dans la peinture.
Ne nous méprenons pas, sa signature devrait se négocier autour des mêmes prétentions salariales que son précédent contrat, il est dans sa prime et ne se bradera pas : de 13 millions à 15 millions pour un engagement à long terme.

6. Dernière étape du plan et non la moindre : se séparer de Evan Turner.
Il n’a jamais su trouver sa place au sein de l’équipe, certes il n’est peut être pas le seul responsable (les choix de Doug Collins à son sujet sont critiquables lors de sa saison rookie), cela dit je ne pense pas qu’il puisse s’épanouir au sein de la ville de l’amour fraternel. Il n’a pas su répondre aux attentes, simplement.
Je me tournerai vers un meneur organisateur, qui sache posé le jeu balle en main et assurer une bonne relation avec les intérieurs, un échange contre Ramon Sessions pourrait s’avérer intéressant, en sachant que Charlotte ne souhaite plus miser sur Henderson, Turner y trouverait un poste de titulaire où il pourrait développer ses capacités.
Une autre solution viserait un trade entre Evan Turner et Phoenix, ceux-ci nous fournirait en échange Makrieff Morris et Kendall Marshall. On récupérerait un intérieur besogneux et un meneur qui puisse organisé le jeu en back-up de Holiday.
Enfin, un simple swap entre le kid de Chicago et Derrick Williams (qui, à l’instar de Turner, ne trouve pas vraiment sa place dans le Minnesota) peut être intéressant, il serait amené à remplacer Thaddeus Young à moyen terme (son contrat va nous poser problème un jour ou l’autre je pense, approchant les 10 millions sur son terme).

Conclusion. La masse salariale restante est utilisée pour signer les joueurs de complément et devrait tourner autour des §60 000 000.
Avec ces manoeuvres et la fin de quelques contrats en 2014 (Allen restrictif et Hawes libre mais aussi la PO de Richardson), nous serons amené à combler le manque au poste 5 si nous avons choisi Evans pour relancer la franchise lors de la Free Agency de 2013 ou le poste 2 si nous avons confié les responsabilités à Big Al, quelques noms peuvent dés à présent nous intéresser : Thabo Sefolosha (UF), Klay Thompson (TO), Derrick Favors (RF)…

Dans l’idéal, nous présenterons, au soir du Season Opener au Wells Fargo Center, un axe Holiday-Evans-Young ou Holiday-Young-Jefferson.

La page Turner est tournée, le niveau de jeu de Holiday ira de pair avec la qualité de l’effectif, Evans ou Jefferson vont inspirer de nouvelles ambitions à la franchise.
Jason Richardson, en fin de contrat, apportera son expérience dans les vestiaires, c’est la raison pour laquelle il trouve encore sa place dans ce projet de construction

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top