CR/Résultats

Pourquoi maintenant?

Score Sixers @ Kings 117-103

Ces Sixers-là ne souhaitent décidément pas maximiser leurs chances à la lotterie. Après une défaite concédée sur le parquet de Denver à la suite d’une dernière minute aussi bien maîtrisée que le jeu d’acteur de Ray Allen dans « He got game », les 76ers avaient l’occasion de mettre fin à leur série de 15 revers consécutifs on the road en se déplaçant sur le parquet des Kings. Ils avaient aussi l’occasion de rester aussi médiocres qu’ils le furent tout au long de la saison en déplacement et de laisser une victoire aux Kings dans leur salle et pour continuer à espérer d’arracher un top pick le 27 juin. Loin de laisser filer la partie, Philly l’a joué à la perfection à compter du second quart.

Pourtant les premières minutes de la rencontre laissaient envisager une seizième défaite consécutive on the road. A l’image de Jrue Holiday, les 76ers peinaient à rentrer dans la partie. En attaque, les hommes de Doug Collins se montraient maladroits et la défense était trop lâche sur les extérieurs adverses. Spencer Hawes évoluait toujours aussi loin du cercle et était hué par son ancien public. Le 00 étant un partisan notoire du déménagement de la franchise à Seattle, l’hostilité de l’accueil était prévisible.

Une seule action permet de synthétiser le premier quart temps de Philly. Jrue Holiday en délicatesse avec son shoot se rendait une nouvelle fois coupable d’une perte de balle, sur la contre attaque, Tyreke Evans attaquait le cercle sans se soucier de la défense de Turner pour donner 9 points d’avance aux locaux (9-18).

Les 76ers ne trouvaient pas la parade aux pénétrations de Tyreke Evans qui terminait le premier quart avec 12 points et 4 passes. L’écart à l’issue des 12 premières minutes s’élevait à 9 unités (22-31).

La seconde unit de Philly avec Ivey, Turner, Wright, Moultrie et Allen maintiendra cet écart avec notamment une belle activité de Lavoy Allen sous le cercle. Le retour des titulaires ainsi qu’une baisse de régime de Tyreke Evans et les déboires de Cousins (« blessé » par un coéquipier) permirent aux 76ers de refaire leur retard et de rejoindre les vestiaires sur un score de parité (58-58).

Bien emmené par un Jrue Holiday qui attaquait la seconde mi-temps sur un autre rythme, les 76ers prenaient les commandes de la rencontre grâce à une excellente circulation du ballon et la recherche permanente de l’extra passe qui rend la tâche des coéquipiers plus simple. A (70-72) en faveur de Philly, Jrue Holiday provoquait la cinquième faute de DeMarcus Cousins qui retournait poser son séant sur le banc. Tyreke Evans avait beau se démener des deux côtés du parquet, l’absence du pivot permettait à Hawes de cumuler des rebonds et les extérieurs de Philly enchaînaient les ficelles longue distance. Dès lors les 76ers creusaient peu à peu leur avance pour clore le troisième quart sur la marque de (82-91).

L’excellente circulation de balle des Sixers se poursuivait dès l’entame du dernier quart tandis que les Kings tentaient de rester à flot sur des exploits individuels de Thornton, Evans ou Thomas. Après 4 minutes de jeu dans le dernier acte, Philly menait de 21 points. La première victoire depuis 82 jours n’avait plus qu’à être cueillie. Les hommes de Doug Collins, plus mauvaise attaque de la ligue ont livré un récital offensif pour consolider cette put… de neuvième place à l’Est.

Le Sixer du match. 

Après une entame de match brouillonne avec un 2/7 au shoot, deux pertes de balles, Jrue Holiday a clairement aussi le niveau de jeu. Il termine la rencontre à 21 points, 10 rebonds, 7 passes, 5 interceptions et un contre. Plus que jamais, il est le baromètre de cette équipe. En cette fin de saison ses coéquipiers se mettent au niveau. Trop tard.

Spencer Hawes s’est illustré face à son ancien public en signant son 15ème double double de la saison (14 points, 10 rebonds). Toutefois, il convient de noter que le faible apport du pivot adverse ne lui incombe pas entièrement puisque  Thaddeus Young s’est fadé DeMarcus Cousins sur un grand nombre de possessions et que ce dernier a cumulé trop rapidement les fautes.

Les stats du soir

82. Le nombre de jours qui se sont écoulés entre la précédente victoire des Sixers à l’extérieur, le 1er janvier au Staples Center et le succès de cette nuit.

117. Jamais cette saison, les Philadelphia Sixers n’avaient autant scoré dans une partie.

31-9. Signe de l’excellent circulation de balle tout au long du match, les 76ers ont cumulé 31 passes décisives pour seulement 9 pertes de balle.

6/6. Les 6 paniers réussis par Dorell Wright furent tous des tirs primés.

20. Avec une feuille de stats avec 20 points et 7 rebonds, Lavoy Allen signe un record en carrière au scoring.

6. Comme le nombre de minutes disputées par Arnett Moultrie. Sacré Doug.

 La Box-score

Box score Sixers @ Kings

Les Highlights

Et maintenant? 

Forts de leur 27ème victoire, les 76ers consolident leur neuvième place à l’Est. Dommage qu’elle soit la pire position possible dans cette ligue. En back-to-back, Philly se rend dès ce soir à Salt Lake City pour affronter le Jazz qui n’a pas totalement abandonné l’idée de participer à la post-season.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top