Joue la comme Tony DiLéo

Le projet de Gajs

Voilà une semaine que notre jeu « Joue la comme Tony DiLéo » a débuté et nous vous présentons aujourd’hui un sixième projet, celui de Gajs sur trois pages (une introduction générale valant pour les plans A et B, et une page pour chaque projet).

Fraîchement arrivé dans mon nouveau bureau, je prends le temps de m’entretenir quelques minutes avec Adam Aron pour lui communiquer mon choix de me séparer de Doug Collins. Le coach a su remettre les Sixers sur les rails après une ère de médiocrité mais il n’est aujourd’hui plus l’homme de la situation. Son poids dans les décisions stratégiques de la franchise est proportionnel à sa responsabilité dans notre échec actuel. Fin connaisseur de la chose basketballistique, Doug Collins a occupé tous les postes et les fonctions possibles autour de la balle orange. Toutefois sa volonté de contrôler l’ensemble des opérations de la franchise implique son éviction. Si on veut avoir la marge de manœuvre pour mettre en application notre plan, Doug Collins doit changer de fonction.

L’apport d’un nouveau coach doit aussi permettre de répondre aux faiblesses identifiées tout au long de cette saison et des précédentes. En s’entêtant à ne pas octroyer un temps de jeu suffisant aux rookies, Doug Collins a freiné la progression de certains joueurs et contribué aux départs d’autres pièces d’avenir. Cette même saison, alors qu’Arnett Moultrie a été identifié comme un prospect de qualité justifiant l’échange d’un 1st pick, son temps de jeu reste famélique malgré une fin de saison où les 76ers n’ont plus rien à espérer si ce n’est de préparer au mieux l’avenir. Qui plus est, dès que le numéro 5 est appelé sur le parquet il démontre des qualités qui font cruellement défaut aux Sixers : du rebond offensif, de la lutte sous le cercle et une certaine attirance pour l’anneau.

Par ailleurs, si l’absence du n°33 qui devait faire entrer cette équipe dans une autre dimension permet d’expliquer quelques défaillances structurelles (il est fort probable que l’adresse extérieure aurait été nettement plus haute avec un Andrew Bynum dans la peinture, et la lutte sous le cercle aurait été d’une autre nature) l’absence de schémas de jeu clairs et le recours abusif à l’isolation pour Jrue Holiday ou Evan Turner ne sont pas imputables à l’absence de Bynum mais bien aux choix contestables du coach. Tout comme le manque d’intensité des joueurs au cours de certains matchs qui furent de véritables parodies de basket (face aux Wolves, Pistons, Pacers, Magic).

Habitué à fonctionner sur la base de cycles tri-annuels, Doug Collins arrive à la fin de son expérience en Pennsylvanie. Le premier objectif de la franchise est donc de se mettre en quête d’un nouveau head coach. Mike Curry pourrait également suivre Doug Collins vers de nouveaux horizons tant son apport ne semble pas déterminant et que le  remake du scenario de l’assistant de Collins qui porte son équipe à un three peat est peu probable. Il sera laissé au futur coach, la liberté de déterminer les personnes qu’il veut voir l’accompagner dans ses nouvelles missions.

Parmi les candidats, seront convoqués à des entretiens Nate McMillan, Scott Skiles mais encore Brian Shaw. Stan Van Gundy le sera uniquement si on décide de mettre en place le plan A. Son expérience d’un effectif construit autour d’un pivot dominant plaide pour une adaptation rapide aux nouveaux schémas de jeu. Je sonde également Ettore Messina dans le cas où on déciderait de l’application immédiate du Plan B qui je ne le cache pas a à ma préférence. Quitte à repartir sur un projet neuf impliquant une phase d’adaptation, autant prendre un coach qui apportera une philosophie nouvelle et une grande rigueur tactique. Jrue en a besoin pour devenir le meneur organisateur qu’on attend et les lacunes collectives des derniers mois plaident en faveur d’une telle orientation.

Les deux plans présentés ci-dessous sont deux plans alternatifs qu’il est possible de relier via un plan A’ qui serait une application du plan B avec quelques mois de retard (et que la place ici ne me permet pas de développer, mon texte est suffisamment long comme cela).

L’alternative réside dans la recherche de la stabilité en changeant de coach et de système de jeu mais tout en comptant sur l’effectif actuel auquel sera apporté deux roles players et sur l’espoir de voir Andrew Bynum enfin rechausser ses sneakers et devenir le pivot dominant qu’il doit être (Plan A) ou sur un processus de reconstruction plus large qui acte la fin de l’ère Bynum avant même qu’elle n’ait commencé (Plan B).

Précédent1 of 3
Use your ← → (arrow) keys to browse

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Catégories

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top