CR/Résultats

Les Sixers laissent filer les Bucks

Au moment de pénétrer sur le Bradley Center, les enjeux étaient clairs pour les Sixers. S’imposer pour rester en course pour la qualification pour la post-season. Et les hommes de Doug Collins semblaient avoir pris conscience de l’importance de la rencontre en réalisant une entame plus que correcte avant de laisser les Bucks revenir puis les devancer. Au soir du 17 avril, quand il sera l’heure de faire les comptes, les 76ers pourraient bien ressasser ce quatrième quart temps. Les Bucks ont désormais 5 victoires d’avance sur les 76ers. Avec cette troisième victoire en autant de rencontres entre les deux franchises, les Bucks se sont assurés de terminer devant Philly en cas d’égalité. C’est donc un retard de 5 victoires qu’accusent les Sixers sur la 8ème et dernière place qualificative pour la post-season. Pire (ou mieux en fonction des objectifs de la franchise), Detroit, 11ème à l’Est n’est qu’à 1 victoire des coéquipiers de Jrue Holiday.

Ce 13 février s’annonçait comme un tournant de la saison des Philadelphia Sixers, peut-être même en sonne t-il la fin. Retour sur une partie qui restera comme un des moments forts d’une saison qui échappe aux hommes de Doug Collins.

Déroulement de la rencontre

Les deux équipes commençaient le match avec un maximum de pression. Du côté des Sixers, cela se traduisait par trois turnovers en moins de 5 minutes et par un Evan Turner qui ne parvenait pas à trouver ses marques. Une passe qui ne trouvait pas sa cible, une perte de balle et un trois point ouvert manqué, plus tard, le n°12 des 76ers était remplacé par Jeremy Pargo. Toutefois, les Sixers imposaient une défense remarquable et pouvaient compter offensivement sur un Nick Young irréprochable. L’ancien clipper faisait mouche à chaque shoot, pour un apport de 12 points à 100% de réussite. Malheureusement, il fut renvoyé sur le banc en raison d’une accumulation précoce de faute, ce qui n’empêchait pas Philly de terminer le premier quart avec 10 points d’avance (28-18). Jeremy Pargo se permis même de faire vibrer le Bradley Center en réussissant un shoot depuis sa ligne des lancers-francs…après le buzzer.

Avec une défense très efficace sur les extérieurs de Milwaukee, les 76ers réduisaient l’apport offensif des Bucks à leurs intérieurs sur lesquels ils souffraient d’un manque de taille. Les stats du premier quart temps reflètent la domination de Philly. 11/17 au shoot contre 6/20 aux locaux, 13 rebonds contre 5, 7 passes contre 4.

Les Sixers parvenaient jusqu’alors à maintenir Jennings sous l’éteignoir. Malgré une adresse générale qui s’effondrait dans le second quart, Philly conservait un net avantage qui s’érodait quelque peu suite à la décision de Doug Collins de jouer small ball. Le coach alignait sur le parquet Holiday, Young, Turner, Wilkins et Hawes ce qui ne manquait pas de se traduire par une orgie de rebonds offensifs en faveur des Bucks qui réduisaient l’écart à 7 points (50-43).

La seconde mi-temps commençait de la plus mauvaise des manières. Jrue Holiday se faisait chiper la balle par un Brandon Jennings qui après un relai avec Samuel Dalembert planait un 3 point non contesté (52-48). L’écart revenait à sa plus faible expression depuis le début de la rencontre. Le 12ème turnover de la partie pour les rouges donnait l’occasion aux Bucks de recoller un peu plus encore au score. Jennings, encore lui, récidivait avec un tir primé qui portait l’écart à une unité (58-57). Heureusement, les Bucks n’étaient pas en reste en matière de pertes de balles. Sur une interception de Jrue Holiday, Turner partait en contre attaque. Samuel Dalembert commentait la faute. Le public du Bradley Center huait la décision arbitrale et le n°12 des Sixers qui ne s’en laissait pas compter et réussissait ses deux lancers pour redonner 7 points d’avance aux siens. S’en suivi une nouvelle séquence faible pour les hommes de Doug Collins. A 2.25 du terme du troisième quart, les Bucks égalisaient (67-67). Le moment choisi par le coach pour faire entrer sur le parquet Pargo, Ivey et Moultrie. Sous l’impulsion du rookie qui arrachait les rebonds, les 76ers reprirent l’avantage pour terminer le troisième quart avec une avance de 3 petits points (75-72).

Le moment de regarder les stats. Depuis le début de la saison, les Sixers se sont retrouvés à 20 reprises en tête à l’issue du troisième quart. Et les 20 fois, les Sixers ont remporté la partie. Une série qu’il convenait de poursuivre. Mais les joueurs ne se montraient pas à la hauteur de l’enjeu. A 9 minutes 19 du terme de la rencontre, les Bucks prenaient pour la première fois de la rencontre l’avantage au tableau d’affichage. Ils prenaient même 4 points d’avance avec 6 minutes à jouer. Samuel Dalemberg se rappelait au bon souvenir des Sixers en réussissant un jump shot en déséquilibre au buzzer (83-87), puis en captant un rebond offensif suivi de 2 points supplémentaires pour porter l’écart à +7. Au cours des huit premières minutes du dernier quart, les Bucks shootaient à 53% et les Sixers à 13%. Un manque de réussite qui conduisait les Sixers vers une défaite dans une rencontre qu’ils n’auraient jamais du laisser filer. Revenus à 90-91, ils gaspillaient deux possessions. D’abord avec un shoot longue distance de Hawes et sur une pénétration contrée par la défense des Bucks de Jrue Holiday. Les gars de Philly disparaissaient dans les moments importants. Une énième chance leur était donnée à 92-94 avec 11.7 secondes à jouer. Il restait une occasion aux Sixers de signer un deuxième winner cette saison après celui de Turner face à Boston. La gonfle parvenait à Holiday qui manquait son jump shot à mi-distance. La bataille pour le rebond fut âpre et donna lieu à un coup de sifflet pour un entre-deux dont Holiday parvenait à extraire la balle. Comme un symbole, les espoirs des Sixers furent douchés par une énième perte de balle.

92-94. Les Sixers s’inclinaient une troisième fois en autant de rencontres face aux Bucks. Ces derniers avançaient un peu plus vers les playoffs tandis que Philly sentait les Raptors et les Pistons revenir à une longueur.

L’homme du match

Difficile d’identifier un homme du match du côté des Sixers tant chacun d’entre eux a disparu à un moment clé ou à un autre au cours de la partie. Evan Turner termine le match avec 20 points au compteur en 19 shoots tentés, Spencer Hawes a scoré 19 points et pris 9 rebonds sans s’imposer sous le cercle, Jrue Holiday tourne une nouvelle fois en double-double (16 points, 12 passes) mais il a multiplié les mauvais choix en fin de rencontre et perdu des ballons sur des possessions déterminantes. Nick Young fut parfait lors du premier quart avec 12 points à 4/4 dont deux tirs primés. Son implication défensive était également satisfaisante, mais comme il ne pesa plus sur le match une fois le premier quart terminé. Arnett Moultrie s’est une nouvelle fois montré à son avantage en captant 8 rebonds en 16 minutes.

Les stats du jour. 

16. Comme le nombre de points marqués par les Bucks sur des pertes de balles des Sixers.

10. Sans le meilleur contreur de la ligue en délicatesse avec son dos, les Bucks ont infligé pas moins de 10 contres aux Sixers.

La box-score

box score sixers @ bucks

Les Highlights

Et maintenant?

Hormis Jrue Holiday qui est engagé sur le Skills Challenge et sélectionné pour le All-Star Game, les Sixers vont pouvoir bénéficier d’un peu de repos au cours de ce All-Star Break. Ils retrouveront les parquets avec un déplacement dans le Minnesota pour y défier les Wolves avant de revenir au Wells Fargo Center pour en découdre avec le champion en titre.

Comments

Les plus populaires

Sixers-France se veut le lieu de rassemblement de la communauté des fans des Philadelphia 76ers. Site de référence sur la franchise, vous y retrouverez toute l'actualité concernant votre équipe favorite.

Fouillez dans les archives

Facebook

Copyright - Sixers-France © 2012-2016

To Top